Urielle Nettle - Les fils destins tissent la tapisserie de l'avenir
avatar
Messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 01/02/2016
Éteint






Lun 1 Fév - 21:33

Urielle
"Nous tissons notre destin, nous le tirons de nous comme l’araignée sa toile."
Nom complet ▬ Urielle Nettle

Surnom ▬ La veuve noire… C’était le surnom de son arrière-grand-mère, pour devenir celui de sa grand-mère, puis de sa mère, avant de devenir le sien. Les héritages sont parfois assez amusants.

Age ▬ 18 ans, né le 13 février 1992.

Nationalité ▬ Irlandaise

Sexe ▬ Femme

Occupations ▬ Tisseuse et brodeuse en freelance sur Terre et tiens une petite boutique de tissu sur Avalon.

caractère


On a tous des trucs qui nous dérange, qui titille, nous mettent mal à l’aise ou même simplement nous énervent. Tout le monde a au moins une chose comme cela. Sauf peut-être les cailloux ou les plantes, mais cela n’a pas encore été vérifié car personne n’arrive vraiment à avoir une discussion civilisée avec eux. Ou si quelqu’un l’a fait, cette personne ne s’est pas donné la peine de le faire savoir au grand public et a caché une des vérités les plus importantes du monde, mais pour le moment, de cela, on s’en fiche complètement. Pour en revenir au fil rouge  du début, Urielle, ce qui la dérange régulièrement et qui a une forte tendance à lui porter sur les nerfs c’est le concept même de perfection. Le mot devrait même être interdit dans le dictionnaire, mais comme beaucoup de mot qui n’auraient même pas dû voir le jour la blondinette ne peut absolument rien y faire. Dommage, c’est comme la guerre dans le monde, la faim ou la maladie, qu’importe combien on est contre cela ne changera rien. Rien, ni personne n’est parfait. Si cela arrivait ça n’aurais qu’un arrière-gout fade dans la bouche.

La poursuite même de la perfection est une bêtise à l’état pure. La bêtise est amusante, quelque peu désolante aussi. Dans les recherches de perfection la plus marrante de toute, pour elle, c’est celle de la beauté physique, du genre à faire rire bien jaune, un magnifique jaune pisse, avec l’odeur qui va avec en plus, à s’en faire vomir rien qu’à l’idée. Ce que les gens sont capables de faire, pour être plus minces, plus lisses, plus jeunes, plus bronzés, plus blancs, plus blonds ou plus n’importe quoi du moment que ce n’était pas ce qu’il était à la base, est simplement effrayant. Pourtant, pour être bien dans son corps il suffit d’être bien dans sa tête et d’oublier le regard des autre incapable d’être satisfait assez d’eux même pour venir critiquer à côté histoire d’oublier ce qui ne leur convient pas à eux. Cela la dépasse que l’on ne se fasse pas plaisir en mangeant ce que l’on aime par peur de quelque bourrelets et que l’on préfère ressembler à un fade spaghetti qui se brisera au moindre coup de vent. Manger c’est le bien, le gras c’est la vie.

Parce que oui, manger est une passion pour la blondinette. Pour être plus précis, se faire plaisir est sa vraie passion. Vivre au coup de cœur, à l’envie du moment est un pur plaisir. Savourer un bon croissant ou bien se faire une tartiflette tout seul. Qu’importe les kilos sur les hanches, qu’importe l’heure, si on a envie il ne faut pas se priver. Bien sûr il ne faut pas non plus abuser des bonnes chose, mais croquer la vie à pleines dents est tellement plus amusant. Sa gourmandise se voit, son corps le montre et elle adore cela, même s’il perd trop rapidement cet excès. Avoir des formes la fait se sentir vivante, puis le tissu va tellement mieux quand il y a des reliefs à faire vivre qu’en le laissant tomber bêtement et simplement sur un spaghetti. Les froissements de tissu rendent tout tellement plus vivant. Quel que soit le type de tissu, ils ont tous une vie si riche, si belle, si excitante. Savoir quoi faire de chacun ou de comment le mettre en valeur est quelque chose qu’elle adore.

Autant le milieu même de la mode lui laisse un goût amer en bouche à regard, autant les merveilleux tissus l’émoustillent comme pas possible, les broderies aussi d’ailleurs. Chaque imperfection sur eux la fait sourire, chaque façon de tisser ou de broder portant sa propre marque de fabrique. Un livre d’histoire dans chacun, même ceux fait en série à la machine. Elle pourrait rester des jours entiers plongés dedans à certain moment. De la matière la plus noble à la moins, pour elle tous ont la même valeur, il suffit simplement de trouver leur utilisation optimale, celle avec lequel on sera le plus à l’aise. De la musique dans les oreilles et en fredonnant joyeusement elle cherche une maison pour chacun de ses bouts d’étoffe. Seulement c’est bien beau une passion, mais parfois même adorant ce que l’on fait il faut lâcher prise et faire quelque chose de complètement différent permettant de se vider le crane. N’étant pas tellement adepte de sport, elle cherche son oubli dans la lecture.

Attention, pas n’importe quelle lecture. Non, non. Uniquement et seulement des romans à l’eau de rose et des fans fiction, parfois des fictions originales trouvées sur le net, du moment qu’il y a de la romance, sous n’importe quel forme. Qu’importe si cela donne envie de mourir au bout de cinq lignes tellement c’est rose et paillettes ou bien sans aucun sens ou encore. Cela n’a aucune importance car cela l’amuse et une fois dans la lecture elle est à fond dedans, émotive comme pas possible et cela même si n’y a presque aucune raison de l’être. Pour pousser le vice un peu plus loin, il est important de préciser que même quand elle n’aime pas, une fois une histoire commencée, elle ira jusqu’au bout, même si c’est pour s’en plaindre ensuite. Parfois elle lit aussi d’autre choses, plus sérieuses, moins cucul la praline, mais on commet tous des infidélités à nos plaisirs coupables. En plus c’est toujours intéressant de raconter les récits les plus sales et invraisemblables lus pour se défaire d’une conversation non voulue. Pas que cela lui arrive souvent, mais il faut bien en trouver des avantages.

Pas qu’elle cherche à fuir les conversations, mais avoir des portes de sortie quand des sujets trop glissants arrivent est toujours bon. De nature assez curieuse sur les gens autour d’elle, à vouloir savoir chacun de leurs recoins d’ombre, elle aime discuter ou plutôt écouter, être une oreille attentive et compréhensive. Après chaque découverte qu’elle n’aurait que pour son seul plaisir, les ragots ça ne lui plaît pas. C’est pour son propre plaisir qu’elle grattera les surfaces trop lisses des gens pour voir les crasses en dessous, qu’importe si cela la met dans des situations délicates. La peur n’évite pas le danger et sans périls la vie est fade et plate. Si elle ne trouve rien en grattant un peu à la surface, son esprit va de lui-même partir à la dérive et faire mille et une théories sur les gens qui l’entourent. Qu’importe si cela est totalement impossible, l’imagination n’a jamais tué son corps pour le moment.

Ce qui est assez ironique c’est que de son côté elle est assez réservée sur elle et n’aime pas en parler. Elle ne voit surtout pas quoi il y aurait à raconter et s’il y avait matière à discuter, les gens sont trop cons pour comprendre la plupart du temps. Elle l’a compris très rapidement au vu de comment sa famille fut assez facilement mis dans les dépravées car ils avaient une façon de vivre différente de ceux qui les entourent. Urielle a appris très rapidement aussi que d’être polie et gentille était le meilleur moyen d’avoir la paix et qu’en plus cela ne coûtait rien. Assez franche tout de même quand elle parle, elle cherche au possible à ne pas insulter à tour de bras pour la moindre broutille. Fatiguant et ne servant à rien, mais quand cela arrive elle le fait de la façon la plus soutenue possible. Tenter de garder pied qu’importe la colère est un jeu assez relaxant quand on a encore la tête d’y penser.

Dernier point important dans le caractère de la blondinette, elle ne comprend absolument rien à la conception même d’un couple ou des sentiments amoureux. Pour elles ne sont que des histoires plaisantes à lire et rien de plus, des choses que les gens tentent de reproduire avec plus ou moins de réussite. Elle n’a eu aucun exemple concret et du coup cela lui passe complètement au-dessus de la tête, au moins cela a eu l’avantage de la rende ultra ouverte à tout type de sexualité des gens autour d’elle. Qu’importe de comment cela peut sembler étrange ou malsain, du moment qu’une personne est heureuse avec cela elle ne voit pas le problème. Chacun chasse ses propres chimères et c’est amusant à observer tout de même.



avalon et la magie
Statut ▬ Éteint

Altéré ? ▬ Oui

Arrivée sur Avalon ▬ Elle a mis pour la première fois les pieds sur Avalon le 1er avril 2003, autant vous dire que comme poison d’avril c’était super réussi. Marcus avait toujours eu un goût des plus distingués pour les farces et surprises.

Elle attend toujours une personne capable de la surprendre encore plus que cela, mais c’est un peu comme attendre le prince charmant, selon elle. Long, chiant et décevant au final.

Présence sur Avalon ▬  Sporadique. Jamais vraiment là, mais jamais loin non plus. Sautant avec des éveillés, passant par-là (pour le retour sur Terre) ou qu’elle a appris à connaître par la force des choses. Sa famille étant séparée entre les deux mondes, elle ne sait plus trop, depuis un moment, où elle finira par rester.

Elle travaille des deux côtés, dans la même branche, en attendant de trouver une réponse d’où est sa place finale. C’est, certainement, dans un lit douillet et chaud avec du chocolat et diverses douceurs, ainsi qu’un chaton. La tisseuse qu’elle est n’a, simplement, pas encore trouvé où se trouvait le meilleur de tout cela.



capacités


Premier secours : Avec son apprentissage, elle a suivi en plus des formations aux premiers secours. Toujours utile si quelqu’un fait un malaise ou se blesse. Attention c’est du premier secours, pas une infirmerie ambulante.

Tissage et broderie, sur machine et à la main : Urielle a suivi depuis ses quinze ans un apprentissage au métier de tisseur et brodeur. Elle a parfaitement bien réussi ses examens et a même une boutique de taille modeste. Elle est assez douée en ce domaine et vit son métier en vraie passion.

Mémoire de bonne qualité : Certainement car elle est curieuse et aussi parce qu’elle travaille dessus régulièrement sa mémoire aussi bien auditive, tactile que visuelle est de très bonne qualité et elle peut s’y fier sans aucun souci. Par contre sa mémoire olfactive et gustative sont simplement dans la norme.

Création et manipulation de fils : Altération qu’elle tient de sa mère. Ce pouvoir se découpe en deux parties cumulables.

La première lui permet de créer jusqu’à dix fils, un au bout de chaque doigt. La qualité, la composition et résistance du fil varie selon la concentration utilisée. Plus on souhaite quelque chose de spécifique et/ou précieux plus cela est fatiguant à faire et demande de l’effort. Elle fabrique toute sorte de fils pour tissus : de la soie, du lin, du cachemire, du coton, de l'angora, de la laine, du polyester, de élasthanne, du mohair, du polyamide et du synthétique. Il faut qu'elle est connus le fils physiquement ET qu'elle l'ai parfaitement étudier dans les moindre détails pour être capable de le créer elle-même. Le diamètre du fils est une variable qu'elle modifier, dans la limite du maximum et minimum existant dans le commerce. La solidité de chaque fils varient suivant la matière et ont exactement la même que la matière d'origine (à comprendre qu'un fils de soie à la résistance d'un fil de soie et que la laine est aussi résistante que de la laine).  De plus il faut de la matière pour que le fil se fabrique et du coup il faut obligatoirement qu’Urielle ait des réserves de graisse pour ne pas que les fils ne se nourrissent directement du reste de ses cellules. Sur Terre il n’est possible que de créer les fils un à un. De plus, leur création demande cinq fois plus d’énergie.

La seconde lui permet de contrôler jusqu’à dix fils, un à chaque doigt encore une fois. Le fil contrôlé agit selon son bon vouloir, se plie à sa volonté. Plus de fils sont sous son contrôle, plus de concentration il faut avoir, la moindre inattention et le fil redevint simplement sans vie. Son contrôle donne uniquement vie aux fils, cela ne change en aucun cas leurs matières, leurs résistances, leurs épaisseurs ou toutes autres caractéristiques qu’ils pourraient avoir. Sur Terre son contrôle se limite à un et unique fil. La porter maximal de son contrôle est de cinq mètre autour d'elle.

Contrôle des araignées : Altération qu’elle tient de son père cette fois.

Elle a la magnifique capacité de pouvoir contrôler des araignées. Enfin, elle peut en contrôler une à la fois. Pour se faire elle doit premièrement trouver une araignée. Deuxièmement elle doit établir un lien de mana avec, ce qui est prends cinq minutes, le temps que le cerveau humain de Urielle comprenne comment faire bouger à sa convenance celui de l’araignée et surtout qu'un fil de mana relie la bestiole et la blondinette. Il faut bien entendue que la bestiole ne se soit pas enfuit entre temps, sinon il faut tout reprendre depuis le début. Une fois le lien fait, il suffit de donner une instruction (clair et précise) et la créature sur pattes l'exécutera. Seulement le contrôle ne peut se faire que dans un rayon de 3 mètre autour d'Urielle (c'est la longueur maximum du fil de mana créer par la jeune femme) et du coup si l'araignée sort de ce rayon et bien le contrôle arrête. Tout cela demande de l'énergie ainsi que de la concentration. Sur Terre le contrôle ne se fait plus que sur un rayon 1 mètre.

Au vu des divers autres inconvénients de ce pouvoir (dont celui de ne lui servir à rien selon la blondinette) Urielle ne l’utilise qu’en cas EXTRÊME nécessité (genre la fin du monde, son unique chance de sauver sa peau ou celle de quelqu’un… et encore si vous avez besoin d'une araignée dans ce genre de situation et que c'est votre seule chance c'est que vous êtes dans le purin jusqu'au cou et même plus encore).


histoire


La vraie histoire d’une personne ne commence jamais avec elle. Enfin rarement. Parfois. On s’en fiche, ce qui compte c’est que là ça ne commence pas avec Urielle Nettle, mais avec Abbie O’Brian, son arrière-grand-mère. Un brave petit bout de femme qu’elle était. Forte de caractère, pleine d’envie de liberté, pleine de courage, pas beaucoup de chance aussi. Elle fut mariée à ses seize ans à un jeune homme de son village, un brave homme, pas plus âgé qu’elle et surtout qui partit à la guerre le lendemain des noces précipitées. Il fallait donner une raison au soldat de revenir. La jeune irlandaise avait vu son mari partir le cœur lourd, sans trop savoir pourquoi, juste comme cela, parce qu’il fallait avoir le cœur lourd, même si elle arrivait à peine à se souvenir de son prénom. Peut-être que c’était simplement le repas de noce qui était mal passé, quoi qu’il en soit ce fut la dernière fois qu’elle le vit. Quelque mois plus tard elle fut déclarée veuve de ce mari à peine connu. C’était bien triste car une vie sans mari, à ce moment, n’était pas vraiment des plus agréable, mais tout souci à solution et ce fut sa famille qui la trouva.

Brave famille qu’il était. Aimante et le cœur sur la main, n’ayant aucune envie de laisser dans la rue une des leurs. On lui trouva un nouveau mari, un homme de quarante ans, veuf, gentil, avec une belle rente en prime. Duach était vraiment un homme bien. Un gentleman comme on en fait plus, un petit bijou et malgré leur différence d’âge ce fut un mariage heureux. Seulement voilà, Abbie n’avait pas de chance et la maladie emporta son mari, la laissant une nouvelle fois veuve. Cette fois, ce fut elle qui prit sa vie en main et qui tente de se débrouiller toute seule pour s’en sortir. Ce fut à ce moment-là qu’elle sauta pour la première fois à Avalon. Elle découvrit avec émerveillement les enchantements de ce monde étrange. Elle fit des rencontres enrichissantes, fit même des recherches sur le mana. Elle finit, avec l’aide d’un homme de son âge rencontré sur place, Robert, par s’altérer pour garder pour toujours un bout de cette magie en elle.

Seulement toute les bonnes choses ont une fin et un matin Abbie ne fut plus capable de sauter en Avalon. Elle avait chuté, ce sont des choses qui arrivent. Pour une fois pourtant elle eut de la chance, car Robert vient la rejoindre et décida de finir sa vie avec elle. Le troisième mariage fut donc le bon pour la brave Abbie qui donna même naissance à une fille, Ethna. Brave petite aussi que fut cette enfant. Calme, un peu tête en l’air et ayant hérité de l’altération des fils de sa mère. Elle ne connut jamais Avalon en vrai, seulement dans les récits de ses parents. Ce fut peut-être un peu cela qui la rendit un peu trop rêveuse, amoureuse trop rapidement, trop pressée pour les choses d’adultes. A tout juste dix-huit ans elle se mariait avec son premier amour, à vingt ils divorçaient. Ce fut rapide, fugace, intense, vivant. Un peu triste sur la fin tout de même.

Cela ne m’y pas plus de plomb dans la cervelle de la jeune Ethna. Pourquoi faire ? Vivre dans l’instant était bien aussi et puis ses parents la soutenaient. Un an après son divorce elle se remaria, avec l’avocat qui l’avait défendue pendant la rupture avec son mari face aux tribunaux, Arthur. Le destin est parfois quelque peu joueur, si bien entendu on croit au destin. Ce fut un mariage heureux, avec des accros, comme dans n’importe quel couple, mais sans souci majeur. Qu’importe si tout se passe bien, les gens jacassent toujours pour la moindre miette à leur portée, ce fut le début des surnoms de veuve noire pour la mère et ensuite la fille. N’ayant que faire des ragots et étant heureuses, aucune ne chercha à réprimer les cancans idiots. Beaucoup trop d’énergie pour seulement du vent. Ethna donna naissance à une fille Iverna Nettle, la mère d’Urielle. L’altération avait continué sa route avec elle aussi. Toujours présente, la beauté de la génétique.

Des femmes comme Iverna c’est assez déroutant à rencontrer. Pas méchante pour deux sous, un peu love, sex and drug sur les bords, avec une idée très claire de son avenir. Depuis l’enfance, enfin une fois qu’elle fut capable de comprendre l’histoire d’Abbie et d’Ethna, elle sut que les princes charmants n’étaient que de douces chimères remplissant les pages. Dommage, elle avait toujours adoré les livres pourtant. Future petite libraire, elle avait poursuivis sa vie en recherchant une solution à son souci. Parce que oui, il y avait souci, selon elle. Elle voulait une famille, trois marmots exactement, criant, jouant  et étant dans ses bras, sans avoir l’encombrement d’un homme qui partirait possiblement un jour ou l’autre. Etre fidèle à une seule et unique personne ce n’était pas son truc, trop libertine pour cela, mais elle les voulait ses petits monstres tout de même. Ce fut à une soirée sûrement trop arrosée avec trois amis d’enfance que la solution arriva. Un contrat, il suffisait de faire un simple contrat, être d’accord avec le géniteur pour le petit puis vivre sa vie chacun de son coté en voyant le bout de chou de temps en temps.

Ce fut d’abord un simple délire ivre, un truc que l’on dit puis qu’on oublie le lendemain. Un truc innocent, puis enfin de compte ça ne resta pas ainsi et les quatre mousquetaires des temps moderne se tournèrent vers Arthur qui en bon avocat et père leur trouva une solution juridique stable et légale leur permettant leur délire innocent. Voilà, les dés étaient lancés et le premier des petits fut en marche. Marcus vit le jour au tout début de l’été, son père, Estéban, un brave chauffeur de taxi fut présent assez régulièrement la première année pour aider la jeune mère, puis continua sa vie simplement en passant voir la petite famille une fois tous les deux trois mois. Un an et demi plus tard, fin novembre, ce fut au tour de Leroy de venir au monde. Son père, Sirius, simple agent de police fut plus une aide financière que physique pour Iverna, un peu trop bourru pour savoir quoi faire face aux enfants, mais pas méchant, ses visites étaient plus près des deux fois par ans qu’autre chose, mais la jeune libraire s’en foutait, cela lui convenait et puis ce n’était pas comme si elle avait imaginé autre chose venant de lui. Deux en plus tard ce fut Urielle qui poussa son premier cri pendant le mois de février, son père, Altair, un brave facteur un peu trop gaga pour son propre bien, qui fonda une famille de son côté par la suite.

Cela avait été amusant de voir le visage déconfit de certains invités regarder Iverna et sa marmaille féliciter les mariés, mais, merde, c’était elle qui les avait fait se rencontrer dans le fond de sa librairie. Ce fut dans la joie et la bonne humeur que les trois bambins grandirent, très unis et plein de vie. Les trois ayant hérité de l’altération de leur famille maternelle, seul Urielle obtint une altération supplémentaire de son côté paternel qui semblerait-il avait sauté en Avalon dans le passé et avait subi son altération là-bas. Les récits de son père était trop pleins de trous dus à l’alcool ingurgité à cette période de sa vie pour vraiment comprendre comment cela avait été réalisé pour lui. Osef, ce n’était pas comme si c’était important. La vie continua tranquillement et sereinement. Leur mère sortait régulièrement ou rapportait des gens à la maison, souvent les trois petits étaient tombés sur des scènes plus ou moins compromettantes avec leur mère dedans.

Ce fut suite à une partie de jambes en l’air ratée par la présence de la petite fratrie qu’il fut jugé utile et nécessaire pour tout le monde dans la petite maison de la famille Nettle de faire garder les enfants par une sympathique voisine, Millia. Une gentille femme, ayant sa maison remplie de chats plus ou moins errants, le cœur sur la main et, surtout, n’ayant absolument rien à faire des mauvaises langues. Ce fut dans une atmosphère assez douce que les trois évoluèrent doucement. Ils firent les quatre cent coups ensemble, chacun vivant ses passions à fond. Ce fut une enfance tout ce qu’il y a de plus banale.

Un jour Marcus s’éveilla, sauta en Avalon, tomba amoureux du monde là-bas et décida d’en faire profiter son frère et sa sœur. Ce fut magique à vivre, un bol d’air, un moment d’oubli de la vraie vie. Quand il chuta Marcus le sourire aux lèvres décida qu’il resterait pour le moment vivre dans cet autre monde, voulant le connaître un peu plus même s’il ne pouvait plus utiliser le mana. Il se trouva un travail d’agent d’entretien pour ne pas vivre avec l’argent des jeux de cartes qu’il faisait dans les bars. Leroy avait trouvé les sauts amusants, mais il préféra ne pas s’attarder plus longtemps en Avalon pour reprendre sur Terre un élevage de poulets et de lapins. Il revenait de temps en temps voir son frère pour prendre de ses nouvelles tout de même, tout comme Marcus revenait parfois sur Terre pour voir l’ensemble de sa famille.

Urielle, elle, ne savait et ne sait toujours pas trop sur quel pied danser. Du coup à la fin de son apprentissage de tisseuse, brodeuse et avec l’aide financière de ses deux frères elle ouvrit une petite boutique de tissus sur Avalon pour voir ce qui était possible à faire là-bas, pendant qu’elle travaillait à domicile sur Terre pour des particuliers et quelque professionnelles. Ce fut en rencontrant certain de ses clients qu’elle trouva à la base des personnes pour la faire sauter régulièrement d’un côté ou de l’autre. Elle voyait cela comme avoir les avantages des éveillés, à deux trois détails près, sans la peur de la chute. C’est plus l’éveil qui l’effraie quelque peu pour tout dire. Quoi qu’il en soit pour le moment elle vit sa vie tranquillement et simplement.


pseudo ▬ Kamino
age ▬ 22 ans
avatar ▬ Kurodani Yamame de Touhou
pokemon préféré ▬Evoli
comment avez-vous trouvé le forum ? ▬ On m’a agréablement montré  le forum.
des suggestions ? ▬ Aucune ^^


 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 06/01/2016
Brisé






Mar 2 Fév - 20:03

J'adore Urielle, elle est super mignonne. ♥
Voilà je voulais juste dire ça, bienvenue parmi nous !
Et puis j'aime beaucoup ton avatar *__*

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 01/02/2016
Éteint






Mar 2 Fév - 20:55

Merci ♥ c'est super sympa comme accueil o/

Et merci aussi pour le compliment pour l'avatar, c'est ma meilleur amie qui me l'a graphé, je lui transmettrait les félicitations ♥ ( ton ava est aussi super jolie ! *^*)
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 11
Date d'inscription : 20/01/2016
Éveillé






Mar 2 Fév - 21:36

Yamameeeeee! Bienvenue, Urielle est adorable, j'espère qu'on pourra jouer ensemble à l'avenir.

(Et puis entre personnages sous-appréciés, il faut se soutenir, non? :D)
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 01/02/2016
Éteint






Mer 3 Fév - 15:00

Merci beaucoup ♥ ça sera avec un immense plaisir que je souhaiterais aussi pouvoir jouer avec toi. La fiche d'Erika a été un petit plaisir à lire.

(OUI ! Il faut se soutenir et ouvrir un club, aussi, pour dominer le monde sur du long terme o/)
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 57
Age : 26
Date d'inscription : 01/09/2015
Éveillé






Mer 3 Fév - 18:58

Salut et bienvenue sur Escapism ! Chouette faceclaim~

Je n’ai pas encore tout lu, pour l’instant je me suis juste focalisée sur tes pouvoirs, mais j’ai quelques ajustements et précisions à te demander.

Pour ce qui est de la création et manipulation de fils, c’est très bien, tu as pris soin de prendre en compte le fait que les fils devaient être constitués de matière préexistante, kudos on that ! Par contre, je ne vois pas trop de raison pour que la création de fils demande plus de matière sur Terre (le mana y est plus pauvre, donc effectivement c’est normal qu’Urielle ait besoin de plus de mana pour créer un fil, mais la matière est la même ?). Indépendamment de ça, j’aimerais que tu précises un petit peu le genre de fils qu’Urielle génère : de quel matériau s’agit-il ? En termes de diamètre, produit-elle toujours des fils d’un même diamètre, ou est-ce un paramètre sur lequel elle peut jouer ? Les fils sont ils résistants, sont ils durs ?

En ce qui concerne la métamorphose en araignée, elle pose plusieurs problèmes.

Tout d’abord, et c’est un problème récurrent dès que l’on parle de réduction drastique de taille, il faut régler le problème de la conservation de masse et d’information.

La conservation de masse, on peut la régler en considérant que lorsqu’Urielle se transforme en araignée elle abandonne son corps et seule une minuscule partie de sa masse « reste à elle », le reste ressemblant grosso modo à un cadavre (c’est creepy, mais c’est probablement l’explication la plus simple qui puisse tenir la route).

La conservation d’information est autrement plus difficile à gérer. De manière assez simple, une araignée ne peut posséder l’intellect d’un humain (parce qu’elle n’a pas de système nerveux, notamment pas de cerveau, comparable) , et ne pourrait en aucun cas le posséder (une araignée altérée pour avoir un cerveau aurait néanmoins un cerveau à l’échelle de son corps, donc beaucoup trop petit pour héberger en équivalence l’entièreté du cerveau d’un humain). Du coup, a priori au moment où Urielle se transforme en araignée elle perd son intellect d’humaine, ce qui a d’énooormes chances de signifier la mort de son identité (en tant qu’araignée elle n’aura probablement même pas le réflexe de se retransformer en humaine, et si elle tente le coup l’humaine qu’elle redeviendra aura le cerveau « vide », parce que le cerveau d’origine aura été détruit (perdu) lors de la transformation initiale).

Ou alors, tu décrètes qu’Urielle devient une créature en forme d’araignée, mais suffisamment grande pour pouvoir accueillir un cerveau équivalent à celui qu’elle possède en tant qu’humaine (donc au moins un bon mètre au garrot, à la louche), et le problème est à peu près réglé (contourné). Ca voudra bien sûr dire qu’on parle d’une araignée absolument immense (et carrément pas naturelle), donc c’est un autre concept, mais ça peut être marrant en fait (peut-être).

Je continue de réfléchir et je te tiens au courant si j’ai d’autres idées (et évidemment si tu as des questions je t’invite à les poser, que ce soit ici, via Skype ou par mp ;)).

Voilà voilà,

Cheers!
Voir le profil de l'utilisateur http://beckyverse.com
avatar
Messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 01/02/2016
Éteint






Mer 3 Fév - 19:46

Merci ♥

J'ai complété le pouvoir de création des fils et modifié le fait que cela utilise plus de matière sur Terre.

Pour ce qui est de métamorphose en araignée au vus des soucis que cela implique j'ai décidé de simplement changer le pouvoir complétement, j'espère que cela conviendra.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 200
Age : 24
Date d'inscription : 23/07/2015
Éveillé






Lun 8 Fév - 12:53

Kaminooo ♥ Urielle est adorable, j'ai vraiment hâte de voir comment elle évoluera sur le forum, elle est prometteuse !

On y est presque pour la fiche, merci pour les édits sur le pouvoir de contrôle des araignées. On va juste chipoter sur une phrase encore qui nous semble un peu trop ambiguë : "le temps que le cerveau humain de Urielle comprenne celui de l’araignée". Ça évoque un peu trop de la communication/télépathie, alors que ce n'est pas l'objet du Pouvoir, et tu m'as confirmé qu'on était d'accord là-dessus donc c'est juste une formulation maladroite je pense. En revanche, cette étape me fait penser que vu que le corps d'une araignée est pas fichu comme le nôtre, une partie du Pouvoir d'Urielle consiste probablement à faire la transposition entre les deux / à ce qu'Urielle prenne conscience du fonctionnement du corps de l'araignée pour le contrôler, du coup cette étape est quand même importante : il faudrait juste reformuler ce bout de phrase en quelque chose d'un peu plus explicite pour indiquer que c'est pas une question de communiquer avec le cerveau, mais de maîtriser un corps différent (de façon méncanique). Quelque chose du genre "le temps qu'Urielle comprenne le fonctionnement du corps de cette araignée" ou "le temps que le cerveau d'Urielle comprenne le fonctionnement du corps de l'araignée", peut-être ?

Et pour la Création et Manipulation de Fils, pense juste au fait que les altérations sont bien héréditaires, mais qu'elles s'affaiblissent à chaque fois qu'elles sont transmises. Sur une génération (mère > fille) en général ça change pas grand chose, mais sur trois générations comme Urielle (arrière-grand-mère > grand-mère > mère > Urielle) ça aura déjà un impact plus marqué. Ton pouvoir est cependant bien balancé et assez contraignant à utiliser (pas plus de 10 fils en même temps, il faut bien avoir étudié les fils à créer, etc.) donc dans ce cas-là c'est bon (juste que le pouvoir originel de son arrière-grand-mère était probablement beaucoup plus facile à utiliser). Ça t'embêterait juste de rajouter une portée maximale au contrôle des fils, un peu comme pour le contrôle de l'araignée ? Autour de 5m ça t'irait ?

Voilà, à part ces deux petits détails, c'est tout bon, au passage chapeau parce que les pouvoirs sont très bien pensés et très sympa, et j'aime beaucoup la perso. Plus qu'à régler ces deux petits détails et on te valide du coup ♥
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 14
Age : 24
Date d'inscription : 01/02/2016
Éteint






Lun 8 Fév - 16:56

Merci beaucoup pour les compliments ♥

J'ai éditer et modifier pour la phrase qui n'allait pas. J'étais certaine de l'avoir formuler autrement, je me suis tromper, désolé. Logiquement là c'est tout bon.

J'ai aussi ajouter une porter de cinq mètre pour le contrôle du tissus. Dans ma tête la grand mère d'Urielle avait une nombre beaucoup plus grand de fils qu'elle pouvait créer et en plus n'avais même pas à connaitre parfaitement le type de fils pour le créer à sa volonté. J'aurais peut-être du le rajouter en plus pour montrer un peu l'évolution de la perte de puissance de l'altération.

En tout les cas, vraiment hâte de pouvoir rp o/
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 262
Age : 25
Date d'inscription : 10/02/2015
Éveillé






Lun 8 Fév - 17:26

Et j'ai la joie de t'annoncer que tout est bon ! Tu es validée ♥

J'en profite pour te souhaiter la bienvenue sur le forum comme je n'avais pas eu l'occasion de le faire encore !

Have fun ;D

Bienvenue à Avalon

Bravo, ta présentation est validée ! Tu peux désormais te lancer sans retenue dans l'exploration d'Avalon. Commence par aller recenser ton avatar et, si tu le souhaites, l'occupation et les compétences de ton personnage.

Une fois que c'est fait, commence par faire le tour de la section de gestion des personnages : tu pourras y créer ta fiche de relations, ta fiche de RP, et la fiche d'évolution de ton personnage.

Si ton personnage est un pensionnaire de l'Orphelinat, poste dans le listing des chambres pour qu'on lui attribue une chambre ; s'il habite à Babylon même, n'hésite pas à venir compléter notre liste des habitations (inrp, tu peux demander un logement à l'Office du Tourisme ou au Quartier Général, ou bien en trouver un par toi-même et t'y installer arbitrairement). Enfin, si ton personnage est un commerçant établi à Babylon, viens le recenser dans la liste des échoppes du Quartier Commerçant.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chupp.fr/
Contenu sponsorisé







Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escapism :: IDENTIFICATION :: Dossiers d'Avalon :: Préfaces-