I will ride, I will fly, Chase the wind And touch the sky~ [Gwen]
avatar
Messages : 17
Age : 26
Date d'inscription : 21/02/2016
Éveillé






Mar 22 Mar - 22:03

Dimanche. La journée spéciale de la semaine d'Hellie. Son jour magique. Le sourire qui étire ses lèvres est doux, un peu rêveur. Il est encore tôt, le soleil n'est même pas levé. Elle est déjà en train de s'habiller. Juste une robe blanche un peu longue, une veste et des guêtres en laine grise. La robe commence à être un peu usée et les guêtres ont plusieurs années. Tant pis. Elle prend son sac, ses feuilles, et sort en fermant sa porte. La résidence étudiante est encore vide à cette heure, tout le monde dort.

Hellie descend les escaliers presque en courant. L'air est vif dehors, presque froid dans la matinée de Mars, mais c'est agréable. Elle va se cacher derrière un pan de mur à l'abris des regards. Personne alentour. Tant mieux. Elle saute un peu sur place pour se réchauffer. Elle aime bien sauter juste avant de Sauter. Ca la fait sourire. C'est un peu son rituel. Aujourd'hui ce serait bien d'aller plus haut que d'habitude. Et hop !

Le ciel d'Avalon n'a même pas encore commencé à pâlir. On voit toujours les étoiles et la Lune. Tant mieux, Hellie va avoir le temps de se fabriquer une petite cohorte d'oiseaux avant d'aller voler. C'est toujours plus agréable comme ça. Elle va jusqu'aux abords de la ville et s'enfonce légèrement dans la forêt.

Les arbres sont encore bien espacés et les chemins assez défini par tous les pieds qui foulent l'herbe vers cet endroit. Helena n'en a pas grand chose à vrai dire. Ce n'est pas comme si ça allait être long. Elle s'assoit sur une souche et prend quelques feuilles dans son petit sac. Elle commence à marquer les plis, laissant ses mains agir par automatisme. Une grue, une phénix, une poule, deux autres grues. Elle aligne les origamis par terre au fur et à mesure. Quand elle en a une dizaine elle se lève et réajuste son sac. Bien, c'est presque le jour et le ciel se colore doucement au dessus des arbres. Le moment parfait pour se prendre pour Peter Pan. Hellie sourit à cette pensée. Pourquoi pas après tout. Le Pouvoir est si illimité ici, si affluent. Les pliages déploient leurs ailes et se mettent à flotter au dessus du sol. Ses pieds quittent la terre ferme et un rire joyeux lui échappe.

Elle file au dessus de la cime des arbres, ses petits oiseaux de papier dans son sillage. C'est si bon de se sentir libre. Elle écarte les bras et les jambes comme si elle nageait dans l'air. Le soleil est presque entièrement levé. Il faut aller plus haut. Elle passe un moment comme ça, à profiter du calme de l'air. Hellie n'a jamais eu peur de voler même si pour elle la Chute aurait pu vouloir dire beaucoup. Ce n'est plus un problème maintenant.

Elle flotte encore un peu avant de se décider à redescendre. Elle louvoie un moment entre les arbres, jouant à cache cache avec un oiseau. Et puis un faux mouvement, le pied heurte une branche, une culbute. Elle pique vers le sol en hurlant. Elle ferme les yeux en attente de la rencontre avec le sol. Sauf que c'est juste un choc un peu mou. Elle ouvre un oeil. Tiens.

- Heu... Salut ?
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 34
Age : 21
Date d'inscription : 21/02/2016
Éveillé






Mar 22 Mar - 23:03


Les grues tombent du ciel.
ft. Hellie ♥

Gwen s'ennuie. Elle est chez elle, à Cardiff, dans son appartement pourri, avec un livre sur les genoux et un carnet, mais elle ne prend pas de notes. À côté, son coloc regarde la télé d'un oeil mort, somnolant, et elle lui jette un coup d'oeil, une fois, deux fois, trois fois. Lui n'a pas dormi de la nuit et ira probablement se coucher d'ici huit heures, comme tous les dimanche matins ; elle s'est levée vers sept heures pour bouquiner. Vainement. Elle n'est pas concentrée, pense trop. Elle s'agite, tripote ses feuilles, son stylo, qui claque plusieurs fois contre le papier. Finalement, lasse, elle referme le bouquin et commence à se lever.

— Où tu vaaas ?

La rouquine pince les lèvres. Ce n'est pas comme s'il savait pertinemment qu'elle ne lui répondrait jamais, pas vrai ?

— T'occupes.
— Tu reviens d'ici ce soir, au moins ?
— J'en sais rien. T'auras qu'à te faire à bouffer comme un grand ?
— T'es chiante. Où tu vas ?

Regard noir de la petite Gwen, qui hausse un sourcil de mécontentement.

— T'as pas fini de radoter ?
— Nan, mais tu disparais tout le temps, comme ça. J'ai le droit de savoir, non ? Tu vas en cours, demain ? Tu bosses ce midi.

Elle soulève ses petites épaules et se dirige sans lui répondre vers sa chambre pour se changer. Avec un sourire cynique, elle l'entend beugler derrière les parois en carton :

— Fais comme tu veux !

Bien entendu, Gwen y compte bien. Sans attendre, son écharpe retrouve sa place autour de son cou et elle enfile sa chemise lâche, son pantalon épais en trellis, sa veste. Elle noue ses rangers avec soin, avant de s'attacher les cheveux en catogan et de visser son béret sur son crâne.

Evidemment, elle y songeait. Elle avait pris quelques vacances pour profiter un peu d'Avalon fin février, toute prise dans ses nouvelles découvertes, mais elle commence à se rendre compte qu'elle ne peut pas continuer comme ça. Il y a une vie, ici, sur Terre. Une vie qu'elle abandonnerait bien, cela dit. Il y a tant de choses à découvrir, là-bas ; mais en même temps, n'y en a-t-il pas dans ce monde-ci aussi ?

"Ici, il n'y a pas la magie."

Pas que l'utilisation des motifs en eux-mêmes l'intéresse plus que ça, mais elle apprécie de voir les autres utiliser leur magie, leurs particularités, pour rendre cet autre monde plus vivant. Et ce n'est clairement pas en bossant comme serveuse qu'elle aura l'impression de faire quelque chose de sa vie.

Elle attrape son sac, revient dans le salon, sautille jusqu'à son coloc qui lui lance un énième regard blasé - "Gwena, t'as un grain ma pauvre... Tu veux pas aller voir le psy de la fac ?" - et l'embrasse sur la joue.

— Va te coucher, grand con.

Un sourire mutin, un signe de la tête et une inclinaison de chapeau ; elle sort de l'appartement, s'achète un cupcake en passant dans la rue, souhaite aller à Avalon et fait le Saut. Juste comme ça, comme une routine.

Elle réapparaît dans la forêt, à l'endroit qu'elle avait quitté quelques jours auparavant. Une sorte de renaissance, une connexion dans un autre jeu, une autre vie, sous d'autres traits. Un sourire. Elle est fatiguée, un peu. Elle a mal dormi et aurait bien piqué un somme plus longtemps. Mais Colin regardait la télé, il était bruyant quand il riait. Elle arrive toujours pas à croire qu'il y ait des gens qui se couchent aussi tard. Tôt. Enfin, il dort la journée en général, du coup. Mais c'était pas une raison pour l'empêcher de dormir, elle. C'est pas de sa faute s'il est insomniaque et a une période d'hyperactivité mentale entre trois et sept heures le matin, non plus. (Et c'est pas parce que c'est son cas que c'est le cas de tout le monde !)

Gwen baille un peu et s'étire longuement. Il est encore un peu tôt, mais elle profite de la vue. Elle grignote en regardant autour d'elle, se dit qu'elle en profitera pour avancer un peu avec ce fichu bouquin. "Les cours. Il faut que je retourne en cours," se dit-elle. Mais comment se remotiver quand on n'a aucune envie d'y mettre les pieds ?

Sans un mot, les yeux furetant à droite et à gauche, elle s'installe sur le sol, dos contre un arbre et jambes devant elle. Elle ferme les yeux. Un peu de calme. Du repos. Il faut qu'elle rachète des boules quiès.

Puis un cri. Elle ouvre grands les yeux, les lève et sent une masse s'abattre sur elle alors qu'elle se redresse. Le choc est rude et violent ; son souffle est coupé.

Gwen voit rien. Elle a son foutu gavroche sur les yeux et les bras pris. C'est une voix qui la salue, une voix très féminine, qui lui fait comprendre la situation. Non, mais non… Elle grimace, grommelle et essaie de se dégager en lâchant quelques geignements. Le choc passe.

— Plutôt que de me saluer, tu pourrais bouger tes fesses de là ? J't'en serais reconnaissant.

Reconnaissant, c'est un peu fort comme terme, mais voilà, elle essaie juste de ne pas être trop acerbe et virulente. Elle dégage son chapeau de devant ses yeux et toise la créature brune de toute la force de son mépris.

— T'as essayé de te suicider du haut d'un arbre ? Ou alors quand tu vois quelqu'un qui passe, t'essaies de lui tomber dessus ? Genre si tu lui pètes un bras c'est 50 points, et si tu lui brises la nuque c'est 100 ?

Bon, là, t'es juste un peu méchante ma chérie.

"Mais ça fait mal, bordel..."




HRP : ... C'est trop long, c'était pas voulu, fais comme si l'intro n'existait pas *fuit*
#jesuisfatiguée
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 17
Age : 26
Date d'inscription : 21/02/2016
Éveillé






Lun 28 Mar - 19:42

Hellie est en vrac. C'est que ça fait quand même un peu mal de se ramasser sur quelqu'un. Le quelqu'un en question a dû avoir mal aussi et elle se sent déjà désolée. Et puis "Salut" quoi… Elle aurait quand même pu trouver mieux. Genre "désolée" ? La voix est un peu grave, une fille enrouée, un garçon qui n'a pas mué ? Ou juste une voix un peu aigüe peut-être. Elle se pousse, assise dans l'herbe, repousse ses cheveux qui lui sont tombés devant les yeux. Tellement fins. Elle ne sait pas trop comment c'est possible d'avoir des cheveux comme les siens alors que dans sa famille ils sont tous bouclés. Elle, elle a une tignasse de cheveux bruns raides comme des baguettes et fins comme des fils à coudre.

Elle les écarte, observe sa pauvre victime involontaire. Un garçon. Qui n'a pas l'air très content en fait même si on le serait à moins. Hellie fait la moue. Ce n'est pas la peine d'être aussi méchant. Et là il devient carrément blessant. La brunette rougit violemment, autant de gêne que de colère. Elle ne va pas se laisser parler comme ça.

— C'est bon je suis désolée, pas la peine d'être aussi désagréable.

Elle soupire, agacée. Pour qui il se prend celui-là ?

— Je me suis pris le pied dans une branche en volant. La prochaine fois je viserais une pierre pour me briser la nuque comme ça tu seras content.

Mais c'est qu'elle mordrait la petite Hellie ! En même temps quelle idée de tomber sur les gens comme ça. C'est ce que ça fait de ne pas contrôler ce qu'on fait. Et en plus avec cette histoire elle en a perdu ses oiseaux de papier. Elle soupire, se reprend et affiche une mine contrite.

— Ecoute je suis désolée je voulais pas te faire mal. Tu voudrais pas m'aider à retrouver mes oiseaux ? Je m'en voudrais de les laisser là ou de me les faire piquer par des Kalulus.

Et puis ce serait dommage de polluer la forêt avec des papiers même si c'est biodégradable.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 34
Age : 21
Date d'inscription : 21/02/2016
Éveillé






Lun 28 Mar - 20:25

Elle soupire profondément. Très profondément. Elle est calme, très très calme. Il faut qu'elle reste zen, et elle restera zen, pas vrai ? Gwen n'est pas quelqu'un qui s'énerve facilement, habituellement, alors il ne devrait pas y avoir trop de souci. Elle respire lentement, essaie de garder son souffle à un rythme régulier, et lentement, les battements de son coeur dus à la peur soudaine - la surprise - ralentissent. La colère reflue un peu, ses tempes qui bouillonnaient battent encore avec force près de ses yeux.

Elle s'étire et ramène ses jambes en tailleur, dévisage la gamine qui l'a dérangée durant son somme. Somme est un grand mot, cela dit. Elle incline la tête, sourcils à présent défroncés, pour dévisager l'abominable créature qui vient de tomber du ciel. Elle n'a clairement rien d'un ange ; pas d'auréole au-dessus de la tête ni d'ailes dans le dos, juste une foutue magicienne qui a tenté de mettre prématurément fin à ses jours.

Haussement de sourcil et ricanement. La galloise est désagréable si elle en a envie et avec qui elle a envie, surtout dans une situation semblable. Cela dit, elle a de la répartie, en face. Gwen est tentée de lui dire qu'elle peut s'en charger pour elle, si elle le souhaitait, mais elle songe qu'elle a l'air déjà assez embarrassée comme ça. Au fond, tant pis, elle a rien de cassé, même si ses côtes la font souffrir.

— Hmmm. Tu demandes souvent des services au gens que tu écrabouilles ? Au passage, t'es pas toute légère, tu sais. Aie pitié de tes victimes, au moins.

Sourire en coin. Gwen se redresse et s'étire, fait craquer son dos en grimaçant. Dans temps qui suit, elle se masse un peu le ventre pour faire passer la douleur qui pulse. Non, rien de cassé...

Elle attrape son sac dans le but de partir.

— Nan, j'ai pas que ça à foutre de ton élevage de perroquets. Tu élèves des perroquets ?

Nouveau sourire méprisant. Elle s'arrête cependant en commençant à partir. En fait, elle n'a effectivement rien d'autre à faire. Un temps. Un soupir. Elle fait passer son sac en bandoulière sur son épaule droite et plante ses mains dans ses poches en se retournant.

— Bon, allez viens j't'aide. Bouge-toi.

La délicatesse dans son excellence. Mais c'est parce qu'elle kifferait bien revoir un peu les Kalulus…

"Ouais, bon, c'est surtout que je me fais chier, en fait."
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 17
Age : 26
Date d'inscription : 21/02/2016
Éveillé






Dim 3 Avr - 16:18

Le garçon a l'air d'aller bien même si il aura surement quelques bleus. Bah tant pis pour lui, c'est assez puéril mais Hellie n'a pas envie d'être compatissante avec quelqu'un d'aussi désagréable. Il ricane en plus quand elle lui demande de l'aide. Elle se relève et lui tire la langue. Pas toute légère, et puis quoi encore ? Elle n'est pas en sous poids Hellie par contre c'est sûr qu'elle n'est pas bien grande ou épaisse. Quand elle est à la maison son grand frère la soulève pour la mettre sur son épaule comme si elle ne pesait rien. Enfin lui n'est pas vraiment une référence, il passe ses journées à l'usine donc ça lui donne des muscles.

Il se lève aussi en attrapant un sac qui traînait à côté. Hellie gonfle les joues, vexée. Des perroquets… Pourquoi pas des canaris pendant qu'il y est ? Il est méprisant, elle va bien se passer de lui de toute façon.

— Pas des perroquets, elle rétorque sèchement.

Finalement il semble changer d'avis et se retourne avec ses mains dans les poches. Helena soupire lourdement. Décide toi mon grand. Et en plus il fait comme si c'était lui le chef. Désagréable vraiment.

— Faut savoir ce que tu veux.

Elle commence par regarder si ses origamis ne sont pas tombés vers l'arbre en farfouillant dans l'herbe autour du tronc. Ha en voilà déjà un. Elle ramasse un phénix en papier. Il n'a pas l'air d'avoir souffert. Elle lève le nez pour tenter de se repérer. Elle tombé de là donc elle devait venir de derrière le tronc.

— Je venais de par là, ils ont pas dû tomber loin.

Elle fait le tour de l'arbre pour voir si elle en aperçoit d'autre dans les branches. La prochaine fois elle fera plus attention au reste de son corps en volant. Ou bien elle fera des câbles de mana plus solides.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 34
Age : 21
Date d'inscription : 21/02/2016
Éveillé






Dim 3 Avr - 17:10

Gwenaëlle a envie de rire quand elle voit cette fille s'agacer toute seule rien qu'en entendant le son de sa voix. Peut-être que Gwen avait une voix agaçante ? Elle n'en avait pas une vraiment grave, ni vraiment aigue. Tout comme elle n'avait pas un visage spécialement féminin, ni spécialement masculin ; elle joue un peu sur les formes, module un peu les choses comme elle le veut, de toute manière. Si elle se montre aussi agaçante, c'est bien parce qu'elle le souhaite bien. Elle étire un semblant de sourire amusé tout en calant son sac sur son épaule, le laissant tomber dans son dos.

— T'en fais pas, je sais très bien ce que je veux. J'ai du temps à tuer, surtout.

L'adolescente se met à chercher dans l'herbe et lève le nez, attentive. Gwen ne sait toujours pas de quoi elle parle en fait, ça la perturbe un peu mais elle ne fait pas de remarque, se contente de la suivre les mains dans les poches.

— Tiens, tu fais des origamis ? lance la contrôleuse d'encre en se baissant pour ramasser une grue qui dépasse entre deux touffes d'herbe.

Elle l'observe longuement, la tient délicatement. Elle essaie de comprendre les pliures et torsades en se retenant de la défaire, curieuse. Elle n'est pas si irrespectueuse non plus, faut pas déconner, hein. Elle aime bien ces petites choses, mais elle est un peu trop brouillonne pour le faire. C'est pas comme si elle avait déjà réussi à plier une feuille correctement.

— Combien de temps tu mets à faire un truc comme ça ?

Elle se retient de poser ses fesses par-terre pour jouer avec et continue à observer le sol. Elle a envie de voir les autres, maintenant, c'est malin. Allez, restons concentrés. Plus vite ça passera, plus vite elle... Ouais, nan. Elle se fera chier, après...

— C'est comme une chasse aux œufs. Pâques avant l'heure.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 17
Age : 26
Date d'inscription : 21/02/2016
Éveillé






Dim 3 Avr - 17:33

Hellie ne se donne même pas la peine de répondre. Il est un peu bizarre ce garçon, d'ailleurs c'est un peu bizarre de l'appeller garçon. Il doit avoir son âge environ, à 19 ans on est plus un garçon. Pourtant elle n'a pas envie de dire "homme". Parce que quand on est à Avalon on est pas vraiment un homme si on est éveillé. Elle soupire un peu quand même.

Il retrouve une des grues et la brunette se redresse avec un sourire. Elle aime bien faire des grues c'est son oiseau préféré. Elle les compte aussi. Il y a une tradition japonaise qui dit que quand on plie mille grues en papier on peut faire un voeu. Hellie a déjà fait 3 voeux de grues depuis le temps qu'elle plie. Ca la fait sourire de le voir observer le pliage avec un air curieux. Il n'a jamais vu d'origami ?

— Une grue ? Je sais pas, cinq minutes ? Enfin je me suis pas chronométrée. Tu peux la garder si tu veux j'en ai plein.

Il y a des étudiants qui passe tout leur argent de poche dans des clopes ou de l'alcool, Hellie préfère largement l'utiliser pour acheter du papier. Le petit oiseau dans les mains du garçon est tout simple en papier blanc et elle l'a ait sans y réfléchir. Elle pourrait les fabriquer les yeux fermés tellement elle l'habitude maintenant.

— Si tu m'aides à tous les retrouver je t'apprends à en faire une.

Surtout qu'entre les branches et l'herbe ça va être compliqué de tous les retrouver. Elle en avait bien une dizaine et elle n'a aucune idée d'où ils sont tombés. Elle se penche encore vers l'herbe mais ne voit rien avant de lever la tête. Il y en a un là haut, coincé entre deux branches. Hellie sourit et caresse le motif dans sa tête, les câbles de mana s'accrochent au papier et la poule en papier s'envole avant de venir leur tourner autour en flottant gracieusement.

— Je sais faire pas mal de pliages différents mais je préfère les oiseaux.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 34
Age : 21
Date d'inscription : 21/02/2016
Éveillé






Dim 3 Avr - 17:52

— Deal.

Gwen n'a même pas réfléchi en disant ça ; il a suffi que la gosse lui propose de l'aide contre un petit cours express pour la faire mordre à l'hameçon… "Elle sait capter les gens, hein," songe la rouquine avec un semblant d'amusement. À moins qu'elle ne le lui ait proposé que dans une perspective innocente ? Honnêtement, elle ne saurait pas trop le dire, mais dans tous les cas, le deal est posé, maintenant.

Elle l'aurait bien remerciée pour la grue, mais ça semble presque hors de propos vu le temps qu'elle a laissé passer, maintenant. De toute manière, quand elle verra ce que Gwen en fera, elle va râler, alors un peu plus ou un peu moins... Ca ne lui importe pas beaucoup.

Gwen fourre la grue dans son sac à trésor et reporte son attention sur la gamine, observant un origami poule s'envoler de son perchoir.

— Tu aurais dû l'y laisser, c'est pas tous les jours qu'une poule a l'occasion de se faire un nid dans un arbre.

Léger surélèvement au coin de ses lèvres. Moins moqueur, cette fois. Pourquoi son ton est toujours aussi sérieux même quand elle dit des trucs pareils, hein ?

— Ça explique un peu pourquoi t'es tombée du ciel, cela dit, commente-t-elle par la suite. Les oiseaux, je veux dire.

C'est vrai qu'on s'intéresse à la magie qui nous passionne. Gwen, tout la passionne, mais au final, rien n'arrive à réellement la captiver. Manipuler l'encre lui va. Même à son si faible niveau. Elle peut créer des petites bestioles d'encre dans les airs, ça lui tire toujours un sourire.

Pas moyen qu'elle dise ça un jour, de toute manière.

— Tu sais faire quoi d'autre ? continue Gwen en continuant à chercher dans les fourrés.

Elle essaie de détecter du blanc sur le vert ambiant. Ici, une tâche plus claire ; elle s'approche, mais ce n'est qu'une fleur.

— Tu sais reproduire les fleurs d'Avalon ?

Question bête. Pour combler le silence. Parce qu'au fond, elle-même n'a pas grand-chose à dire.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 17
Age : 26
Date d'inscription : 21/02/2016
Éveillé






Dim 3 Avr - 18:31

Elle rigole un peu. C'est un curieux en fait. Le genre à toujours dire "pourquoi", à chercher des causes, à vouloir juste comprendre, savoir. Hellie n'est pas trop comme ça, elle voit juste les choses sous son nez et le reste… Pas qu'elle ne s'y intéresse pas mais elle a tendance à hiérarchiser les choses. En dehors du vol et de sa famille ou ce qui y est directement relié il y a peu de chose dont elle s'occupe. Ca demande trop de temps, trop de coeur. Elle ne veut pas devoir choisir, partager. Elle récupère finalement la poule en papier avec un sourire.

La petite remarque du garçon lui tire un rire amusé. C'est vrai. C'est pas tous les jours qu'on peut voir une poule dans un arbre.

— Oh… Oui je suis passionnée par tout ce qui vole ouais. Fin ça fait un moment que je viens à Avalon donc j'ai eu le temps d'apprendre ce qui me faisait envie.

Elle continue à chercher les oiseaux des yeux vers les arbres, il y a une autre tache claire dans l'herbe et elle fait léviter une autre grue vers ses mains. Elle lisse un peu le papier et l'aplati pour la mettre avec la poule et le phénix dans son petit sac.

— Je fais un peu de contrôle de l'air mais c'est pas super probant.

Une fois elle a voulu faire voler des feuilles mais elle a seulement réussi à soulever sa jupe avec une bourrasque. Heureusement personne ne l'avait vu. Elle entend distraitement le garçon se déplacer derrière elle à la recherche des origamis.

— Des fleurs ? Heu je sais en faire des terrestres mais j'ai jamais essayé de créer un origami.

Ca lui semble un peu compliqué. Reproduire est très facile mais créer un pliage de toute pièce c'est loin d'être aussi simple.

— Il faudra que j'essaye une fois.

Elle repère un autre oiseau dans l'herbe et se penche pour l'attraper.

— Moi c'est Helena au fait. Et toi ?
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 34
Age : 21
Date d'inscription : 21/02/2016
Éveillé






Lun 11 Avr - 0:07

Elle doit se moquer de Gwen. Non, c'est certain, en fait. Comment expliquer le petit rire qui lui a échappé ? De l'amusement ? Bon, certes. Au fond, ça ne lui importe pas beaucoup, l'important n'est pas là. L'important correspond à ces petits pliages semés aux quatre vents comme des oeufs de Pâques, et qu'il lui faut découvrir pour atteindre le prochain niveau. C'est une quête, si on veut ; Gwen a un petit affichage qui clignote dans sa tête et qu'elle range soigneusement dans un coin de l'écran de ses pensées. "Trouver les oiseaux de papier — récompense +10xp".

Pendant qu'elle continue ses recherches de son côté, Gwen en profite pour poser quelques questions, noter les informations qui lui parviennent. Contrôle de l'air, vol. Elle plisse le nez. Ce n'est pas la même chose ? Il faudra qu'elle se renseigne, un peu plus tard.

"Plus tard, oui. Y a pas le feu."

— Tu peux te servir des modèles que tu connais déjà pour bricoler le reste. C'est en testant de nouvelles choses qu'on apprend.

Elle dit ça sur un ton un peu docte, comme on ressort une citation d'un dictionnaire. C'est pas comme si elle arrivait réellement à suivre ce qu'elle dit à ce sujet, de toute manière. Ça ne la concerne que de loin. De l'avantage du savoir au savoir-faire.

"Même si sans savoir-faire, on est un beau bon à rien, n'est-ce pas..." peste-t-elle à sa propre encontre.

Elle ne relève pas les yeux immédiatement vers Helena lorsqu'elle se présente et lui demande de faire de même. Elle a toujours trouvé très trivial de se présenter de cette manière ; est-ce qu'une fois elle aurait le droit de passer outre les banalités d'usage, ou bien serait-elle contrainte d'y faire face en n'importe quelle occasion ?

Haussement d'épaules. Un sourire lorsqu'elle trouve un nouveau piaf, qu'elle attrape sans tarder. Elle plisse d'ailleurs le nez en observant le buisson dans lequel il était tombé. Rhododendron ?

— Ravie, ravie.

Une pause. Allez, ça va pas t'arracher la gueule non plus ?

— Tu veux pas essayer de deviner ?

... Même moi j'suis sidérée par la réaction, là. Elle étire un sourire en coin, s'approche en lui fourrant l'animal de papier entre les mimines.

— Ça occupera le temps. Allez Hellie, essaie de voir. Je peux t'appeler Hellie ? Helena c'est trop long.

"Bah quoi ? C'est drôle, les devinettes." T'es vraiment une chieuse.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escapism :: AVALON :: La Forêt-