Sully E. O'Connor △ a shame that i can read your mind
avatar
Messages : 200
Age : 24
Date d'inscription : 23/07/2015
Éveillé






Jeu 24 Déc - 18:08

SULLY
« well, i didn't tell anyone »
Nom complet ▬ Sully Eranann O'Connor

Surnom ▬ Smile

Age ▬ 15 ans (21/04)

Nationalité ▬ Irlandais

Sexe ▬ Masculin

Occupation(s) ▬ Scolarisé à l'Orphelinat, membre de l'Office du Tourisme de Babylon.

caractère
Sully, c'est un petit garçon au coeur tendre, et grand comme l'univers. Un petit bonhomme affectueux, aux grands yeux candides, couleur d'argile, au sourire attendrissant, au rire doux et chaud comme un rayon de soleil. L'optimisme incarné, toujours un sourire au coin des lèvres, toujours un mot gentil. Bourré d'espoirs et d'utopies, aussi. Un ami sincère, prêt à réconforter la terre entière. Sully, c'est un idéaliste à la voix douce, qui voudrait chanter des berceuses au monde pour qu'il dorme mieux chaque nuit.

Sully, c'est un petit garçon déçu, déçu par les mensonges et les secrets. C'est un petit coeur malade à force de voir du sale partout. C'est un enfant qui ne comprend pas pourquoi le monde est si sombre, et pourquoi personne ne semble s'en soucier. C'est un esprit tourmenté par tous les maux de l'humanité, assailli par ses vices, écoeuré. C'est un cri de révolte gardé au fond du coeur, et une envie de ne pas y croire.

Pourtant, lui, il n'avait rien demandé à personne. Ç'aurait pu être un petit garçon tout ce qu'il y a de plus normal. Innocent, aimant ; un vrai petit ange. Naïf et crédule aussi, facilement influençable. Il se serait fait des amis dont il aurait bu chaque parole, sans jamais douter, loyal comme un chien. Il se serait fait avoir, mais qu'importe, tant qu'il gardait le sourire. Très vite, Sully a compris que son véritable don, c'était son sourire. Pas un don magique, surnaturel. Non, un vrai cadeau. Son cadeau à lui, c'est son sourire, c'est la plus belle chose qu'il possède, et la plus belle chose qu'il puisse offrir. Alors, depuis qu'il est petit, Sully s'applique à ne jamais le perdre. Même quand tout va mal.

Mais voilà, il y a l'autre. Ce pouvoir inscrit dans son corps, cet étrange réflexe qui s'insinue dans son esprit et qui lui pourrit la vie. Car, au fond de lui, Sully sait bien à quoi ressemble la nature humaine. Il le sait mieux que quiconque. Et ça lui donnerait envie de vomir. Quand il était petit, il ne comprenait pas. Il a essayé d'aider les gens, de dire la vérité toute nue, sans pudeur. On dit que la vérité sort de la bouche des enfants : on oublie de dire qu'elle fait mal. C'est fou ce que quelques mots vrais, au milieu de tant de mots faux, peuvent faire comme dégâts. Tout ça parce que le monde est fait de mensonges. Et Sully les exècre. Lui aussi, ça lui faisait mal, de voir tout ça sans rien pouvoir rien faire. De savoir. Ça le révoltait, ça lui mettait la mort dans l'âme et les larmes aux yeux. Trahison, violence, tristesse. Derrière les éclats de rire qui sonnaient faux, n'y avait-il donc que cela ? Mais non, Sully believes. Quelles que soient les horreurs dont il est témoin, il ne perd pas espoir. Sinon, tout serait perdu, tout cela ne servirait à rien. Alors il se tait, fait l'enfant sage, craint le poison de ses paroles, tourne sa langue dans sa bouche avant de parler, ne trahit pas les secrets qui le tiennent prisonnier. Il essaye désespérément de vivre une vie normale, d'apporter un peu de joie et de chaleur à ce monde si froid et si triste. Il prend en charge, aussi, s'occupe de tout et de tout le monde, il se sent responsable. Il combat le mensonge par la confiance, combat la vérité par l'ignorance. Tout ce qu'il entend dans sa tête ne le concerne pas. Il cherche à se convaincre lui-même, sans relâche : c'est le seul moyen qu'il a trouvé de se protéger contre tout ça. C'est comme si quelqu'un d'autre entendait, celui qui sait, alors que lui agit comme d'habitude, sans savoir. Il prend simplement de la distance pour ne pas devenir fou. Il essaye de vivre comme un adolescent normal, comme si ce Pouvoir ne lui pourrissait pas la vie. Il décide de croire leurs mots menteurs et leurs langues fourchues.

Mais régulièrement, il a besoin de s'isoler, pour échapper au bruit dans sa tête. C'est un Pouvoir capricieux, qui ne lui laisse que peu de répit. Et parfois, quand il est seul, il laisse tomber son sourire et de grosses larmes roulent sur ses joues d'enfant. Ça relâche un peu la pression. De toute façon, son sourire reviendra.

avalon et la magie
Statut ▬ Éveillé

Altéré ? ▬ oui

Arrivée sur Avalon ▬ Décembre 2008

Présence sur Avalon ▬ Sully est un pensionnaire de l'Orphelinat, et passe la plupart de son temps sur Avalon. Il rentre souvent dans sa famille pendant les périodes de vacances scolaires.

capacité
1. Manaluminescence
Ce pouvoir, il l'a hérité de sa mère ; une Altérée. Il permet principalement de rassembler le mana ambiant plus aisément (et donc de le déplacer), et de le faire briller. Pour y arriver, Sully enveloppe le mana à illuminer d'une fine couche de mana qu'il consume ensuite. Sur Terre, il peut éclairer de petites quantités de mana pour faire des petits points lumineux flottants, pas plus grands que des lucioles. Sa mère, elle, parvient à créer des points lumineux semblables à la lumière d'une veilleuse, jusqu'à la taille d'une balle de tennis. Sur Avalon, en revanche, la quantité de mana ambiante permettrait potentiellement à Sully d'éclairer une chambre entière.

2. Télépathie
Le drame de sa vie. Alors qu'il était enfant, Sully a croisé les pas de l'Ensemenseur, et ce dernier le dota de pouvoirs télépathiques ; faisant de lui un Altéré, comme sa mère avant lui. Sully possède désormais des fils de mana qui émanent de lui et qui se baladent autour de lui. Et quand ces fils rencontrent un autre être, ils pénètrent son bouclier naturel et s'accrochent à lui. À la manière des tentacules d'une méduse, les fils de mana font courir une sorte de courant électrique à la surface du crâne de la cible, pour capter ses propres impulsions électriques, et en reconstituer les pensées, qui sont alors transmises à Sully par le biais des fils. L'ensemble de l'opération est tout à fait indolore, et indétectable. Le résultat, c'est un Sully  aléatoirement assailli de pensées qui ne sont pas les siennes, alors que ses fils de mana s'accrochent aux gens qu'il croisent. À moins de s'isoler suffisamment, ou de parvenir à maintenir tous ses fils aussi proches de lui que possible, le pauvre garçon ne peut prévenir sa télépathie. Il lui est néanmoins possible de contrôler ses fils, et notamment de les diriger sur quelqu'un en particulier. La plupart du temps, il ne capte que des pensées de surface, mais il peut également chercher à fouiller un esprit plus spécifiquement, afin de tenter d'intercepter des pensées plus profondes. Le seul moyen d'accéder aux pensées les plus profondes reste cependant de les faire remonter à la surface, notamment par le biais de persuasion ou d'évocation.

Sully déteste ce pouvoir, qu'il perçoit comme un fardeau. Doté d'un grand sens moral, le garçon ne supporte pas de pénétrer ainsi dans l'esprit des gens. Idéaliste, il est également tombé de haut en découvrant les noirs secrets que les gens gardent pour eux. Quelque part, il aurait préféré ne pas savoir. Il perçoit également la télépathie comme une invasion constante de son propre esprit par des pensées parasites, et la surcharge qui en découle lui donne souvent d'affreuses migraines.

3. Magie : télékinésie
Depuis son Éveil, Sully a également appris à manipuler la magie. Il s'est révélé naturellement doué pour ça, notamment grâce à sa bonne compréhension du mana. Il s'est inspiré de ses Pouvoirs, dont il a longuement étudié le fonctionnement, et se concentre désormais sur la magie de télékinésie, en utilisant des fils de mana pour contrôler et déplacer mana et objets.

histoire

1. Lumières

Églantine Byrne était une radieuse jeune étudiante lorsqu'elle rencontra l'Ensemenseur, de passage à Dublin, alors qu'il faisait des recherches à la prestigieuse Bibliothèque Chester-Beatty. C'était une de ces rencontres aussi simples que surprenantes, que nul n'aurait pu prévoir. L'Ensemenseur, éternellement jeune, semblait avoir juste son âge, et Églantine le trouva aussitôt intriguant. Curieuse comme une puce, elle ne put cependant dissiper l'aura de mystère dans laquelle il se drapait. Et pourtant, le contact passa si bien, qu'ils se mirent à se fréquenter. Pendant quelques semaines, l'Ensemenseur s'oublia petit à petit, profitant de ces rencontres, et commença à se prendre d'affection pour la jeune femme, attendant de la voir rire et sourire. Il baissait sa garde, charmé, sans en prendre conscience. Jusqu'au jour où le secret lui échappa. La magie. Églantine fut émerveillée face à cette révélation, et ne put cacher sa déception quand le jeune homme lui avoua qu'il avait Chuté depuis bien longtemps déjà. Et c'est alors que l'idée commença à germer dans son esprit. L'idée d'un cadeau précieux, et terriblement unique. Et un soir, alors qu'ils se promenaient le long de la Liffey en regardant les étoiles, il demanda à la jeune femme de fermer les yeux, et lui fit don de la Manaluminescence. Le Pouvoir se voulait inoffensif, et il savait qu'il plairait à la jeune Irlandaise. De plus, il lui permettait de voir de ses propres yeux le mana qui existait dans son monde, et sur lequel elle l'avait tant interrogé. Il lui expliqua alors comment s'en servir, et lui apprit à faire danser de petites lumières autour d'eux. C'était une soirée magique.

Mais c'est connu, l'Ensemenseur ne reste jamais longtemps au même endroit, et les ennuis le rattrapent vite. Ce soir-là, après avoir raccompagné la jeune femme jusqu'à sa chez elle, il posa la main sur sa tête et lui ébouriffa gentiment les cheveux, comme à son habitude. Mais son sourire avait quelque chose de forcé. Et quand il lui souffla bonne nuit au creux de l'oreille, Églantine sentit son coeur se serrer sans savoir pourquoi. Sans savoir que c'était sa façon de lui dire adieu.


2. Secrets

Églantine attendit plusieurs mois, mais l'Ensemenseur ne reparut pas. Il était parti sans un mot ; les adieux, ce n'était pas son genre. Les « et ils vécurent heureux » non plus. Il avait failli l'oublier, l'espace de quelques semaines. Il avait failli la mettre en danger. Il l'avait déjà fait, d'une certaine façon, en lui parlant de la magie. Mais il ne lui avait pas parlé de lui, en fin de compte. Il ne lui avait donné aucune explication. Il était juste apparu un beau jour, prêt à bouleverser sa vie, et s'était évanoui sans laisser de traces.

Alors Églantine finit par comprendre que l'histoire s'arrêtait là. Elle tourna la page, remit sa vie en marche, et ne conserva de cette charmante aventure que quelques souvenirs sortis d'un rêve étrange, et les petites lumières qu'elle faisait danser dans le noir, parfois, avec émerveillement. Elle rencontra Chase O'Connor pendant sa dernière année d'université. C'était un garçon tout à fait normal, gentil, un peu inquiet, d'une tendresse infinie. Il n'avait pas d'histoires fantastiques à lui raconter, il ignorait tout de la magie et de ses merveilles, et Églantine se promit de ne jamais lui en parler. Mais il prenait soin d'elle, et ils souhaitaient avancer ensemble, main dans la main. Le jour où ils prononcèrent leurs voeux fut le plus heureux de la jeune femme, et la naissance de leur premier enfant, un an plus tard, combla le couple de bonheur. Ce fut leur unique enfant. Églantine découvrit que les Pouvoirs se transmettaient d'une génération à l'autre, et elle apprit à son fils à garder le secret de la Manaluminescence. C'était leur petit secret à tous les deux.


3. Altération

Et puis, un jour, un jeune homme aux cheveux décolorés frappa à la porte des O'Connor. Églantine laissa échapper un cri de surprise en reconnaissant l'Ensemenseur. Sully avait quatre ans.

Il était de retour. Il était « de passage » disait-il, aussi avait-il voulu voir comment elle se portait. Ce qu'elle était devenue. Il avait mené sa petite enquête, avait entendu dire qu'elle était mariée, qu'elle avait eu un enfant. Elle avait l'air heureuse. C'était tout ce qui lui importait, mais il garda cela pour lui. Elle lui cria dessus, en colère, bouleversée. Il rit, la charria, avec ce petit air prétentieux qu'il prenait parfois quand il faisait une bonne blague. Ils ressemblaient à deux gosses, ces deux gosses qu'ils avaient été quelques années plus tôt. Si ce n'est qu'elle s'était épanouie, et que lui n'avait pas pris une ride. La tension disparut rapidement, tandis qu'ils rattrapaient le temps perdu, se mettaient à parler du passé, de leurs vies, comme deux vieux amis qui s'étaient perdus de vue. L'Ensemenseur ne lui expliqua jamais pourquoi il était parti, mais elle ne ressentait plus le besoin de savoir. Il allait encore une fois faire un passage dans sa vie, il resterait quelques semaines, et s'en irait de nouveau. Ils le savaient tous les deux, et profitaient tranquillement de ces moments volés au cours de leurs vies respectives. Il ne cessait de revenir, jour après jour, et Chase l'aperçut à quelques reprises. Ils durent trouver une explication hâtive, une histoire de famille, un jeune cousin qui était là pour un stage.

Et puis tout bascula.

C'était un mardi matin comme un autre à Dublin, alors que la jeune maman se rendait à la banque avec son fils et son cher ami. Nul n'aurait pu prévoir la catastrophe. Tout se passa si vite. Les portes qui claquent et les gens cagoulés de noir qui se mettent à crier, arme au poing. Le hold-up, la prise d'otages. L'angoisse, qui tétanise. Et la mère, qui serre son enfant dans ses bras. C'est là que l'Ensemenseur se tourna vers elle, et posa la main sur l'épaule du petit Sully. À demi-mot, il lui exposa son idée. Puis il attendit sa réponse. Et dans l'urgence de la situation, Églantine consentit. Se rendant ainsi complice dans le drame qui devait s'abattre sur la famille O'Connor.

C'est dans ces circonstances que Sully devint télépathe. Sa mère, ayant déjà été Altérée, n'aurait pu porter ce fardeau à sa place. L'Ensemenseur emprunta alors les nouvelles capacités de l'enfant, et s'en servit pour déjouer les plans des brigands, mettant sa vie en jeu pour garantir la sûreté d'Églantine et de son fils. Il s'empara de l'arme de l'un des criminels, et démontra avec sang-froid qu'il savait s'en servir en le descendant. Deux autres tombèrent, et le dernier choisit de lâcher son arme plutôt que de suivre leur exemple. Une dernière détonation signa son arrêt de mort. L'Ensemenseur raccompagna ensuite la mère et l'enfant jusqu'à chez eux, encore sous le choc, mais sains et saufs. Puis il s'en retourna seul, incapable de calmer son sentiment d'inquiétude.


4. Mensonges

Quand il essaya de téléphoner à Églantine le lendemain, celle-ci ne répondit pas, et l'ancien mage n'osa pas aller la voir à l'improviste. Il finit par y retourner quelques jours plus tard, cédant au besoin de vérifier que tout allait bien. Et quand la jeune femme ouvrit la porte, il comprit que ce n'était pas le cas.

« Églantine ! Qu'est-ce qu'il s'est passé ?
- Tu ne devrais pas être ici, John... »

Il la regarda sans comprendre. Elle avait les yeux remplis de larmes, tandis que lui nageait dans l'inquiétude. Il ne put s'empêcher de la détailler du regard, à la recherche du moindre indice. Au moins, elle ne semblait porter aucune blessure. Puis il songea à l'enfant.

« Il est arrivé quelque chose à Sully ? »

Elle se raidit, mais ne répondit pas. Elle fuyait son regard.

« Je t'en prie, Églantine, parle-moi ! »

C'est alors que deux petites mains se posèrent sur sa jambe, en appuyant. Il baissa les yeux, et vit l'enfant, glissé entre sa mère et lui, qui tentait de le repousser. La mère prit aussitôt l'enfant dans ses bras, comme pour le protéger. Il ne comprenait pas. La jeune femme hésita, puis finit par parler.

« C'est Chase, il... Sully... Il ne pouvait pas savoir. »

Elle caressa les cheveux de l'enfant avec une tendresse infinie.

« Il croyait bien faire. On ne sait pas ce qu'est le mensonge, à quatre ans. On lui a toujours dit de ne pas mentir. Il ne pouvait pas comprendre la différence entre ce que je disais dans sa tête, et ce que je lui disais tout haut. Je n'ai pas pris le temps de bien lui expliquer. Je n'avais pas pensé... »

L'Ensemenseur la saisit par les épaules, doucement mais fermement, pour l'aider à se calmer. L'enfant le regardait fixement. L'Irlandaise prit une profonde inspiration, avant d'expliquer :

« Chase est au courant. Pour Sully. Et pour moi. Pour la magie. »

Elle marqua une pause, avant d'ajouter :

« ...Et pour toi. »

Il la lâcha, et recula d'un pas, très lentement. Il aurait voulu plus de détails, mais l'expression malheureuse de la jeune mère l'en dissuada. Ne trouvant rien d'autre à dire, il murmura un : « Je suis désolé. »

Et puis elle se mordilla la lèvre, ravalant ses pleurs. Elle força un sourire.

« Il vaudrait mieux que tu y ailles. »

Il la considéra un moment, avec son fils blotti dans ses bras. Il ouvrit la bouche comme pour dire quelque chose, mais se ravisa. L'enfant, qui ne l'avait pas quitté des yeux, chuchota quelque chose à l'oreille de la jeune femme, qui sourit de plus belle.

« Ne t'en fais pas, ça ira. Je ne t'en veux pas. »

Puis elle prit une nouvelle inspiration, pour ajouter :

« Mais je dois m'occuper de ma famille. »

Alors ce fut au tour de l'ancien mage de sourire, malgré le chagrin, avant de tourner les talons. Pour la seconde fois, il la quitta sans rien dire. Et cette fois, il savait qu'il ne reviendrait plus.

Il finit cependant par recroiser le chemin de son fils, sept ans plus tard, dans les rues de Dublin. Froidement, l'enfant lui assura qu'Églantine allait bien. Puis il lui demanda de rester loin de sa mère, avant de s'enfuir en courant.


5. Vérités

Chase O'Connor était un homme simple. Il était aussi d'un naturel un peu inquiet. De ces hommes pleins de droiture, patients et attentionnés, mais qui s'effondrent dès que les choses échappent à leur contrôle. Et qui, une fois leur sérénité fissurée, peinent à en colmater les brèches.

Sans la magie, les O'Connor auraient probablement connu un bonheur tranquille et durable. Elle, pétillante mais compréhensive, aurait su apporter une touche d'imprévu justement dosée dans sa vie parfois trop prudente. Lui, l'aurait adorée et chérie, et aurait fait un mari et un père idéal.

Mais la magie avait détruit ce fragile équilibre. Innocente au possible, la manaluminescence les avait accompagnés dans leur vie avec la plus grande discrétion. La télépathie, en revanche, ne pouvait qu'entraîner de lourdes conséquences. Du haut de ses quatre ans, le petit Sully n'avait pu comprendre comment les choses avaient changé. Les pensées qu'il entendait désormais sonnaient comme des paroles ouvertes pour l'enfant. Il ne pouvait non plus comprendre l'importance des secrets et de la retenue. Aussi impensable que cela lui aie paru, le père n'avait pu repousser bien longtemps l'impressionnante vérité. Et face à cette révélation, Chase O'Connor sentit quelque chose se briser en lui.

L'idée que sa femme lui avait caché son secret pendant toutes ces années le mit terriblement mal à l'aise. Il faudrait du temps et de la patience pour reconstruire ce lien de confiance ; s'il ne s'était agi que de cela, cependant, peut-être y seraient-ils parvenu. La charmante Églantine, avec son tact et sa douceur, aurait probablement pu faire accepter à Chase un don aussi inoffensif que la manaluminescence.

Mais le pire, dans toute cette histoire, c'était de voir son propre fils devenir un monstre à ses yeux.

Suite à l'incident, Églantine mit en oeuvre tous les moyens à sa disposition pour sauver sa famille, et la reconstruire. Elle se devait d'aider son fils à grandir en supportant le sort auquel elle l'avait condamné. Elle se devait de soutenir son mari, pour qui sa femme et son fils étaient soudain devenus des étrangers. De son côté, Chase fit d'énormes efforts pour remettre les choses en perspective, et ne pas simplement se fermer à ces deux êtres qui étaient si chers à son coeur. Ils avaient la chance d'avoir un petit garçon facile, d'une bonne volonté remarquable, et qui semblait avoir hérité de toutes les qualités de ses parents. La petite famille parvint donc à surmonter cette épreuve — mais elle ne s'en remit jamais complètement.

Sully apprit à ses dépens que la vérité nue causait parfois plus de torts que de bien. Il apprit également en grandissant que, en dépit de l'amour qu'il lui portait, son père ne pourrait plus jamais le regarder sans arrière-pensées. Il ne pourrait jamais complètement effacer ce malaise entre eux, ni se débarrasser de cette angoisse qui le prenait dès qu'il se retrouvait dans la même pièce que son fils. Son fils devant qui son âme était mise à nue. Son fils qui avait dû grandir en écoutant les craintes muettes de son propre père, qu'il terrifiait. Son fils dont il ne connaissait finalement que ce sourire rassurant, cette discrétion appliquée, et dont il devinait pourtant la tristesse. L'homme, incapable de témoigner à cet enfant l'affection qu'il aurait voulu lui porter était rongé par les remords ; et il s'installait entre ces deux-là des silences lourds et pesants.


6. Éveil

Il y a des fois où le sort semble s'acharner contre certaines vies. Et c'est ainsi que, dans sa quatorzième année, Sully s'éveilla.

Au début, il ne comprit pas. Il avait toujours eu conscience de l'existence du mana. Il savait que c'était ce qui le reliait aux gens. Il savait qu'il y en avait partout autour de lui, et pouvait même le rendre visible en l'illuminant. Il était déjà habitué à rassembler ce mana, et à le manipuler, le pliant à sa volonté. Aussi ne remarqua-t-il pas tout de suite ses nouvelles capacités. Jusqu'à ce qu'il arrive sur Avalon, de façon tout à fait inattendue. Il avait sauté par mégarde. C'est alors qu'il découvrit véritablement la magie.

Il mit rapidement sa mère au courant. Ils décidèrent d'un commun accord de ne pas en parler à son père. Sur, Terre, l'Éveil ne changeait pas grand chose à la situation du garçon. Et ils n'étaient pas sûrs que le père supporterait cette nouvelle perturbation. En revanche, la mère de Sully était émerveillée, et voulait que son fils puisse profiter au maximum de la chance qui lui était offerte. Ils s'organisèrent donc pour envoyer Sully vivre à l'Orphelinat Underwood, qu'ils présentèrent à son père comme un pensionnat privé aux idées novatrices, avec un service fiable et de qualité. En filigrane, chacun se disait également qu'il serait bon pour tout le monde de mettre un peu de distance entre Sully et son père, tout en convenant que l'adolescent rentrerait dans sa famille pendant les vacances scolaires. Sully accepta à contre-coeur, ne sachant quoi penser de cette magie qui avait fait tant de mal à sa famille par le passé. Mais l'enthousiasme de sa mère fut assez pour le convaincre, et il devait bien avouer que c'était plaisant d'en voir leur complicité renforcée.

Sully s'adapta rapidement à la vie sur Avalon. Au bout de quelques mois, il s'était véritablement attaché à ce nouveau monde et à ceux qu'il y avait rencontré. Crystal, une jeune mage un peu plus âgée que lui qui faisait plus ou moins office de maire à Babylon, l'avait rapidement pris sous son aile (comme la plupart des nouveaux venus qui voulaient bien d'elle), et il fit de rapides progrès en magie sous sa tutelle. Il fit de nombreuses autres rencontres, dont certaines devaient se révéler significatives, comme la rencontre de son nouveau colocataire, un peu moins d'un an après son arrivée à Avalon, qui devait rapidement devenir son meilleur ami.

Aujourd'hui, Sully est remarquablement bien intégré à Avalon. Beaucoup des pensionnaires de l'Orphelinat ou des résidents de Babylon le connaissent sous le nom de « Smile », car il a toujours le sourire aux lèvres. Toujours prêt à venir en aide et à vous tendre la main, Sully est très actif dans la communauté avalonnienne, notamment en ce qui concerne l'accueil des nouveaux venus. Il est membre de l'Office de Tourisme, une association de bénévoles qui agit essentiellement comme guichet d'information, et qui cherche à guider les nouveaux mages dans ce nouveau monde. Leur local se situe sur la Grand-Place de Babylon, lieu d'arrivée de tous les nouveaux venus ; aussi verrez-vous souvent un petit bonhomme aux cheveux roux, tout ébouriffé et tout sourires, arpenter la place en saluant tous ceux qui y apparaissent pour la première fois.

pseudo ▬ Alcyone
age ▬ 22 ans
avatar ▬ Daisuke Niwa, de D.N. Angel
pokemon préféré ▬ Feunard
comment avez-vous trouvé le forum ? ▬ krr krr ♥
des suggestions ? ▬ nope ♥


 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 140
Age : 23
Date d'inscription : 07/02/2015
Éveillé






Ven 25 Déc - 1:59

Bienvenue à Avalon

Bravo, ta présentation est validée ! Tu peux désormais te lancer sans retenue dans l'exploration d'Avalon. Commence par aller recenser ton avatar et, si tu le souhaites, l'occupation et les compétences de ton personnage.

Une fois que c'est fait, commence par faire le tour de la section de gestion des personnages : tu pourras y créer ta fiche de relations, ta fiche de RP, et la fiche d'évolution de ton personnage.

Si ton personnage est un pensionnaire de l'Orphelinat, poste dans le listing des chambres pour qu'on lui attribue une chambre ; s'il habite à Babylon même, n'hésite pas à venir compléter notre liste des habitations (inrp, tu peux demander un logement à l'Office du Tourisme ou au Quartier Général, ou bien en trouver un par toi-même et t'y installer arbitrairement). Enfin, si ton personnage est un commerçant établi à Babylon, viens le recenser dans la liste des échoppes du Quartier Commerçant.


my roomie ;v; ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escapism :: IDENTIFICATION :: Dossiers d'Avalon :: Préfaces-