Luca E. Aldena • you are (not) alone
avatar
Messages : 140
Age : 23
Date d'inscription : 07/02/2015
Éveillé






Jeu 24 Déc - 18:22

LUCA
"being me can only mean feeling scared to breathe"
Nom complet ▬ Luca Emilio Aldena.

Surnom ▬ Lulu. Mais on l'appelle souvent trouillard, mauviette et autres sobriquets du genre.

Age ▬ 15 ans (22/12).

Nationalité ▬ Italien.

Sexe ▬ Masculin.

Occupation ▬ Sur Terre, il était lycéen.

caractère
Regarde-moi.

Je te parle mais tu n'oses pas relever les yeux. Tu restes immobile, sans que aucun mot ne s'échappe de tes lèvres. Muet. La conversation, ça n'a jamais été ton fort, hein? Qu'à cela ne tienne. Je peux continuer à monologuer pendant longtemps, tu sais? Tu ne te débarrasseras pas de moi ainsi. Parce qu'après tout, j'ai tellement de choses à te dire ㅡ et je sais à peine par où commencer.

Fais face au miroir ㅡ qu'est-ce que tu y vois? Aussitôt c'est ton esprit qui s'emballe et qui conjecture à ne plus en finir, c'est une myriade de pensées qui s'entrechoquent, qui se heurtent et qui ne semblent même plus avoir de sens. Alors il est souvent plus facile de t'appuyer sur ce que les autres pensent de toi. De t'agripper à ces mots que tu entends et qui semblent à peine résonner dans ton coeur. Si on en croit tes professeurs, tu es un élève attentif, mais un peu trop effacé à leur goût. Tes grands-parents disent que tu es un bon garçon, que tu ne ferais pas de mal à qui que ce soit, que tu ne gênes jamais personne. Ta soeur, elle, trouve que tu ne t'ouvres pas assez au monde extérieur. Et elle pense que c'est un peu triste. Et puis il y a ton père. Ton père qui te ressasse sans arrêt que tu n'es qu'un bon à rien. Des mots qui souvent pèsent bien plus lourd que le reste dans la balance. Tu ne te vois que par le regard des autres, et au final, tu parviens à peine à te faire une opinion de toi-même. Lorsqu'on te pose la question, tu restes figé, incapable de formuler quoi que ce soit. La vérité? Elle n'est pas si complexe que ça.

T'es trop gentil, Luca. Tu ne fais qu'acquiescer, hocher la tête à tout ce qu'on te demande, silencieusement, sans même rechigner. Toujours à dire oui, à tendre la main aux autres. Tu te rappelles le nombre de fois où tu as voulu aider, seulement pour être utilisé au final? Tu n'y repenses peut-être pas, parce que t'as trop honte de réaliser qu'encore une fois tu as naïvement cru tout ce qu'on t'as raconté. Trop bon trop con comme on dit. Mais moi si, je m'en souviens. Je me souviens de toutes ces fois où tu t'es retrouvé face à face avec la possibilité de faire un choix, où tu as cédé parce que tu étais persuadé que tu pouvais rendre les gens heureux, où on t'as prouvé le contraire. Et à chaque fois, ton coeur se lacère. Et peu importe à quel point tu te dis que ce n'est pas grave si tu t'as jamais rien en retour.

Moi je sais qu'au fond, ça te fait mal. Tu souffres parce que tu te confonds dans ton silence, dans ce prétendu calme que tu aimes plus que tout. Qui n'a pas que des bons côtés, d'ailleurs. Parce qu'à force de ne rien dire, tout croupit dans tes entrailles. Tes désirs, tes pensées, rien de tout cela ne verra jamais la lumière parce que tu estimes que tu ne dois pas être une nuisance pour qui que ce soit. Tu l'as été beaucoup trop de fois, et tu ne veux pas répéter les mêmes erreurs. Les autres d'abord, et toi ensuite. Et ta timidité n'arrange rien. Tant de fois tu as baissé les yeux, laissé les autres te marcher dessus, en te disant que c'était pour le mieux, que c'était pour leur bien. Parce que tu n'osais pas, tu t'es sacrifié; et pourtant tu te dis que tout est mieux ainsi, et tu tentes de croire à ce beau mensonge que tu as tissé de tes propres mains. Tu espères que rien ne brisera cette cage de verre dans laquelle tu t'es enfermé. Mais bien vite ce sont les ombres qui s'approchent, qui te frôlent et t'enlacent.

Regarde-toi.

Tu trembles. Tu ne sais même pas pourquoi mais déjà c'est ton corps entier qui frémit, qui s'attend à l'impact d'on ne sait quoi, de quelque chose qui te détruira à coup sûr. Parce que tu es fragile, si frêle et sensible, Luca. Un rien te fait voler en morceaux ㅡ et tellement de choses l'ont déjà fait auparavant. Ta propre famille, tes soit-disant amis; ils n'ont fait qu'ajouter une croix sur le mur de tes désillusions. Et depuis tu vis la peur au ventre, en t'attendant au pire à chaque fois. Un rien te terrifie, que cela soit les orages que tu détestes tant, ou le simple fait de devoir parler à quelqu'un. Tout en toi est animé par cette grande bête qui a déjà répandu son venin dans tes veines. Je suis persuadé que tu veux te débarrasser de ces frayeurs qui font désormais partie intégrante de toi, pas vrai? Mais là est tout le problème: tu es impuissant. Tu te débats mais tu n'y peux rien, parce que déjà c'est ton univers qui s'écroule pour un rien, fissuré par le simple choc d'une existence étrangère à la tienne.

Tu as peur d'être toi. Tu as peur d'écrire ne serait-ce que quelques mots sur les pages du recueil de ta vie. Tu te dis que tu ne le mérites pas, surtout pas après l'avoir perdue. Parce que ça, c'est quelque chose que tu ne te pardonneras jamais. Quelque chose qui te hantera jusqu'à la fin de tes jours, peu importe à quel point tu tentes de fuir. Et tu te hais, parce que cette simple tentative est inexpiable. Tu ne sais pas comment t'aimer, Luca, et ça te manque cruellement. Tu ne te considères pas comme quelqu'un que l'on peut aimer, de toute façon. Alors tu restes là, seul au milieu de la foule.

Tu as peur de vivre.

Au fond t'es pas bien dur à comprendre. Tu n'es encore qu'un gosse. Un gamin perdu dans un monde qui semble être trop compliqué pour lui.

avalon et la magie
Statut ▬ Éveillé.

Altéré ? ▬ Non.

Arrivée sur Avalon ▬ Il y est arrivé il y a environ deux mois, donc en Janvier 2010.

Présence sur Avalon ▬ Luca a très vite abandonné toute idée de retourner chez lui, ne souhaitant pas faire face à son père. Il vit désormais à l'orphelinat Underwood et se rend fréquemment à Babylon, souvent pour rejoindre ses rares amis ou pour se changer les idées.

capacités
Cela ne fait que très peu de temps que Luca se sert de la magie, s'étant Eveillé très récemment. Bien qu'il y mette beaucoup de temps et d'attention, il est à peine capable de créer une petite boule de feu ou de faire léviter un objet, qui sont pourtant des sorts étant réputés comme extrêmement simples.

Puisqu'il n'est pas vraiment à l'aise avec les motifs magiques nécessitant de contrôler correctement son flux de mana, et en particulier lorsqu'il s'agit de le doser, il a tendance à préférer les sorts qui fonctionnent en surcharge de mana.

La spécialité de Luca est donc créer des boucliers à certains endroits en face de lui, en général parallèlement à sa main ou son avant-bras, ce qu'il a choisi pour apprendre à se protéger des autres enfants qui ont tendance à le brutaliser. Ces parois magiques se manifestent sous la forme de murs transparents et brillants, colorés en rouge — couleur qu'il a lui-même choisi — et peuvent ainsi repousser projectiles et même des attaques plus physiques, à condition qu'il y infuse suffisamment de mana. Ses défenses ne sont cependant pas impénétrables, car il a beaucoup de mal à maintenir son flux de manière consistante, ce qui implique que les boucliers se briseront ainsi au bout de quelques instants, chose qu'il travaille à corriger.

histoire
22/12/1994

Les infirmières m'ont dit de ne pas écrire tant que je suis dans cet état. Je sais que ce n'est pas une bonne chose, mais je ne peux m'en empêcher. Lorenzo serait probablement en colère, de me voir faire des efforts alors que je viens d'accoucher. Je suis visiblement encore faible, mais il faut à tout prix que j'en parle. Parce qu'aujourd'hui est un grand jour.

Mon second enfant est né, et il s'appelle Luca.

01/09/1997

Aujourd'hui, c'était le premier jour de Luca à la maternelle. Il était en larmes lorsque je l'ai laissé à la porte de l'école. Ça a été très difficile de réussir à le persuader de ne pas s'accrocher à moi, et pour tout dire, ça m'a fait mal au cœur de le voir comme ça. Je sais qu'il est très attaché à moi. Mais il a fini par être très courageux et est parti, tout souriant, comme un grand avec le reste de ses camarades.

Je suis fière de lui.

15/11/1999

Je suis débordée au travail en ce moment. J'ai à peine le temps de souffler qu'on a encore besoin de moi, et j'ai encore moins le temps d'écrire que d'habitude... J'ai tendance à rentrer plus tard que prévu, et c'est loin de plaire à Lulu. Il très inquiet en ce moment vu que je ne suis pas là, et Lorenzo a du mal à le convaincre d'aller dormir. La dernière fois, je l'ai trouvé devant la porte en train de m'attendre, et d'après Enzo, il a pleuré sans arrêt jusqu'à ce qu'il voie la voiture devant la maison.

Dans ces moments je me demande si je ne suis pas la seule à réussir à le calmer.

05/04/2001

Cela fait longtemps que je n'ai pas écrit dans ce journal. J'ai un peu honte, mais il vaut mieux tard que jamais.

On m'a prévenue que Luca s'était battu avec un de ses camarades à l'école. C'est la première fois que j'entends parler de ça, lui qui est d'habitude si gentil avec les autres. Ca ne lui est jamais arrivé de faire quelque chose de similaire — certes, il se chamaille un peu avec ses camarades de classe des fois, mais il n'en est jamais venu aux mains. Il a bien évidemment été puni, ce qui était la chose juste à faire.

Lorenzo a dit que c'était bien fait pour lui, mais moi, ça me rend toujours triste de voir Luca triste comme ça.

14/02/2003

Pour la Saint-Valentin, Lorenzo m'a offert le parfum que je voulais tellement. Ca m'a fait très plaisir, et nous avons pu passer du temps ensemble, alors que les enfants étaient chez leurs grands-parents. Cela faisait tellement longtemps que nous n'avions pu avoir de temps pour nous deux. Nous avons donc dîné ensemble, et nous avons passé une très bonne soirée. Même si étrangement, Enzo m'a confié quelque chose qui m'inquiète un peu...j'ai l'impression qu'il a du mal à supporter son fils. C'est vrai que Lulu est beaucoup plus proche de moi que de son père, mais...

Je ne veux pas qu'ils soient fâchés l'un avec l'autre.

19/12/2005

Tout le monde à la maison est très impatient, parce que nous quittons Parme pour partir en vacances à la montagne demain. Elsa y est déjà allée à plusieurs reprises, mais ça sera la toute première fois que Luca va y aller. Il est excité comme une puce, et bien que ça soit très difficile de le tenir en place — ce petit est une vraie pile électrique — ça me fait plaisir de voir à quel point il prend nos vacances à cœur.

J'ai tellement hâte d'y être.

*

Ses mains tremblantes referment le journal. Son cœur se serre, comme si il était sur le point d'exploser. Dès qu'il pose ses yeux sur ces mots, ces pensées tracées à l'encre, ce sont des sons, des images qui le transpercent de part en part. Il ne pourra jamais oublier, jamais, la façon dont il l'a perdu - dont il a perdu sa mère, Natalia. Son esprit est comme propulsé en arrière, sur cette route de montagne il y a de cela cinq ans.

Il se rappelle encore du bruit sourd qui, tout à coup, résonna dans ses oreilles. De la neige qui, soudainement, s'effondrait sur eux. Il s'en est fallu d'un rien: d'une simple avalanche. Aussitôt la panique prend possession de tout le monde: du père qui tente d'accélérer pour échapper à la vague albâtre, de la mère qui tente de protéger sa progéniture, et qui, malencontreusement, décroche sa ceinture de sécurité. Une porte était mal fermée; c'était une erreur stupide. Il la revoit encore glisser loin de lui, glisser à travers la porte, chuter vers ce précipice qui lui semblait ne pas avoir de fin. Il revoit sa main frôler la sienne, avant de lui échapper — à tout jamais. Et il se sent perdre connaissance.

Lorsqu'il rouvre les yeux, il est dans une chambre d'hôpital. On lui explique pourquoi il est là — un accident, un simple accident — qui lui a valu une blessure à l'oeil gauche et aux jambes. Qui lui a valu de perdre celle à qui il tenait plus que tout, également. Et ainsi, les choses n'ont plus jamais été les mêmes depuis. Tout a changé; il a changé. De cet enfant enjoué qu'il était, il s'est lentement recroquevillé sur lui-même. Il est devenu silencieux, réservé, presque froid. A ses yeux, plus rien n'avait de sens, puisqu'elle n'était plus là. Il passa plusieurs mois dans ce lieu aux murs blafards, seul, à ne plus avoir envie de rien, le temps que ses jambes se remettent de l'accident et qu'il puisse retourner dans sa maison.

Le retour chez lui fut quelque peu brutal. Son père, Lorenzo, ne parvenait pas à se remettre de la mort de sa femme. Il considéra bien vite son fils comme responsable, et le délaissa peu à peu, ce qui ne fit qu'aggraver sa condition. Retourner à l'école ne fut pas non plus chose facile, et bien vite certains de ses camarades, en remarquant son attitude effacée, le prirent en tant que bouc-émissaire. Le jeune Aldena ne parvenait plus à avoir confiance ni en lui, ni en les autres, et passait ses jours à lire cloîtré dans sa chambre — la lecture étant la seule chose qui pouvait le faire oublier.

La seule chose qu'il estimait être positive, c'était sa rencontre avec Aria. Une de ses voisines, qui était avec lui en cours, à qui il n'avait jamais réellement parlé. Mais qui, un jour, vint lui adresser la parole. Et peu à peu, elle ne le lâcha plus, le considérant comme son protégé. Grâce à elle, sa vie reprit des couleurs. Elle lui racontait des histoires de mondes fantastiques et de héros vaillants, comme celles qu'il lisait dans ses livres. Elle racontait même qu'il existait un monde parallèle au leur, qui renfermait de nombreux trésors. Des choses qui n'étaient très certainement pas réelles. Mais qu'à cela ne tienne, cela suffisait à panser les plaies de son cœur.

Ce dont Luca était loin de se douter, c'est qu'Aria n'avait pas forcément tort. C'était une de ces fois où son père était de mauvaise humeur. Ce genre de moments où le rouquin ne cherchait qu'une chose: s'enfuir, partir loin de chez lui, loin où personne ne le trouverait.

Et son vœu fut exaucé.

Ce furent ses premiers pas sur Avalon.

pseudo ▬ Luca.
age ▬ 21 ans.
avatar ▬ Silver, de Pokémon.
pokemon préféré ▬ Farfuret.
comment avez-vous trouvé le forum ? ▬ Duh.
des suggestions ? ▬ ⋋( ◕ ∧ ◕ )⋌


 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 200
Age : 23
Date d'inscription : 23/07/2015
Éveillé






Ven 25 Déc - 1:42

Bienvenue à Avalon

Bravo, ta présentation est validée ! Tu peux désormais te lancer sans retenue dans l'exploration d'Avalon. Commence par aller recenser ton avatar et, si tu le souhaites, l'occupation et les compétences de ton personnage.

Une fois que c'est fait, commence par faire le tour de la section de gestion des personnages : tu pourras y créer ta fiche de relations, ta fiche de RP, et la fiche d'évolution de ton personnage.

Si ton personnage est un pensionnaire de l'Orphelinat, poste dans le listing des chambres pour qu'on lui attribue une chambre ; s'il habite à Babylon même, n'hésite pas à venir compléter notre liste des habitations (inrp, tu peux demander un logement à l'Office du Tourisme ou au Quartier Général, ou bien en trouver un par toi-même et t'y installer arbitrairement). Enfin, si ton personnage est un commerçant établi à Babylon, viens le recenser dans la liste des échoppes du Quartier Commerçant.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 11
Age : 20
Date d'inscription : 24/12/2015
Éteint






Ven 25 Déc - 21:27

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escapism :: IDENTIFICATION :: Dossiers d'Avalon :: Préfaces-