Tir à l'arc ou comment se prendre une flèche accidentellement... | Jack
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 30/12/2015
Brisé






Ven 18 Mar - 10:44


Feat. Jack
 C'était une belle journée à Avalon, une journée parfaite pour s'entraîner. Emily, toujours matinale se préparait pour son entraînement à l'arc quotidien, elle s'y était remis il y a peu, motivé par Lou, il fallait le dire. En effet les expéditions qu'ils menaient sans cesse tous les deux lui avait démontré à quel point elle avait besoin de son arc et puis même si elle l'avait un peu abandonné à son arrivée ici, cette discipline lui manquait. Elle ne pouvait plus chasser comme avant à cause de son hématophobie, mais rien ne l'empêchait  de s'exercer sur les nombreux arbres présents dans la forêt - au moins eux ils ne saignaient pas – La demoiselle se levait toujours aux aurores pour rencontrer le moins de personnes possibles – moins il y avait de monde, moins c'était dangereux – néanmoins par mesure de précautions elle s'enfonçait toujours profondément dans la forêt rejoignant une petite clairière qu'elle avait découverte il y a peu lors de ses explorations. Elle avait coloré d'un beau bleu turquoise les arbres qui la menaient jusqu'à cet endroit pour être sûre de ne pas se perdre – un peu comme le petit poucet, mais avec moins de risques que ça disparaissent -  et à chaque fois qu'elle revenait vers Babylon elle apposait à nouveau ses mains sur les arbres pour s'assurer que la couleur ne partirait pas.

Comme à son habitude elle quitta sa maison peu après le lever du soleil et comme d''habitude elle oublia quelque chose dans sa précipitation – là en l’occurrence c'était sa bouteille d'eau - .  Emily allait toujours trop vite, alors forcément elle zappait milles et une choses et ne s'en rendait compte qu'après. Heureusement pour elle, cette fois-ci elle s'en rendit compte bien assez tôt en voyant l'objet convoité à la fenêtre de sa chambre.

— Et merde ma bouteille d'eau ! Et puis comment elle a atterrie là elle ? s'exclama- t'elle.

Ayant déjà fermé sa porte à clé la jeune femme ouvrit sa fenêtre – elle ne la fermait jamais avec le loquet – et s'empressa d'attraper sa bouteille d'eau, avant de la fourrer dans son sac. Sa bouteille récupérée elle se dirigea rapidement vers la forêt, puis elle suivit  les marques qu'elle avait laissé se dirigeant vers la clairière.

Arrivée à son lieu favori d’entraînement Emily s'empressa de balancer  son sac par terre et d'aller dessiner une cible sur le tronc d'un arbre énorme à l'aide de son pouvoir. La demoiselle vérifia la corde de son arc, ainsi que ses flèches, puis se mit à tirer quelques unes qui atterrirent, pour la plupart pile au milieu de la cible. Un sourire illumina son visage, elle adorait vraiment cette sensation ! Elle continua à tirer des flèches pendant près de cinq minutes non stop totalement concentrée. Elle était d'ailleurs tellement concentrée qu'elle n'entendit pas les bruits venant du buisson juste à côté de l'arbre qui lui servait de cible. N'ayant pas entendu les bruits elle ne put donc pas prévoir l'arrivée soudaine d'un jeune homme dans son champ de tir qui se prit la flèche qu'Emily venait de lancer. La jeune brisée lâcha immédiatement son arc et courut vers le malheureux qui s'était pris l'une de ses flèches.


— Oh bordel de merde ! J'tavais pas vu, désolée, oh merde, merde ! prononça t-elle complètement paniquée.

Elle examina le bras droit du jeune homme dans lequel une fine flèche était plantée – c'était littéralement le mot – La blessure ne saignait pas encore – heureusement pour Em' – mais la demoiselle savait que dès qu'elle enlèverait la flèche le sang coulerait. Elle inspira un grand coup, elle allait y arriver et puis si elle voulait pouvoir le soigner avec son don il fallait retirer flèche.

— Faut qu'on t'enlève cette saloperie, oh putain ça doit faire un mal de chien ! Promis dès qu'on l'a enlevé j'te guéris, oh bordel si tu savais comme je suis désolée ! débita t-elle rapidement.

Dire que la jeune femme s'en voulait aurait été un euphémisme, mais elle n'avait pas le loisir de se répandre en excuse il fallait qu'elle traite cette blessure rapidement. Allez, elle pouvait le faire, elle était une herboriste que diable elle savait faire face à ce genre de blessure. Elle avait déjà réussi à surmonter quelque peu son hématophobie au contact de ses clients, elle ne s’évanouissait plus et c'était déjà ça. Elle pourrait soigner cet homme avec son altération et si jamais cela ne suffisait pas elle pourrait toujours lui faire un cataplasme. Emily inspira de nouveau, plus calme cette fois-ci.


— Je vais te l'enlever ! annonça t-elle d'une voix qui se voulait sûre.  

Elle ne penserait pas au fait que le sang allait sûrement gicler, elle ne penserait pas au fait qu'elle était responsable de cette blessure, non elle ne penserait à rien de tout ça, elle aurait largement le temps après avoir guérit cette blessure !

Pride pour Epicode
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 16
Age : 21
Date d'inscription : 25/12/2015
Brisé






Sam 19 Mar - 23:54


Je perd mon temps.

Il pivote, plonge son regard dans le ciel dégagé. Le temps est courtois, assez pour permettre la promenade. Pas trop de vent, une température plus qu'agréable : sans ces paramètres, il coupait court à l'excursion. Le dimanche, calme de coutume, s'est transformé en véritable chasse aux secrets; comme si bonne foi et candeur s'incarnaient en un seul corps, il s'est mis en tête de prospecter des ragots de vieille femme. Placide d'apparence, l'homme n'a de cesse de maudire sa foi crédule, et s'avise de se responsabiliser : mais comme en Avalon curiosité et affres font la paire, le voici à dévisager tous les arbres, à la recherche d'un fabuleux tronc gravé.

Voilà qu'il file droit, et brusquement, un son entrecoupé vient stopper sa marche. Il dresse l'oreille, s'interroge : le bois n'est pas réputé pour ses passages, et non plus pour ses coins de chasse, constaté le peu d'animaux sauvages qui y vivent. L'homme penche la tête, et s'approche à pas feutrés de l'origine du bruit : il s'attend alors à une rencontre fortuite, un indice ou une провидение, peu importe l'aspect, n'importe quelle valeur inconnue qui l'extirperait de sa désillusion ascensionnelle.

Et une douleur lancinante lui perce le bras.

Un réflexe, et il se plaque sur son genou, tête baissée. Les tics d'affliction accompagnent la pression artérielle, comme un orchestre au creux de son biceps. L'homme a le souffle court : surpris, il garde la tête froide et guette le moindre bruit. La moindre silhouette. Il glisse ses doigts contre son couteau, tout près de sa besace, quand un nouveau bruit survient : un simple bruissement, suivi de pas hâtés dans sa direction. Il s'apprête à surgir.

Oh bordel de merde ! J'tavais pas vu, désolée, oh merde, merde.

Il relâche la pression. La jeune femme s'approche, et dans un pèle-mêle de panique et de remords, scrute le projectile profondément engagé dans son bras droit. Un rapide détail des alentours, et pas d'apparent danger dans l'immédiat : il s'engage à écouter son instinct, et aussi discret qu'il puisse être, raccroche l'arme blanche à sa ceinture. Il pâlit un peu, point familier à ce genre d'agression : les sons se font brouillon, les environs un peu troubles. Tandis qu'il vire pas à pas inconscient, une phrase concise le remet au garde-à-vous, un bon vieil augure de mauvaise passe.

Je vais te l'enlever !

Il reprend ses esprits.

Doucement ! Je ne pense pas que le trait ai touché l'humérus, mais la tête risque d'accrocher si tu retires d'un coup. Il glisse sa main dans sa besace. Tu as de quoi désinfecter et bander la plaie ?

Rien d'utile. L'homme passe le dos de sa main contre son front. La respiration plus mesurée que précédemment, il s'autorise à jauger son médecin : elle-même semble s'être calmée, un bon point vu le caractère délicat du contexte. Il esquisse un bref sourire стеклянные.

Ça va aller. Prend ton temps.


Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 35
Date d'inscription : 30/12/2015
Brisé






Dim 3 Juil - 13:21


Feat. Jack
L'homme qu'Emily avait touché était sur le point de s'évanouir, mais les mots prononcés par la jeune femme le tirent éveillé, il lui prodigua même un conseil. Elle avait déjà vécu ce genre de situation où elle devait retirer une flèche d'un corps, mais il s'agissait d'animaux et ils étaient déjà morts, ce qui n'était absolument pas le cas ici. La demoiselle n'avait donc jamais fait attention à ses gestes lorsqu'elle retirait une flèche, pourtant elle était certaine qu'elle s'en sortirait. Si en général elle était un concentré d'énergie et d'impatience pure lorsqu'il s'agissait de soigner une blessure ou de fabriquer l'un de ses remèdes elle faisait preuve d'une patience impressionnante – presque miraculeuse pour ceux qui la connaissaient – Bien évidemment elle n'allait pas enlever la flèche comme ça, il lui fallait d'abord anesthésier le bras du brun – il était inconcevable pour elle de le laisser souffrir plus longtemps ! - Elle se doutait bien qu'il ne voudrait pas d'une anesthésie générale, après tout il ne la connaissait pas et elle venait tout juste de lui envoyer une flèche – pas de quoi donner envie à quelqu'un de vous faire confiance quoi – La jeune femme réfléchit donc rapidement à une manière de soulager la douleur uniquement sur son bras, une idée lui traversa l'esprit et elle chercha immédiatement à la mettre en place.

— Je reviens, faut jusque que je prenne un truc pour ton bras, parce que bordel de merde tu vas souffrir un max sinon !  lui dit-elle en s'éloignant rapidement pour atteindre son sac.

Elle fouilla les poches de son sac à dos et finit par mettre la main sur ce qu'elle recherchait, une fine poudre d'edelscharwz et une pommade qu'elle utilisait normalement pour traiter les blessures. Elle mélangea rapidement les deux à l'aide de ses mains n'ayant pas vraiment le temps de se préoccuper de la couche graisseuse qui subsisterait plus tard sur ses doigts ; il fallait faire vite. Habituellement pour anesthésier ses patients elle leur faisait respirer la poudre d'edelscharwz, elle ne savait donc pas si de cette manière cela serait aussi efficace, mais cela ne lui coûtait rien d'essayer.

— C'est un anesthésiant je vais te l'appliquer sur le bras ok ? lui demanda t-elle tout en n'attendant pas vraiment de réponse.

Qu'il soit d'accord ou pas elle lui appliquerait cette pommade, elle ne voulait pas qu'il souffre plus que nécessaire. Elle commença donc à étaler délicatement la crème tout autour de la flèche.

— D'ici quelques minutes ça devrait faire effet, je t’enlèverais cette foutue flèche juste après ! 

Les quelques minutes étant écoulées, Em toucha le bras du brun et le palpa doucement, ne constatant pas de réaction de douleur de la part du jeune homme elle entreprit donc de retirer tout doucement la flèche. Petit à petit la brisée ôta la tige laissant s'échapper un peu de son sang. Elle respira longuement pour dissiper les tremblements de ses mains, elle avait beau s'y être habitué au fil du temps, cela ne l'empêchait pas d'en avoir peur. Elle claqua soudainement ses joues pour reprendre ses esprits, ce n'était pas le moment de se laisser aller ! Elle reprit immédiatement son travail, bien décidée à enlever cette flèche et à soigner cet homme même si elle savait pertinemment qu'utiliser son don la soumettrait à une douleur insoutenable. Mais peu importe elle était responsable de cet accident elle ferait son possible pour rembourser cet homme !

Après d'interminables minutes, qui lui parurent des heures, la flèche fut complètement enlevée et du sang s'écoula de la plaie. Em' fut obligée de détourner les yeux prise de hauts le cœur, si elle ne refermait pas cette plaie tout de suite elle risquait de faire une crise d'angoisse – cet homme ressemblait beaucoup trop à celui qu'elle avait perdu, et les souvenirs de cette fameuse nuit refaisaient surface… -


— Je peux te soigner, mais faut que t'accepte mon pouvoir sinon ta barrière va bloquer la guérison, mais si tu veux pas je comprendrais, c'est normal que tu fasses pas confiance à une personne qui a failli te tuer... prononça t-elle essayant du mieux qu'elle pouvait de contrôler sa respiration.

S'il refusait elle le soignerait tout de même, mais sans magie. La demoiselle ne savait pas vraiment si elle y arriverait, mais elle ne pouvait décemment pas le laisser blessé et sans soin ! Elle attendit donc sa réponse, le regard posé sur le visage de l'homme afin de ne pas voir sa blessure.

HRP:
 


Pride pour Epicode

_________________
Cadeaux ♥:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escapism :: AVALON :: La Forêt-