[Event #1] Une matinée au goût de poulet (rp commun)
avatar
Messages : 130
Date d'inscription : 07/02/2015
PNJ






Sam 27 Fév - 22:48

Une invasion de piedpoulets
Une matinée au goût de poulet
La journée s’annonçait on ne peut plus normale dans la cité de Babylon. Le soleil pointait le bout de ses rayons lors de l’aube, les habitants les plus matinaux avaient déjà commencé leurs activités quotidiennes lorsqu’un premier garçon, un voyageur semble-t-il, aperçut un piedpoulet dans une ruelle du quartier commerçant. Il se baissa pour observer la créature de plus près. Bizarre, ces bestioles n’ont pourtant pas l’habitude de se balader en ville. D’autant plus curieux lorsque le jeune garçon entendit des bruits de pas pressés et de piaillements venant du coin de la rue. Lorsqu’il se releva, une colonie entière de piedpoulets venait de franchir l’angle de la rue et progressait déjà vers lui à une allure lente et ferme. Il y en avait des dizaines, des centaines, et ils avançaient en prenant toute la place disponible. Le gamin se rendit alors compte qu’il allait se retrouver sur leur passage. Il était cependant trop tard pour fuir, les volailles étaient déjà à son niveau et ils l’emportèrent sur leur passage. Nul ne sait ce qu'il advint de ce malheureux jeune homme.

Il n’était que huit heures du matin et la belle et paisible (?) cité de Babylon était déjà envahie de piedpoulets. Il y en avait absolument partout, dans chaque ruelle, sur les toits de chaque maison, s’ils n’avaient pas réussi à rentrer dans les chaumières aux portes ouvertes. Et ils ne semblaient pas vouloir en partir. Un début de panique commençait à se faire sentir lorsqu’une annonce fut transmise : la maire et le comité de l’office de tourisme avaient un communiqué à faire passer et invitaient donc tout les habitants à se rendre sur la place centrale.

Ainsi, habitants, voyageurs et piedpoulets égarés remplirent bien vite la grand-place où Crystal et ses acolytes appelèrent au calme et expliquèrent la situation tant bien que mal dans le brouhaha des rumeurs et les piaillements des poulets.

Babylon vivait son invasion cyclique de piedpoulets, cette dernière avait lieu tous les dix ans environ et il n’y avait pas raison de s’en affoler. Les oiseaux migraient toutes les dizaines d’années et s’arrêtaient toujours une journée dans la ville de Babylon, nul ne savait exactement pourquoi. Peut-être appréciaient-ils de semer le désordre dans la ville ? Allez savoir. Une chose cependant était certaine, les piedpoulets reprendraient leur migration en début de soirée, désertant la ville aussi vite qu’ils étaient arrivés, il n’y avait donc qu’à cohabiter une journée avec eux et tout se réglerait naturellement. Cependant ces animaux ont la mauvaise manie de s’infiltrer absolument partout. Alors il fut tout de même conseillé de bien fermer sa porte, histoire de ne pas se retrouver nez à nez avec un piedpoulet dans son lit.

La maire ajouta d’ailleurs un petit topo sur les animaux en eux-même. La gourmande qu’elle était ne pouvait pas ne pas préciser que ces animaux étaient complètement comestibles. En effet, il est très facile d’en détacher des morceaux, c’est presque complètement indolore pour les piedpoulets (ils ne ressentent qu’une petite pincette) et ça a un délicieux goût de nuggets tout chaud. De plus, la créature régénère en permanence sa “chair” mangeable. Au point que même s’il ne reste que l’os principal de l’animal, qui est en réalité un talisman, il continue de se régénérer pour retrouver sa forme idéale. A noter que plus il a perdu de chair, plus il se reformera rapidement.

Sur ces mots, de nombreux enfants se retournèrent vers les piedpoulets qui prirent une toute nouvelle dimension. Ils avaient en réalité devant eux, non pas seulement une invasion inconvenante mais également un buffet à volonté. Encore fallait-il trouver les plus appétissants avant qu'ils ne se retrouvent à l'état d'os.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 262
Age : 24
Date d'inscription : 10/02/2015
Éveillé






Mer 2 Mar - 17:06

Premier stand
Jamais Aksel tu n’avais vu autant d’agitation sur la grand place de Babylon. Pourtant tu en avais vu de l’animation sur ces pavés gris : des sorts lancés hasardeusement qui finissaient souvent par casser un volet et provoqué l’exaspération des vétérans, des nouveaux venus complètement abasourdis par leur arrivée en ce monde étrange. Tu dois bien avouer que tu aimes bien les observer ceux là d’un oeil amusé, tu lis leur surprise, leur panique parfois dans leurs yeux d’enfants, tu t’imagines ce qu’il pouvait bien faire la seoncde d’avant en te basant sur leur tenue, leur position et puis souvent tu vois Sully débarquer pour les accompagner à l’office de tourisme. Quelques fois vos regards se croisent et tu lui lances un sourire un peu désolé en haussant les épaules. C’est vrai que maintenant tu pourrais les guider toi aussi ces pauvres agneaux perdus, mais ce rôle va mieux au rouquin qu’à toi qui ne connaît encore que peu de choses de cette contrée merveilleuse. Et puis soyons honnête, tu t’amusais tout simplement encore trop de leur tête hébétée pour endosser le devoir de berger.

Mais aujourd’hui, c’était différent. Tous les habitants s’étaient réunis sur la grand place en compagnie d’étranges animaux qui avaient envahi la ville à l’aube. Arrivé ce matin, tout innocemment et en séchant au passage ton cours de maths, tu n’avais pas tardé à tomber sur une de ces étranges bestioles. Ces créatures ressemblait à des cuisses de poulets cuits, un os dépassant du haut de leur probable crâne, se déplaçant sur deux jambes d’une finesse ridicule et piaillant comme pas permis. Sur le coup, tu n’avais pas trop compris ce que ce nuggets géant faisait à pied, puis très vite tu as remarqué qu’il était loin, très loin d’être seul.... La tête pleines de questions, tu entendis alors des gamins qui traversait avec difficulté la ruelle encombré de volatiles tout en discutant de ce que la maire avait bien à leur dire sur cette invasion… Tu décidas donc de suivre leur pas comme leur discussion. L’un était persuadé qu’ils allaient devoir tous les chasser et l’autre parlait déjà d’un déménagement forcé vers une ville plus accueillante…

Évidemment, il n’en était rien.

Crystal et ses acolytes expliquèrent la situation et les mesures à prendre en fonction. A la nuit tombée, tout serait déjà terminé. Cependant une phrase de la maire t’intrigua particulièrement… Ces piedpoulets étaient comestibles… Intéressant...

Tu te tournas alors vers la petite créature qui avait assisté au discours à tes côtés. Elle n’avait pas compris un mot de ce qui s’était dit mais elle était restée là, sagement. Tu lui tendis alors ton visage souriant, illuminant le monde d’une rare sincérité. La petite chose éblouie ne put que te fixer, les yeux un peu émue de tant d’attention... jusqu’à ce que ta main ne lui pique un morceau de sa chair. Elle émit alors un petit couinement et prit les jambes à son cou, trahie. Sans remords, tu portas le morceau de viande à ta bouche. Crystal n’avait pas menti, c’était excellent ! La chair était moelleuse et chaude. Peut être un peu sèche cependant… Avec une bonne petite sauce un peu sucrée, ce serait parfait.

L’idée te vint alors. D’un pas précipité, tu quittas la grand place tout en finissant de manger le morceau de viande. Tu te dirigeas tant bien que mal parmi les poulets vers la maison où tu avais passé la nuit à cuisiner avec Luca. La cuisine était parfaitement équipée et la présence de nombreux ingrédients t’avaient surpris, c’était parfait pour l’occasion ! Une fois à l’intérieur, tu réunis tout ce qui pourrait t’être utile : des baies, du miel de fleurs locales, quelques feuilles à l’odeur mentholée et des épices curieusement fortes et sucrées.

Au bout d’une heure de préparation, d’ajustement et de cuisson délicate, le résultat te convainc enfin ! Et tu es plutôt fier de toi, autant parce que tu es sûr que la saveur de ta sauce ne fera qu’augmenter le délice que présente la chair des piedpoulets que parce que tu as utilisé tes propres flammes pour doucement cuire le mélange. Depuis peu, tu arrives à rendre tes flammes chaudes, ça n’a rien de la chaleur d’un brasier mais c’est suffisant pour chauffer précisément un plat par exemple.

Tu sors donc de la maison, une marmite de sauce entre les bras, un écriteau coincé sous ton bras droit et te dirige vers la grand place qui commence à se vider peu à peu de l’attroupement de ce matin. Tu finis par t’installer à côté de l’office de tourisme, ta marmite devant toi, une cuillère plongée dedans et des petits récipients en papier sur le rebord de la fenêtre derrière toi. Tu places alors l’écriteau devant toi. En grosse lettres majuscules on peut y lire :

“Sauce spéciale pour accompagner le piedpoulet !
Gratuit ! N’hésitez pas !”

Et te voilà derrière ton petit stand improvisé ! Un sourire avenant sur tes lèvres, tu t’assois sur le banc à côté et attends tes premiers visiteurs.



Résumé :
- Aksel sèche son cours de maths et vient à Babylon qu'il découvre envahie de drôles de volatiles
- Il se rend sur la grand place et écoute le discours du maire
- Il goûte un piedpoulet et trouve ça drôlement bon, mais ce serait encore mieux avec une sauce...
- Du coup, un bon cuisinier qu'il est, il décide d'en préparer une ! Il va donc cuisiner sa sauce dans une maison qu'il a déjà repéré où il pourra trouver les ingrédients et les ustensiles qu'il lui faut
- Il revient sur la grand place avec une marmite de sauce et des récipients en papier (style cupcake) et s'installe devant l'office de tourisme, avec une pancarte qui indique son stand.

EN BREF:  Aksel a ouvert un mini stand de sauce pour accompagner la viande de piedpoulet o/ N'hésitez pas à venir !
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chupp.fr/
avatar
Messages : 140
Age : 22
Date d'inscription : 07/02/2015
Éveillé






Sam 5 Mar - 19:24

THIS IS A NIGHTMARE.
C'est une catastrophe.

Tu te retournes et regardes avec effroi la place principale de Babylon : tu déglutis. Tu n'aurais jamais imaginé qu'une telle chose puisse arriver. Au début, tu avais presque trouvé ça amusant, de voir quelques unes de ces petites bestioles se balader un peu partout à travers les rues. Cela ne faisait certes pas longtemps que tu étais là, mais tu avais déjà eu l'occasion de croiser un ou deux de ces poulets, et, bien que cela soit un peu étrange, tu ne pouvais pas t'empêcher de penser qu'ils étaient plutôt mignons. Tu faisais également partie de ces gens qui, majoritairement parce que tu avais trop de pitié pour elles, refusaient catégoriquement de ne serait-ce que grignoter le moindre petit bout de chair des créatures en question, et ce, malgré ton affection pour la cuisine. C'était peut-être un peu hypocrite, et certains t'avaient même dit, voyons Luca, c'est une nourriture comme une autre ! Mais toi, tu ne voyais pas les choses comme ça. Certes, les piedpoulets étaient principalement des cuisses de poulet sur pattes, mais...ils étaient vivants. Ils avaient un bec. Et ils couinaient. Un couinement qui commence sérieusement à te taper sur les nerfs par ailleurs, car il envahissait la ville depuis déjà un bon moment. Et ça, c'était le cas même pendant le communiqué de la maire et de son équipe.

Une grande partie de la population de Babylon - ou du moins, celle qui était présente au moment de l'incident - s'était réunie sur la Grand Place, après qu'une information disant que la maire et l'office du tourisme avaient un message à faire passer. Cela avait rapidement fait le tour de la capitale - car, bon sang, qu'est-ce que le bouche à oreille marche bien ici. Alors, comme beaucoup de tes comparses mages, tu t'étais dirigé vers la place, et tu avais attendu, un peu perdu au milieu des piedpoulets qui, jetant des petits coups d'oeils aux humains s'étant rassemblés autour d'eux tout en piaillant, ne semblaient absolument pas comprendre ce qui se déroulait autour d'eux. Et tandis que tu te faisais des remarques de plus en plus étranges à leur sujet - est-ce qu'au moins, ils avaient un cerveau ? - la maire fit soudainement son apparition, accompagnée par certains membres de l'office du tourisme, sur une petite estrade improvisée au centre de l'agora. Le brouhaha ambiant sembla alors diminuer, bien qu'un ersatz de bruit de fond continuait à animer l'endroit. Crystal prit alors la parole, et expliqua, le plus fort qu'elle put, à tous les enfants présents la situation actuelle. De ce que tu comprenais, c'était loin d'être la première fois qu'une telle chose arrivait à Babylon, chose que tu trouvais curieuse, car malgré tous les livres que tu avais pu lire dans la bibliothèque de l'orphelinat, tu n'avais jamais rien trouvé sur le sujet. C'était une occurrence qui se répétait tous les dix ans, et qui, malgré le chaos qui règnait actuellement en ville, allait finir par cesser à la fin de la journée. De quoi rassurer les plus peureux, dont tu faisais clairement partie.

Tu avais été sur le point de pousser un immense soupir de soulagement - car tu avais déjà commencé à imaginer le pire, et si ils ne partaient jamais? Allait-on devoir quitter Babylon et s'installer ailleurs ? - quand la maire, à la toute fin de son discours, précisa une dernière chose. Une chose à propos de laquelle tu avais déjà été mis au courant, mais que d'autres autour de toi ne semblaient pas savoir. Les piedpoulets étaient comestibles. Presque aussitôt, le bourdonnement qui avait assailli la place avant que Crystal ne commence son annonce recommença de plus belle, et tu voyais déjà dans les yeux de certains qu'il s'agissait d'une information qui les intéressait grandement. En vérité, certains s'étaient même déjà jetés à la poursuite des petites créatures, qui piaillaient à ne plus avoir de voix. Un peu attristé par ce spectacle, et puisque tu n'avais plus rien à faire là, tu décidas de quitter la place pour essayer d'aller trouver un endroit calme, dépourvu d'envahisseurs, pour pouvoir te changer un peu les idées.

Alors que tu arpentes les rues, tu te dis que tu ferais peut-être mieux de rentrer à l'Orphelinat Underwood. C'est probablement moins risqué et au moins, là bas, il n'y aura pas de piedpoulets. Mais tu avais promis à quelqu'un que tu la verrais aujourd'hui, et cette personne n'était pas n'importe qui. Meeka. Tu détestes ne pas tenir tes promesses, et tu ne veux surtout pas lui faire faux-bond. C'est toujours un peu maladroit entre vous deux, mais cette fois-ci, tu es certain d'avoir un sujet de discussion solide : tu as découvert un livre particulièrement intéressant dans la bibliothèque de l'Orphelinat, et tu es pratiquement - parce qu'après tout, on parle de toi, et tu hésites toujours quoiqu'il arrive - sûr qu'il lui plairait. Alors il est hors de question que tu la laisses tomber. Tes joues se mettent à brûler un peu quand ces pensées valsent dans ta tête et semblent s'engraver au fond de ton esprit. Tu te stoppes net dans ta marche quand la montre accrochée à ton poignet se met à sonner : il est presque l'heure de la rejoindre. Tu t'apprêtes à faire demi-tour quand tu te rends compte de deux choses. Premièrement, est-ce que la rêveuse est déjà au courant de l'invasion des cuisses de poulet sur pattes ? Deuxièmement, ce qui est probablement ce qui t'inquiète le plus...est-ce ta rencontre avec Meeka serait une sorte de rendez-vous ? Immédiatement tes joues s'enflamment de plus belle, et tu es presque sûr que tu es aussi rouge qu'une tomate à cet instant précis. C'est bien, ça va avec tes cheveux. Aria aurait probablement dit quelque chose du genre. Tu tentes de penser à autre chose, mais tu n'arrives pas à retirer cette idée de rendez-vous de ta tête. Voyons, ce n'est pas possible. Ce n'est pas comme si quelqu'un d'aussi bien qu'elle pouvait t'aimer, de toute façon.

Toujours aussi confus, tu reprends ta marche vers la Grand Place. Plus tu t'en approches, plus tu réalises qu'elle s'est vidée de manière plutôt conséquente, par rapport à plus tôt. Penaud, tu t'assois sur un des bancs qui entourent la fontaine au centre de la place, et tu attends, le coeur qui bat décidément beaucoup plus vite que d'habitude. Mais quelque chose te sort bien vite de tes pensées : la présence d'une pancarte située à côté de l'office du tourisme, tenu par quelqu'un que tu connais bien. Aksel. Alors que tu parviens à lire ce qui est écrit sur la pancarte, ton expression se décompose légèrement.

Oh non, il n'aurait pas fait ça, quand même.


Résumé :
- Luca se rend à Babylon pour rejoindre Meeka, et se retrouve coincé dans la vague de piedpoulets.
- Il se rend sur la place pour écouter le discours de Crystal.
- Il décide de faire demi-tour et divague dans les rues de Babylon, en faisant beaucoup, beaucoup d'introspection comme à son habitude.
- Also il se demande si il commence pas à crusher sur Meeka.
- Un peu plus d'une heure plus tard, il retourne sur la Grand Place.
- Il se pose sur un des bancs et attend que Meeka arrive.
- Il découvre par la même occasion le stand d'Aksel. Et se sent un peu trahi.

_________________
luca emilio aldena
You don't get what all this is about
You're too wrapped up in your self doubt

admin
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 4
Age : 23
Date d'inscription : 05/02/2016
Éveillé






Dim 6 Mar - 1:30

fly away now

La jeune fille se réveilla en sursaut, et écarquilla grands les yeux. Le paysage qui s'offrait à elle n'avait rien de familier, et encore moins du parc Jean Baptiste Lebas, avec ses allées pavées, ses pelouses bien tondues et ses fameuses grilles rouges. Elle se trouvait sur une sorte de grande place où régnait un curieux chaos. Avant qu'elle n'aie le temps de se poser plus de questions, elle remarqua une jeune fille penchée sur elle avec un air inquiet. En croisant son regard, la jeune fille en question se mit à rougir furieusement. Raph lui adressa un sourire interrogateur, et la brunette prit la fuite à la manière d'un mignon petit animal, en balbutiant quelque chose de l'ordre de « ouf, ça a l'air d'aller ». Raphaëlle la suivit du regard jusqu'à la perdre de vue au coin d'une rue, en se demandant si c'était elle qui avait pu l'intimider comme ça.

Puis elle s'épousseta et observa les alentours, touhours un peu ahurie, en essayant de comprendre comment elle avait aterri là. Elle fouilla sa mémoire récente à la recherche de réponses : elle se revoyait en train de chasser le dragon, mais ça c'était assez clairement un rêve. Avant ça, elle était assise sur un banc dans un parc de Lille, à attendre son rendez-vous. Mince ! Elle jeta un coup d'oeil rapide à sa montre - qui semblait toujours fonctionner, c'était déjà ça. Cela faisait une quarantaine de minutes qu'elle aurait dû retrouver Camille. Il faudrait qu'elle l'appelle pour s'excuser. Mais elle ne savait pas vraiment quoi lui dire. Elle était où, là, au juste ?

L'adolescente fouilla ses poches en tentant de faire un instant abstraction de son entourage perturbant (ce qui demandait beaucoup d'efforts) et poussa un soupir de soulagement en constatant qu'elle avait toujours son téléphone. Ses espoirs se cassèrent cependant la figure quand l'écran de l'appareil lui indiqua qu'elle n'avait pas de réseau. Sérieux ?? Un peu désemparée, la jeune fille releva alors les yeux pour s'intéresser à ce qu'il se passait autour d'elle. Il y avait pas mal de monde, principalement des jeunes et des enfants, et tout le monde semblait beaucoup trop occupé pour remarquer qu'elle était plantée comme une tache en jetant des regards hagards un peu partout. Et puis il y avait ces... trucs qui couraient un peu partout, comme des petits oiseaux. Enfin. Des... cuisses de poulet ? avec un bec ? et des pattes ?

Une patte à pattes. On aura tout vu.

...Mais oui bien sûr ! Vous vous souvenez, les dragons, tout ça ? C'était juste un autre de ses rêves fantasques. Forcément. Elle avait passé la nuit à regarder des épisodes de Slayers. Elle avait zappé le petit déjeuner, et devait donc avoir faim. Vu sous cet angle, les choses semblaient empreintes d'une certaine logique. Il n'en fallut pas plus à Raphaëlle. Elle n'avait jamais été du genre à se prendre la tête, de toute façon. C'était rien qu'un rêve. Un rêve... bizarre, précis et étrangement réaliste, un rêve dans un rêve, même, puisqu'elle avait cru s'y réveiller. Mais un rêve. Elle avait toujours fait preuve d'une imagination vivace, et n'avait jamais eu aucun contrôle sur ses rêves, dans lesquelles elle vivait toujours de nombreuses aventures, se laissant porter de rebondissement en rebondissement en attendant le réveil. Réveil qui finirait par venir, et qui la ramènerait sur son banc dans son parc, comme si de rien n'était. Avec un peu de chance, peut-être que Camille serait arrivée entre temps et aurait entrepris de la réveiller elle-même, et qu'elle se retrouverait nez à nez avec la jolie jeune fille au moment d'ouvrir les yeux. Peut-être qu'elle aurait du mal à la réveiller, et qu'à la manière de la Belle au Bois Dormant il n'y aurait qu'un bais-- enfin bref.

Quoi qu'il en fût, l'heure n'était pas aux questionnements existentiels, mais à l'aventure ! À présent rassurée, Raph' s'empressa de retrouver son insouciante spontanéité, et un grand sourire revint s'installer sur son visage tandis qu'elle détaillait du regard la scène fantastique dans laquelle elle se trouvait plongée. Elle avait manqué le discours de la Maire — et ne savait même pas encore qu'il existait une Maire dans cet endroit étrange — et accueillit alors les petites cuisses-de-poulet-sur-pattes comme la faune habituelle des lieux. Après tout, elle ne connaissait rien de cet endroit, et son subconscient était capable de bien des prouesses : elle était donc résolue à accepter tout ce qui se présenterait à elle, sans se poser de questions. C'était comme ça qu'elle avait l'habitude de profiter pleinement de ses épopées oniriques !

Elle réajusta son bonnet, et se mit à déambuler gaiement sur la place, jusqu'à apercevoir un petit stand avec une pancarte écrite à la main. Curieuse, tu t'approches, jusqu'à repérer un jeune garçon assis à côté, qui semble attendre que l'on vienne s'intéresser à son étal.

« Hey ! C'est quoi le piedpoulet ? »

Elle ne s'embarrasse pas de politesses, mais elle est loin d'être malautrue. Juste simple. Elle a un peu l'impression de se promener dans une ville de RPG et de s'adresser à des PNJs pour trouver des indications.

mercredi ; 24 mars 2010


résumé ;

  • Raph arrive tout juste à Avalon.
  • Elle a Sauté en s'assoupissant et en rêvant littéralement d'évasion, du coup elle s'est endormie en arrivant.
  • Il y avait trop d'agitation avec la migration de piedpoulets, donc les gens sont trop occuper pour la remarquer.
  • C'est diraxy qui l'a repérée en premier, et qui l'a appuyée contre un mur, et a attendu à côté d'elle qu'elle se réveille (avant de s'enfuir en voyant que tout allait bien).
  • Raph est persuadée d'être juste en train de rêver, du coup elle accepte tout sans se poser de questions, et elle explore en mode curieuse.
  • Elle a loupé les explications de Crystal et s'est réveillée à peu près quand Aksel a installé son stand.
  • Elle va voir Aksel et lui demande c'est quoi un piedpoulet.
  • Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Messages : 20
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/01/2016
    Éveillé






    Dim 6 Mar - 15:50

    Astrée n’était pas du matin. L’appel du lit douillet et moelleux était bien trop tentant pour la demoiselle. Même à dix heures, il eut fallu qu’elle touche quelque chose de doux et poilu, différent de son drap pour oser ouvrir un œil. A moitié endormie, elle salua la petite créature ressemblant étrangement à une cuisse de poulet qui se tenait à côté d’elle dans le lit. Lui caressant la tête, elle le serra ensuite fort contre elle, pensant rêver, pour le câliner. Malheureusement, elle étouffa par accident la bestiole, la faisant sursauter hors du lit lorsqu’elle comprit qu’elle venait de tuer ce nuggets géant. En bon majordome, Bobby déboula immédiatement dans la pièce, tenant dans ses bras plusieurs de ces nuggets et un autre accroché à sa jambe. Plus de peur que de mal, la jeune fille fut rassurée de voir que le nuggets étouffé repris doucement sa respiration, avant de se réveiller et de partir gambader avec les autres. La journée débuta donc…

    Par le petit déjeuner. Bobby éteint le four, puis en sorti avec des pincettes, une pizza fraichement cuite. Au passage, il s’attira le regard noir d’Astrée et des cuisses de poulet, quand il fit glisser une olive noire sur son tablier rose de cuisine. A table, Astrée due partager avec ses nouveaux amis une partie de la pizza… Soit 90% pour elle, 10% pour les autres. Partage équitable selon elle. Pendant ce temps, Bobby faisait la vaisselle dans l’évier, mais il était difficile de rincer les assiettes et les plats au milieu des deux cuisses de poulet qui jouaient à s’éclabousser. En parlant de cela, il était temps d’aller se laver pour la demoiselle et ses amis. Astrée avait l’habitude de prendre son bain, seule ou avec Bobby, qui lui racontait une histoire. Mais elle n’avait jamais fait encore l’expérience d’un bain à dix. Et cela l’amusait beaucoup. Certes, il n’y avait plus beaucoup de place dans la grande baignoire de la demeure, mais les possibilités de jeu étaient immenses. Elle s’était amusée à accrocher un fil de couleur différente à chacune des cuisses de poulet. Ainsi, elle pouvait essayer de deviner qui était qui entre les bulles de savon. Sinon, elle avait revisité le jeu du Tape-Taupe en Tape-Nuggets. Donner des coups de marteau sur les nuggets, plongeant par conséquent au fond de l’eau avant de remonter à la surface. Après une heure de jeu, elle quitta le bain, suivie par ses amis en file indienne. Elle alla s’habiller dans sa chambre, demandant conseil auprès des nuggets qui hochaient la tête en fonction de ce qu’elle leur montrait. Chemisier blanc, cravate rouge, jupe d’écolière rouge, collants blancs et serre tête rouge. Bobby lui attacha les cheveux avant qu’elle ne parte et lui donna des baskets rouges, qui n’allaient pas vraiment avec le reste de la tenue. Astrée n’y fit pas attention et elle donna la laisse principale à Bobby. La laisse qui permettait de garder ses dix nuggets proches d’elle. Tels de gentils toutous, ils la suivaient sans rien dire et lorsqu’il prenait l’envie de poudre d’escampette à l’un d’eux, une simple pression sur la corde suffisait à Bobby pour rapatrier le dissident.

    La petite troupe fit son tour des pizzérias tranquillement, puis s’arrêta au niveau de la place fatiguée de tous ses efforts. Ni la jeune fille, ni son majordome ne s’inquiéta de la prolifération de nuggets dans la cité de Babylon. Au contraire, ils s’inquiétaient plutôt de voir les gens râler de l’invasion de ces bestioles tellement choupis. Arrivant après le discours de la maire et de ses subordonnées, le groupe n’entendit pas les informations relatives aux nuggets sur pattes, nommés Piedpoulet. Néanmoins, Astrée eut l’oreille assez fine pour entendre la sauce remuer dans la marmite d’un jeune garçon. Elle le dévisagea du regard jusqu’à ce qu’il aille se placer devant l’office de tourisme, puis elle se leva pour l’approcher. Voyant sa maîtresse partir, Bobby lui emboîte le pas, gardant un œil sur les alentours. Près de l’étal du garçon, une fille venait de faire son apparition. Astrée n’y prêta pas garde et lu la pancarte.



    Piedpoulet…

    Ça se mange ?

    Pizza ?

    Ne sachant pas ce qu’était un Piedpoulet, elle vint pousser légèrement la fille au bonnet pour se placer devant, se penchant en même temps vers le garçon. Un filet de bave coulait déjà du bord de sa bouche et des étoiles semblaient crépiter dans ses yeux.

    -Tu peux me faire une pizza de Piedpoulet ?

    Elle n’attendit pas la réponse du garçon pour se redresser et ordonner à Bobby de lui capturer des Piedpoulets. Ce dernier voulut s’y affairer, mais bloqua sur la dénomination de l’animal. Regardant les dix Piedpoulets qui les accompagnaient, il se demanda s’ils pourraient l’aider à trouver des Piedpoulets… Cherchez la logique… Son majordome n’arrivant pas à répondre à ses attentes, Astrée s’impatienta et se retourna, questionner le garçon.

    -C’est quoi un Piedpoulet ? Ça a quel goût ?


    HRP:
     
    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Messages : 43
    Age : 24
    Date d'inscription : 22/12/2015
    Éveillé






    Mar 8 Mar - 20:38

    Si la matinée semblait avoir démarré d’une manière tout à fait ordinaire, une agitation inhabituelle semblait petit à petit venir animer le centre de Babylon, à travers la Grand Place. Normalement, ce genre d’animation était réservé au très occupé et très actif Quartier Est, notamment au milieu du marché où les habitants de Babylon ne savaient très vite plus où donner de la tête. Ce matin semblait cependant vouloir bousculer les habitudes en ne déclenchant pas moins qu’une invasion de créatures dans la ville, perturbant l’intégralité de la population de la cité qui ne pouvait même plus faire trois pas dehors dans rencontrer l’un de ces piedpoulets qui remplissaient maintenant les rues de Babylon. Les réactions variaient de l’incompréhension à la simple stupéfaction, pour changer vers la gourmandise ainsi que l’émerveillement après que Crystal aie effectué son annonce publique quant à la situation actuelle. Ainsi, la Grand Place venait presque de se changer en terrain de jeu, où des personnes de tout âge s’agitaient dans tous les sens, animés par cette soudaine nouvelle attraction.

    Parmi eux, Kaerae était à présent en train de réfléchir à la réaction à adopter en face de cette invasion. Elle était en train de marcher tranquillement en regardant autour d’elle, tout en effectuant parfois quelques esquives sur le côté pour éviter  les imprudents ne faisant pas attention à elle. C’était presque la folie autour de la jeune fille, mais tout le monde prenait la situation actuelle avec un esprit bon enfant tout en gardant leur bonne humeur, comme si un festival avait démarré en même temps que l’invasion des piedpoulets. Quelques minutes plus tôt, Kaerae avait aussi participé à cet engouement à sa façon, elle s’appliquait à repérer la plus rapide des volatiles à sa portée, et lui courait après jusqu’à l’attraper. Une fois qu’elle avait réussi, elle laissait le piedpoulet s’échapper  vers une autre destination, pour ensuite s’attaquer au piedpoulet suivant. La jeune fille faisait ça pour se bouger un peu et tester sa vitesse, mais cette activité avait fini par l’ennuyer, parce qu’un peu trop facile. Les piedpoulets ne brillaient pas vraiment pour leur agilité.

    La raison pour laquelle Kaerae ne joignait pas le mouvement le plus populaire autour d’elle en dégustant la chair de ces créatures était simple, elle n’avait tout simplement pas faim. Elle était parfois gourmande pour certaines choses (on a tous un second estomac pour les desserts), mais elle n’était pas gloutonne, et en vérité, ça ne faisait pas très longtemps qu’elle avait petit-déjeuné. La jeune fille aurait dû passer la matinée en cours, à l’Orphelinat, mais elle se sentait un peu fatiguée en se levant ce matin, et avait décidé d’aller se dégourdir un peu les jambes à Avalon et de rentrer une fois bien réveillée.

    Bien entendu, en arrivant, elle avait tout de suite pu constater que quelque chose n’allait pas en rencontrant cette espèce de nugget à pattes qui ressemblait vaguement à un poulet sans plumes. D’abord curieuse, puis surprise d’en voir un second, puis un troisième, puis une dizaine, Kaerae se rendit vite compte que quelque chose d’anormal se déroulait en Babylon, et avait rejoint la Grand Place pour voir si elle pourrait en apprendre plus. Tant pis pour les cours, ce qui se passait autour d’elle était trop amusant pour qu’elle ne fasse demi-tour en l’ignorant.

    Mais à présent, la jeune fille se demandait quoi faire. Rentrer à l’Orphelinat était toujours hors de question, mais son envie de marcher et de bouger étant maintenant satisfaite, il lui fallait trouver quelque chose d’autre à faire avant de tomber dans l’ennui. Toujours en marchant, elle secoua légèrement la tête en se disant qu’elle devait rester positive. Avec un évènement pareil se déroulant en ce moment-même, elle allait forcément s’amuser pendant encore quelques heures. Pour le moment, Kaerae décida de s’asseoir un moment sur un banc pour observer le peuple autour d’elle afin de se remotiver un peu. Etant donné que la Grand Place était en train de se changer en véritable festival, il ne faudrait probablement pas longtemps pour que des gens commencent à ouvrir des étals en tous genres.

    En tournant la tête, Kaerae constata qu’elle avait vu juste. Quelques mètres plus loin, quelqu’un commençait déjà à monter un stand de sandwiches à base de chair de piedpoulets, tandis qu’un stand de filets rappelant vaguement des filets à papillons commençait à s’élever en face d’elle. Kaerae doutait qu’il y ait vraiment besoin d’un quelconque accessoire pour capturer ces bêtes-là, mais l’idée de brandir une arme plairait probablement aux enfants qui couraient dans tous les sens. Enfin, elle aperçut un stand avec une marmite qu’un joli garçon souriant était en train de remuer, avec un écriteau parlant d’une sauce d’accompagnement pour le piedpoulet. Puis, en voyant quelqu’un dans le coin de son champ de vision, Kaerae se rendit compte qu’elle n’était pas la seule assise sur le banc où elle se trouvait, et constata ensuite qu’elle connaissait cette personne. En souriant, la jeune fille sauta sur ses pieds puis se pencha pour rentrer dans le champ de vision de sa connaissance, en faisant un signe de la main.

    - Yahoo~, Lucaaaa !

    Elle était contente de voir une tête familière,  son grand sourire aurait pu illuminer un puits qui irait jusqu’au centre de la Terre, mais le garçon ne réagit pas à sa présence et continuait de fixer le stand que Kaerae avait repéré un peu plus tôt. Légèrement surprise par cette absence de réaction, la jeune fille se redressa et essaya de voir ce qui choquait tant le jeune italien en tournant à nouveau la tête vers le stand. Le souriant jeune homme de tout à l’heure s’était assis à côté de sa marmite, non loin de sa pancarte qui…

    - …Ah !

    En relisant la pancarte, le déclic venait de se faire dans la tête de Kaerae. Elle n’avait pas eu l’occasion de passer énormément de temps avec Luca, mais elle avait vite compris que le garçon était d’une grande sensibilité et qu’il pouvait se mettre à pleurer facilement. La jeune fille en déduit que dans sa tête, il voyait surement les piedpoulets se faire maltraiter par tous ces passants, ou il s’était fatigué au milieu de toute cette agitation. Dans tous les cas, ce qui était écrit sur la pancarte le troublait suffisamment pour qu’il ne la quitte pas des yeux. Kaerae alternait son regard entre le stand, le jeune homme à côté de ce dernier et Luca, puis la jeune fille se demanda si les deux garçons se connaissaient, et que c’était peut-être pour ça que son ami n’arrivait pas à décider de sa réaction. Elle ne pouvait certainement pas le laisser dans cet état.

    Sans réfléchir et obéissant à ses impulsions, Kaerae posa ses mains sur les yeux de Luca pour lui cacher la vue et tourna sa tête dans une autre direction.  Elle tourna vivement la tête autour d’elle pour essayer de trouver quelque chose pour distraire le garçon avant qu’il ne réagisse à sa soudaine attaque. Son regard tomba sur un stand qui devrait faire l’affaire.

    - O… Ooooooh, Luca, regarde ! Ils vendent des glaces là-bas, on va y faire un tour !

    Elle tourna la tête du garçon tout en pointant du doigt vers un stand, en essayant de garder un air enjoué pour qu’il oublie ce qu’il avait lu. Elle l’attrapa par le bras et commença à se diriger vers ledit stand, même si tout ce qu’elle voulait actuellement, c’était faire en sorte que le stand d’avant disparaisse de son champ de vision. Si Luca connaissait le garçon qui tenait le stand de sauce, ils se verraient probablement plus tard de toutes manières.

    Résumé :
    - Kaerae voulait se dégourdir un peu les jambes à Babylon, puis constate l’invasion des volatiles.
    - Après l’annonce de Crystal, elle s’amuse pendant quelques temps, puis cherche autre chose à faire.
    - Elle décide de s’asseoir sur un banc de la Grand Place en attendant.
    - Elle aperçoit Luca, qui ne réagit pas à son bonjour.
    - Comprenant à moitié pourquoi il a l’air choqué, elle l’attrape par le bras et l’éloigne du stand d’Aksel
    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Messages : 262
    Age : 24
    Date d'inscription : 10/02/2015
    Éveillé






    Ven 11 Mar - 12:02

    Premières curieuses
    Bien qu’un peu plus calme, l’agitation régnait encore en maître sur la grand-place. De ton banc, près de l’office du tourisme, tu avais une vue imprenable sur les événements qui se déroulaient. Des enfants et des piedpoulets courraient dans tous les sens, les uns tentant d’attraper les autres, les autres d’y échapper. Babylon était une véritable foire et certains comme toi voyaient dans cette matinée une occasion comme une autre pour installer son petit commerce. De nombreux étals commencèrent à voir le jour autour de la place, apparaissant comme des fleurs dans un champ printanier et très vites les passants curieux s’en approchèrent pour goûter aux spécialités du jour, toutes au goût de poulet évidemment, ou encore pour obtenir un filet à nuggets.

    Ton stand finit également par attirer l’attention et te tira à tes observations. Un groupe d’enfants qui venaient les poches pleines de viandes toute chaude te demandèrent plusieurs barquette de sauce que tu leur servit tout sourire, les félicitant pour leur chasse ! Ils s’en allèrent, emplis de fierté dans un joyeux brouhaha de rires éclatants. Tes premiers clients servis, tu te réinstallas sur ton banc, le coeur heureux sans trop savoir pourquoi.

    Une jeune fille s’approcha alors de toi. Un bonnet planté sur ses cheveux courts, elle devait avoir à peu près ton âge. Sans le moindre détour elle te demanda franchement:

    « Hey ! C'est quoi le piedpoulet ? »

    Ses manières te firent lever un sourcil mais tu ne t’en indignas pas, même si tu avais le curieux sentiment qu’elle te prenait pour un PNJ d’un quelconque MMO. Tu allais lui répondre lorsqu’une autre jeune fille aux longs cheveux verts accompagné par un majordome tenant en laisse une dizaine de piedpoulets apparurent à ton stand. Poussant la première arrivée, la nouvelle venue se posta devant toi et te demanda si tu pouvais lui confectionner une pizza au piedpoulets. La question n’eut pas le temps d’être étudier par ton esprit qu’elle se désinterressa immédiatement de toi pour ordonner à l’homme qui l’accompagnait de lui trouver des piedpoulets…. Animaux qu’il tenait pourtant au bout de ses laisses. Finalement, son attention revint à toi et elle te posa la question :

    « C’est quoi un Piedpoulet ? Ça a quel goût ?»

    La situation en était si drôle que tu eus du mal à retenir le rire qui perça tes lèvres. Tu te repris bien vite, un grand sourire illuminant ton visage avenant et tu tentas d’expliquer la situation :

    « Pour répondre à votre question à toutes les deux, les piedpoulets se sont ces drôles de volatiles qui ont envahi Babylon aujourd’hui… Et je vois que tu en as déjà une belle collection avec toi, ajoutas tu à la jeune fille aux cheveux verts en désignant d’un geste de la main la drôle de troupe qui l’accompagnait. Et pour répondre à ta deuxième question…»

    D’un geste lent, tu posas tes bras sur tes genoux et te leva vers un des oiseaux tenu en laisse. Tu te baissas pour caresser la tête d’une des créatures d’une main et de l’autre tu lui piquas un bout de chair. La créature poussa un petit couinement qui disparut bien vite sous tes caresses. Lorsque la créature fut complètement calmée, au point d’oublier qu’elle venait de perdre un bout d’elle même, tu te relevas, découpas le morceau de viande en deux et le tendis aux deux curieuses :

    « Ne vous en faites pas pour les piedpoulets, ils ne ressentent qu’un petit pincement et ce geste est inoffensif pour eux, leur chair repousse constamment… Et pour le goût, je vous propose de goûter vous-même !

    Sans t’en rendre compte tu affichais ton sourire, celui un peu trop sûr de lui, celui qui faisait fondre le coeur de bien trop de monde.

    Celui qui fait de toi un petit soleil rayonnant.



    Résumé :
    - Aksel sert ses premiers clients puis voit arriver Raph qui lui demande ce qu'est un piedpoulet
    - Il n'a pas le temps de lui répondre qu'Astrée arrive et lui pose la même question
    - Aksel rit devant le ridicule de la situation puisqu'Astrée est accompagnée de piedpoulet justement
    - Il leur explique ce que c'est, va vers un des oiseaux d'Astrée et pendant qu'il lui caresse le crâne pour le calmer, il lui pique un bout de viande qu'il partage en deux et propose aux deux jeunes filles de goûter
    Voir le profil de l'utilisateur http://www.chupp.fr/
    avatar
    Messages : 4
    Age : 23
    Date d'inscription : 05/02/2016
    Éveillé






    Lun 14 Mar - 17:19

    she walks around like she owns the place

    La brunette était là campée devant le stand, attendant de voir si le garçon lui fournirait la réponse à sa question ou si cela la lancerait sur une quête pour découvrir par ses propres moyens le plat qui se cachait sans nul doute derrière ce mot rigolo, « piedpoulet » — quand on vit la bousculer pour s'interposer entre elle et son interlocuteur. Elle était sur le point de protester quand ses yeux se posèrent sur la jeune fille qui venait d'arriver : une magnifique jeune femme à la longue chevelure verte. Woah. Woah woah woah. Ce rêve s'annonçait décidément très plaisant. Raphaëlle se racla discrètement la gorge pour se donner de la contenance, et s'avança nonchalamment aux côtés de la nouvelle venue, façon bogossitude. À sa surprise, la belle inconnue posa à peu de chose près la même question (et Raph' regretta soudainement de ne pas pouvoir elle-même lui donner la réponse). Elle ne prêtait pas grande attention à l'étrange bodyguard avec son armée de petits oiseaux en laisse, bien trop concentrée sur sa charmante employeuse.

    Le garçon auxquelles elles s'étaient toutes les deux adressées leur adressa alors un grand sourire, avant de leur expliquer qu'il s'agissait des petits oiseaux bizarres qui couraient un peu partout (et que l'autre bonhomme promenait en laisse).

    Puis le garçon s'agenouilla devant l'un des volatiles. Et fit quelque chose d'incroyable. Il le mangea. Enfin, un petit bout seulement. Apparemment, ces bestioles étaient commestibles. Crues. Vivantes. Ça ne leur faisait pas de mal.

    Et mieux encore.

    Elles repoussaient.

    Raphaëlle ouvrit des yeux ronds et se saisit du morceau de viande que le garçon lui tendait. Elle le porta à ses lèvres, et savoura. C'était tiède et goûtu. Que c'était surprenant ! Elle donna alors une tape amicale au garçon :

    « Dis-moi mon poto, tu les vends combien tes barquettes de sauce ? »

    Avant de se tourner vers sa belle inconnue, à laquelle elle adressa un clin d'oeil.

    « Que pense Mademoiselle d'un petit pique-nique pour faire connaissance ? »

    Pendant ce temps, elle entreprit de fouiller discrètement ses poches pour voir si son subconscient avait eu la bonne idée de lui confier de la monnaie.

    mercredi ; 24 mars 2010


    résumé ;

    Raph trouve Astrée super jolie, et les piedpoulets très bons. Elle demande à Aksel combient il vend ses barquettes de sauce, et essaye d'inviter Astrée à un pique-nique « pour faire connaissance ».

    _________________

    RAPHAËLLE ROBIN
    Girls like girls like boys do
    Nothing new
    alcyone // admin
    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Messages : 20
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/01/2016
    Éveillé






    Sam 19 Mar - 13:29

    Le charmant garçon aux barquettes de sauce leur indiqua en la personne des nuggets que promenait Bobby, les Piedpoulets. Sur le coup, Astrée due y regarder par deux fois pour être sûre d’avoir bien compris la réponse à sa question, alternant d’un doigt hésitant entre le garçon et les Piedpoulets. Malheureusement, cela venait poser un autre problème à la jeune fille. Sa compassion envers ses dix petits amis l’empêchait de se jeter dessus pour les dévorer dans la seconde. Si bien, qu’il fallut un coup de pouce du garçon pour qu’elle s’intéresse de plus près à cette nouvelle nourriture. Très gentil, il vint caresser la tête de Mû, avant de venir lui arracher de l’autre main un morceau de chair. Horreur ! Astrée porta ses mains à son visage, pleine de terreur, engendrant un parfum d’ancolie, se rapprochant de l’odeur d’une amande amère. Toutefois, après l’acte inhumain du garçon, la chair du petit nuggets se mit à repousser, ce qui eut l’effet de calmer la demoiselle. D’un regard noir, elle fixa le garçon, avant de prendre le morceau de chair qu’il lui tendait et de l’ingérer nonchalamment. La surprise fut de taille. Malgré le mal fait à l’animal, sa viande était tendre et délicieuse. Néanmoins, une pointe d’orgueil en elle, Astrée garda une expression hautaine d’insatisfaction, tout en s’imaginant le nombre de ces morceaux de Piedpoulets qu’elle pourrait s’avaler par après.

    C’est alors que la fille au bonnet se décida à se faire remarquer. Astrée l’avait complètement oubliée et grâce à son intervention, elle put se souvenir que le garçon réalisait de bonnes barquettes de sauce pour agrémenter la dégustation des volatiles. Cette information lui suffit pour retrouver son sourire et faire remonter le jeune homme dans son estime. Il était un peu rustre, mais il n’avait pas un mauvais fond ce bonhomme. Et Bobby accepterait bien de payer à sa place l’achat de quelques-unes de ces barquettes… N’est-ce pas Bobby ? *râle de Bobby* Bien, puisque c’est réglé ! Au moment où elle allait commander une douzaine de ces barquettes, l’autre fille se tourna vers elle avec un clin d’œil. Ce n’était pas vraiment ses manières ou sa présence qui stoppèrent Astrée. Mais surtout le mot : « pique-nique ». Ses yeux s’illuminèrent alors et elle se tourna instinctivement vers la fille pour lui attraper les mains. Pique-nique ! Elle avait beau regarder droit dans les yeux la fille au bonnet, ce n’était pas son visage qu’elle apercevait… Mais la montagne de nourriture qu’insinuait l’instauration d’un pique-nique. Des bouts de fromage, des tartes, des gâteaux, des sodas, des pizzas, encore des pizzas, toujours des pizzas,… Et plein d’autres pizzas, tournoyaient devant les mirettes de la demoiselle. Elle n’avait pas mangé de pique-nique depuis belles lurettes, l’occasion était à saisir et elle ne perdit pas de temps pour cela, criant sa joie sur toute la place. L’odeur de pizza qui se dégageait d’elle maintenant aurait pu être sentie par tous ceux présents sur la place.

    Pendant qu’Astrée rêvait du pique-nique et des convives en présence, j’ai nommé messieurs les Piedpoulets, mesdemoiselles les sauces et j’en passe, ce fut à Bobby de conclure l’affaire avec le garçon, acceptant sans condition le prix que lui proposerait le jeune homme. Bobby comprit aussi que les nuggets ambulants ne seraient pas suffisant pour le repas de sa maîtresse et s’éclipsa le temps d’aller chercher les délices qu’Astrée devait fantasmer. De toute façon, l’autre jeune fille n’aurait pas pu faire grand-chose pour les provisions, vue la force avec laquelle Astrée lui tenait le bras en bavant dessus. C’était à peine s’il comprenait comment elle pouvait encore se déplacer.


    HRP:
     
    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Messages : 18
    Date d'inscription : 11/03/2016
    Éveillé






    Lun 4 Avr - 21:56



    oh great, flying nuggets




    Arriver comme un cheveu sur la soupe. C'était sans l'ombre d'un doute l'expression qui te convenait le mieux actuellement.

    Tu avais passé la nuit sur Terre. Tu n'avais pas vraiment eu le choix. En ramenant Dave après qu'il t'ait sévèrement pris le chou pour rentrer, tu avais cédé. Et en arrivant au foyer tu avais été vue. Cela faisait un petit moment que tu n'étais pas repassée par là. Donc on t'avait premièrement passé un savon. Et même si l'envie ne te manquait pas, tu ne pouvais pas juste disparaître comme ça. Pas devant quelqu'un. Tu n'étais même pas sûre que ce soit possible. Alors tu avais dû subir. Et après tu étais partie te coucher. À ce moment-là tu étais si énervée, à la fois contre ces gens que tu fuyais si souvent, et contre Dave parce que c'était sa faute si tu avais dû rentrer. S'il ne t'avait autant cassé les pieds, tu serais tranquillement rentrée à l'orphelinat.

    Seulement non, tu étais restée bloquée sur Terre. Et une fois dans ta chambre, celle que tu partageais avec ces gamines dont tu avais déjà oublié le nom. L'envie de partir t'étais passée. Alors tu t'étais endormie dans vieux lit miteux sans même te rappeler que tu aurais pu partir en y pensant. Et il était là le problème, tu n'y avais pas pensé.

    Par contre, au matin, tu t'en rappelas. Et tu te maudis de ne pas y avoir penser. Parce qu'une sortie de force du lit tôt le matin, rebelote. Tu en avais marre. Si ta terre natale t'avait manquée, tu te souvenais maintenant pourquoi tu avais tant voulue la fuir. Tu détestais tant cette vie. Tu détestais tellement tout ça. Et pas uniquement le savon qu'on te passait. Tout ça. Cette incompréhension. Alors, à l'instant où tu vis une ouverture, tu t'y engouffras. Et il ne te fallut pas bien longtemps pour te retrouver sur Avalon.  

    Et quelle ne fut pas  ta surprise. Tu arrivas sur la grande place directement. Tu ne savais pas encore trop comment contrôler ça. Tu ne maîtrisais pas grand chose pour l'instant. En tout cas, en arrivant, tu fus surprise de voir ces étranges créatures courir partout. Et il y avait pas mal de monde. Ou du moins d'agitation. Tu n'avais aucune idée de qu'étaient ces bêtes. Ces espèces de poulets. Mais tu étais clairement intriguée. Tu voulais savoir ce qu'ils étaient.

    Cette curiosité fut encore plus marquée lorsque tu vis quelqu'un attraper une bête et lui arracher un bout avant de le tremper dans de la sauce pour le croquer comme un tender de chez KFC. Là clairement, tu voulais savoir, c'était plus possible. Et dès que tu saurais, t'irais probablement chercher Dave. Parce que ça lui plairait. Il n'aurait pas le choix.

    Tu observas l'endroit à la recherche de quelqu'un à qui tu pourrait poser toutes ces questions. Vu que tu étais relativement nouvelle sur Avalon, il n'y avait pas encore grand monde de ta connaissance. Alors, lorsque tu vis le stand de sauce, tu t'y dirigeas rapidement. Et te lanças dans un flots rapide de paroles.

    « Salut ! J'suis 3D. Tu sais c'que c'est ces machins-là ? Ca a quel goût ? Qu'est-ce qu'ils font là ? »




    Résumé ;
    Donc, y'a pas mal de blabla inutile. Mais en gros, 3D débarque et découvre tout le joyeux bordel de piedpoulets. Bon, et curieuse comme elle est, elle va voir Aksel pour lui poser des questions. Pour savoir.
    Donc, oui, en gros elle s'incruste.
    Et p't'être qu'elle ramènera Dave.
    love. ♥


    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Messages : 262
    Age : 24
    Date d'inscription : 10/02/2015
    Éveillé






    Mar 12 Avr - 15:10

    succès !
    Évidemment Aksel, ton geste avait surpris les deux jeunes femmes. Quel monstre étais-tu pour arracher, tout sourire, un morceau de chair à une si faible créature ? Cependant, leur effroi laissa place à la curiosité. Toutes les deux goûtèrent la viande que tu leur tendais. Tu reconnus aussitôt l’expression qui passa sur leur visage. C’était celle de la découverte d’un nouveau plat, plat dont on se méfie aux premiers abords mais qui s’avère bien meilleur que ce qu’on aurait pu imaginer. Une des expressions qui te ravit le plus, en bon petit cuisinier que tu es. Et aujourd’hui n’échappa pas à la règle.

    La fille au bonnet te donna une tape amicale dans le dos et te demanda le prix de tes barquettes puis proposa à l’autre jeune fille d’aller partir en pique-nique avec elle. Le clin d’oeil qu’elle ajouta à ses propos te fit sourire. Tu lui souhaitas bonne chance dans ta tête avant de répondre à sa question:

    « En fait elles sont…

    Mais la jeune fille aux longs cheveux verts te commanda également une douzaine de tes barquettes, laissant son majordome, tu avais fini par lui attribuer ce rôle vu sa façon d’obéir à tous les ordres de la demoiselle qu’il accompagnait, s’occuper de régler l’achat. Le doute t’envahit… Tu n’avais pas l’intention de vendre tes barquettes. Le “Gratuit” en gros sur ta petite pancarte l’indiquait assez clairement mais tes deux clientes n’avaient pas l’air de s’en être aperçues… Ça aurait pu te faire un peu d’argent de poche. Quelques billets à ajouter à tes économies pour t’acheter ton nouveau skate. Tu sais bien, celui qui te fait toujours un peu envie à chaque fois que tu sors du lycée et que tu passes devant la vitrine de cette boutique que tu affectionnes. Tu t’arrêtes toujours quelques secondes pour observer et rêver, même le vendeur l’a remarqué… Et c’est vrai qu’en vendant tes barquettes…

    Non. Tu secouas ta tête. Autant à ton intention qu’à celle de tes interlocutrices

    « Non, ne vous en faites pas pour le prix, c’est gratuit !»

    Tu servis donc à ces demoiselles une quinzaine de barquettes de sauce que tu leur tendis dans un sac en papier. Tu avais peut-être été un peu trop généreux sur la quantité, mais la miss aux cheveux verts te semblaient avoir un appétit d’ogre sous ses traits délicats. Tu tendis le sac au majordome et dis :

    « Et voilà ! Profitez bien de votre pique-nique !»

    Lorsque le groupe, plutôt insolite il faut bien l’avouer,  fut parti, tu réfléchis quelques instants à l’occasion que tu avais raté… C’est vrai que tu aurais pu te faire un peu d’argent de poche facilement mais honnêtement, tu aurais été gêné de vendre des petites barquettes de sauce à des gamins à prix élevé… Donc au mieux tu aurais gagné quelques euros.

    Tu n’avais pas raté grand chose tout compte fait.

    Au contraire, une idée commença à germer dans un coin de ta tête.

    Mais elle n’eut pas le temps de pousser beaucoup plus qu’une nouvelle jeune fille aux longs cheveux châtains vint à ton stand. Tu n’avais pas souvenir de l’avoir déjà aperçu dans la ville mais son comportement relativement calme te fit dire qu’elle n’était pas nouvelle ici.

    « Salut ! J'suis 3D. Tu sais c'que c'est ces machins-là ? Ca a quel goût ? Qu'est-ce qu'ils font là ? »

    Tu laissas de côté les remarques qui te venait en tête suite au nom sous lequel elle se présenta. A première, elle avait loupé le discours de la maire… ou ne l’avait pas écouté. Peu t’importait à vrai dire, tu lui souris et te présenta à ton tour avant de répondre à ses questions

    «  Enchanté, moi c’est Aksel ! Et ces machins là, c’est des Piedpoulets, des créatures magiques qui ont décidé d’envahir Babylon pour la journée. Normalement ils devraient tous être parti d’ici demain d’après ce que la maire a dit. »

    Tu regardas un instant le chaos qui régnait sur la grand-place… En une matinée, ces curieux animaux avaient créer une pagaille inimaginable. Tu osais à peine penser à l’état de la ville ce soir….

    « Et pour le goût… Ça ressemble à des nuggets tendres et tout chaud pour être honnête. Mais le mieux c’est encore d’en attraper un pour goûter ! D’ailleurs…»

    Tu pris une louche de sauce épaisse dans ta marmite et en déposa dans une petite barquette que tu offris à la jeuen fille, tout sourire :

    « Ce sera encore meilleur avec ça ! C’est fait maison ! ajoutas-tu avec une pointe de fierté dans la voix.



    Résumé :
    - Aksel offre une quinzaine de barquettes de sause à Raphaëlle et Astrée, tout en leur précisant que c'est gratuit
    - Aksel a un début d'idée... SUSPENSE
    - 3D arrive sur le stand, Aksel lui explique ce que sont les piedpoulets et il lui offre une barquette pour accompagner sa dégustation !

    _________________
    Aksel Sørensen
    Un sourire sur les lèvres
    Chupp / Admin
    Voir le profil de l'utilisateur http://www.chupp.fr/
    avatar
    Messages : 4
    Age : 23
    Date d'inscription : 05/02/2016
    Éveillé






    Mer 11 Mai - 15:35

    She's like "Oh, my god!" but I'm just gonna shake

    La belle inconnue se retourna vers Raphaëlle, les yeux brillants, et saisit ses mains dans les siennes. Le coeur de la brunette loupa un battement face à cette vision, tandis que ce regard ambré plongeait directement dans le sien. Elle la regardait avec une telle passion. Puis elle se pendit au bras de Raphaëlle en criant de joie, visiblement conquise par l'idée. La brune, quant à elle, s'en trouvait un peu décontenancée. Elle ne s'était pas attendu à lui faire autant d'effet, c'était comme... Comme un rêve, bien sûr ! Elle avait presque oublié. Un sourire triomphal s'installa sur le visage de l'adolescente tandis qu'elle gonflait le torse avec fierté. Elle avait une fille carrément canon pendu à son bras, elle semblait parfaitement adorable, et elles étaient sur le point d'aller prendre un pique-nique à la romantique. Elle lança un pouce dressé en signe d'approbation au garçon quand il lui répondit que ses barquettes de sauce étaient gratuites — tu gères, mec — et il leur en emballa quelques-unes dans un petit sac, dont le...majordome ? s'empara prestement, avant de s'éclipser mystérieusement pendant que des les deux jeunes filles s'éloignaient tranquillement du stand. Eh, mes sauces--

    Mais Raph n'eut pas le temps de s'en offusquer, qu'une nouvelle venue fit son apparition, passant juste devant elle pour se diriger vers le stand qu'elles venaient de quitter. Raphaëlle se retourna sur son passage : encore un bien joli brin de femme. Décidément ce rêve était top.

    Mais bien qu'elle estimât que toutes les jeunes femmes méritaient d'être admirées, Raph savait aussi qu'elles étaient dignes d'être traitées comme des reines. Elle se retourna alors vers sa nouvelle conquête — pensait-elle, car elle n'avait pas compris qu'Astrée était en vérité bien plus intéressée par la nourriture que par elle — toujours accrochée à son bras, et tendit son autre bras en direction de la fontaine.

    « Je propose qu'on aille s'installer au bord de cette charmante fontaine. J'irai attraper de nouveaux piedpoulets... »

    Mais elle sursauta quand le majordome lui répondu — depuis quand était-il revenu ? — pour lui annoncer qu'il s'était occupé des préparatifs du pique nique. Il avait les bras chargés de victuailles ! Impressionnée, Raph lui accorda un petit sifflement admiratif, avant de conduire sa belle en direction de la fontaine, le majordome sur leurs talons. Tandis qu'elles s'installaient, elle identifia finalement l'odeur qui flottait depuis quelques instants sur la place.

    « Ça sent la pizza... » commenta-t-elle en croquant goulûment dans un piedpoulet, tout en étendant les jambes.

    mercredi ; 24 mars 2010


    Résumé : ouais il se passe pas grand chose sorry, Raph se retourne sur le passage de 3D mais elle ne l'aborde pas et elle va se poser au bord de la fontaine avec Astrée et Bobby pour leur pique nique. Et elle est convaincue qu'Astrée est à fond sur elle, aussi. Voilà.

    _________________

    RAPHAËLLE ROBIN
    Girls like girls like boys do
    Nothing new
    alcyone // admin
    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Messages : 2
    Age : 23
    Date d'inscription : 25/03/2016
    Brisé






    Mer 11 Mai - 19:30

    I'm semi-automatic
    My prayer's schizophrenic

    Comme toujours, tu étais levée à l'aube. À vrai dire, tu ne dormais jamais. C'est pas comme si tu en avais besoin. Tu te contentais parfois de fermer les yeux, au mieux de quelques siestes pour te reposer, parfois même tu faisais juste semblant, pour éviter les questions, ou pour le plaisir de te soustraire quelques instants au flux du temps — mais le temps ne représentait plus grand chose à tes yeux. C'était une notion que tu avais regardée s'effriter lentement au fil des années, comme un ruban qui s'effiloche. Ta seconde naissance t'avait fait reconsidérer beaucoup de choses. Après tout, qu'est-ce que le temps quand on n'en manque plus ?

    Tu avais donc ouvert l'oeil à l'aube, après une petite sieste paresseuse qui t'avait servi à passer le temps. Car si ton temps n'avançait plus, celui des autres continuait, toujours aussi pressé, toujours aussi lourd. Et tes nuits s'éternisaient quand Babylon dormait paisiblement. Oh bien sûr, il y avait toujours quelques marginaux qui sortaient dans la pénombre. Éventuels tourmentés que le sommeil avait fui, ou esprits frappeurs à la recheche d'un nouveau méfait, tu les aimais bien. Ils te distrayaient, chacun à leur manière. Il y avait aussi les voyageurs de passages, venant des quatre coins de la Terre, décalés — ou plutôt, calés sur un temps différent. Mais tous ces insolites restaient, justement, insolites. Et les nuits parfois se traînaient dans ta solitude, une fois la ville nettoyée, quand l'ennui te gagnait.

    T'étais pourtant pas la créature la plus sociable du coin. Tu aboyais toujours sur tout et tout le monde. Tu te traînais avec lassitude dans les rues que tu nettoyais, tu fuyais souvent leur épuisant charivari. Mais tu les savais là, et la ville s'animait en leur présence. Ils étaient les globules rouge, le sang qui circulait dans les artères de ta Babylon adorée. Ils étaient ta raison d'être, ceux qui te donnaient du travail, et ceux pour qui tu le faisais.

    Alors ce matin-là, tu avais été parmi les premiers à découvrir les volatiles. Ah oui, ça faisait déjà dix ans depuis la dernière fois. Combien de fois avais-tu assisté à leur migration, exactement ? Tu ne savais plus. Tu avais arrêté de compter ces choses-là, comme tu avais arrêté de compter les années. Mais tu étais toujours curieuse quand quelque chose venait perturber leur quotidien ; et si, pour toi, il s'agissait déjà d'une habitude, cet évènement serait parfaitement inédit pour la plupart des autres résidents. Au fond, tu y voyais peut-être un diverstissement.

    Mais vraiment tout au fond. Parce que, toutes les dizaines d'années, tu redoutais cette invasion de piallements et chair tiède, qui venait causer le désordre dans la capitale, et abandonner leur graisse sur tes pavés propres. C'était une journée qui te tiendrait bien occupée, et tu en faisais une vendetta personnelle.


    ★  ★  ★


    Cette volaille te sortait par les yeux. Pas littéralement — même si ça ne t'aurait pas changé grand chose, à part t'agacer davantage. Et tous ces gosses qui s'étaient mis à leur courir après, euphoriques, sans même imaginer ton calvaire. Ils les éparpillaient partout, croquaient dedans pour ensuite jeter leurs os aux quatre coins de la ville, les laissant repousser à leur guise. Tu n'avais toujours pas trouvé comment t'en débarrasser. Tu avais bien essayé, les premières fois, d'avaler leurs os. Tu avais commencé par te casser les dents dessus — littéralement, cette fois-ci — avant de gober l'os intact pour laisser à ton organisme le soin de le recycler. Mais même ta pierre ne pouvait s'y attaquer, et tu avais dû trouver le moyen de tout faire remonter — valait toujours mieux que ça ressorte par en haut que par en bas. T'avais passé un sale quart d'heure, surtout quand les premiers avaient commencé à se regénérer à l'intérieur même de ton organisme. T'avais pas retenté l'expérience.

    Depuis, ça te rendait dingue.

    Tu longeais la fontaine de la Grand Place à grandes enjambées en pestant contre toute cette vermine, quand tu te sentis coupée dans ton élan, et que tu t'écrasas au sol. Tu venais de te prendre les pieds dans ceux d'une adolescente qui mangeait des piedpoulets, assise sur le bord de la fontaine. À terre, tu entendis son cri de surprise. Puis plouf.

    Et tes yeux s'écarquillèrent tandis que tu pensais deviner ce qui venait de rompre la surface de l'eau. Tu te relevas précipitamment et tu te ruas sur le bord de la fontaine, sans un regard pour les deux jeunes filles, scrutant l'eau d'un air catastrophé, pour y voir couler lentement une petite cuisse de poulet dans une traînée de bulles.

    « NON ! » crias-tu d'une voix étranglée. Tu te penchas, tendant le bras pour essayer de rattraper l'animal, mais il était trop loin. Et tu frissonnas en sentant la fraîcheur de l'eau à-travers ton gant blanc.

    Livide, tu te tournas vers les coupables. Tu avais l'air d'avoir cinq ans de moins qu'elles, et tu les fusillais de tes yeux rougeâtres. Cette saleté. Dans la Fontaine, ce glorieux symbole sanitaire de Babylon, l'eau potable pour tous, ce qui avait inspiré ta propre vocation pour ta seconde vie. Tu imaginais avec horreur cette saleté de piaf se dandiner l'air de rien au fond de l'eau. Saisie d'effroi, tu te demandas s'il y en avait d'autres. Combien. Et depuis combien de temps. Ton visage se décomposait sous le regard perplexe des deux filles. Puis tu les regardas l'une après l'autre, comme tétanisée.

    « Vous allez m'aider à aller le repêcher. »

    Ton ton était beaucoup trop calme, articulé à l'extrême. Impératif. Et sans plus de manières, tu les poussas dans l'eau. Puis tes yeux balayèrent les alentours à la recherche d'autres volontaires.

    On ne touchait pas à la Fontaine.

    mercredi ; 24 mars 2010


    Résumé : LEVIATHAN ENTRE DANS LA PLACE ! Et elle est assez glauque. On apprend quelques détails croustillants sur la miss, on apprend aussi qu'elle voue une haine sans bornes aux piedpoulets, et qu'elle a passé la matinée à les pourchasser, sans trop savoir comment s'en débarrasser, ce qui la fout en rogne. Puis elle trébuche sur Raphaëlle (alors assise au bord de la Fontaine avec Astrée), et dans la bousculade, Raph fait tomber un piedpoulet dans la Fontaine. Leviathan voit rouge, demande exige que Raph et Astrée l'aident à le repêcher, et pousse les deux demoiselles dans l'eau.
    Voir le profil de l'utilisateur
    avatar
    Messages : 20
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/01/2016
    Éveillé






    Sam 18 Juin - 19:01

    Accrochée au bras de la demoiselle, Astrée ne voyait pas les mirettes de celle-ci. A la place, une suite royale de pizzas aux goûts variés défilait. Parfois l’une d’elle s’arrêtait un instant, montrait sa belle garniture, avant de reprendre avec les autres le défilé. Finalement, Astrée s’enticha de la Cannibale. Son œuf si soigneusement cuit, ses morceaux de chorizo disséminés aux quatre vents, sa fine couche de sauce tomate surplombée d’un zeste de sauce pimentée. Sans oublier les chèvres qu’elle rajoutait par-dessus pour un coût total supplémentaire d’un euro vingt. Même avec cet extra, elle arrivait à s’en tirer pour une modique somme ne dépassant pas les dix euros. Un doux rêve qu’elle se répéta plusieurs fois en tête avant qu’on ne lui propose d’aller s’asseoir à la fontaine avec cette charmante Cannibale. Evidemment, la jeune princesse accepta de suivre sa tendre pizza adorée.

    Quand Bobby revint, les deux jeunes filles s’installaient prêt de la fontaine. Les bras chargés tel une mule, il avait du mal à retenir les Piedpoulets au bout de sa laisse. Automatiquement, Astrée tendit une main vers lui lorsqu’il arriva à proximité. Connaissant bien sa demoiselle, il lui remit une pomme qu’elle s’empressa de croquer, s’abreuvant de son si savoureux jus. Elle en avait presque oublié la nappe qu’il fallait dresser sur le sol pour pique-niquer. Et quand quelqu’un vint trébucher dans les pieds de sa compagne, il se retrouva vite embelli d’une nappe à carreaux rouges et blancs. Norbert, le Piedpoulet, vola dans la fontaine, coulant dans son fond, allégé par les morceaux de chair dévorés par la Cannibale. Astrée perdit ses étoiles lorsqu’elle pressentit le danger pour l’animal qui pouvait mourir noyé de manière infinie et ne jamais remonter à la surface. La réalité idéalisée qu’elle s’était créée reprit sa véritable forme. La Cannibale se transforma en une fille plutôt audacieuse, sa belle nappe n’était autre que le trognon de pomme qu’elle venait de jeter sur l’inconnue et un Piedpoulet se noyait réellement dans la petite fontaine de la place. Sans hésiter, Astrée se mit en alerte.

    -Où est ma Cannibale ? Demanda-t-elle avec tristesse à Bobby.

    Celui-ci, qui avait l’habitude d’entendre toutes sortes de caprices sortir de la bouche de sa maitresse, ne fut pas étonné de cette demande impromptue. Bien sûr, en bon majordome, il avait prévu le coup et il sortit une pizza Cannibale tel qu’en rêvait Astrée de l’un de ses sacs. Bien chaude et magistralement bien garnie, Astrée ne put que se jeter dessus. Elle en dégusta l’odeur si particulière du chorizo, puis voulu la mettre à la bouche. C’est alors qu’elle se retrouva à basculer vers l’arrière, voyant dans un ralenti extrêmement flippant, sa pizza couler avec elle dans le fond des abysses.

    Si Bobby savait une chose sur Astrée, c’était bien qu’il ne fallait pas jouer avec la nourriture. Et encore moins avec la pizza ! Voyez-vous, Bobby savait qu’Astrée entretenait un lien particulier avec les victuailles qui l’entouraient. Si toutes sortes de nourriture étaient son peuple, il fallait bien comprendre que les pizzas n’étaient autres que ses apôtres. Pour eux, quels qu’ils soient, elle était prête à tout. Elle avait bravé monts et marées afin d’en découvrir et d’en manger un maximum. Mais une chose ne lui était jamais arrivée jusqu’à présent… La perte d’un être cher. En effet, même si elle les dévorait avec passion, elle n’avait jamais vu l’un de ses congénères mourir. Que ce soit au combat ou au fourneau, ils s’en étaient toujours sorti suffisamment pour qu’elle puisse les terminer. Mais cette fois-ci, elle venait de perdre définitivement la Cannibale. Oui, certains blasphémateurs diront qu’elle peut en avoir une autre à la pizza du coin. Oui, ils n’ont pas tort. Mais dans le cœur d’Astrée, quelque chose venait de se briser. Une larme tenta de couler de son œil humide, mais elle fut vite noyée dans l’océan qui l’entourait. Des bulles s’échappèrent de ses lèvres, lorsqu’elle tenta d’appeler la Cannibale. Elle tenta de tendre une main pour l’attraper. Ses doigts l’effleurèrent et un bout de chorizo se décrocha d’elle. Astrée cria « NOOOOOOOOOOOOOONNNNN », mais personne ne l’entendu. Le petit bout de chorizo dériva jusqu’à ses doigts, tandis qu’ils continuèrent de couler ensemble dans les profondeurs de la fontaine.

    Au travers de l’eau, une main l’agrippa. La lumière du jour semblait vague et les voix étaient sourdes. Elle traversa la surface et se retrouva dans le creux des bras de Bobby. Ses habits mouillés étaient devenus presque translucides et Bobby tentait à la fois de la réchauffer, que de la protéger du regard des autres. Astrée ne put se retenir en mangeant le bout de chorizo qu’elle avait sauvé, de pleurer à chaudes larmes. Elle entoura le cou de Bobby de ses bras et cacha sa tête dans son épaule.

    -Pourquoi ? Pourquoi a-t-il fallu que ce soit elle ? Pourquoi Bobby ? Pourquoi ? Ils l’ont tué. Bobby, ils l’ont tué !

    Sous le choc, Astrée ne put s’arrêter de pleurer et de questionner Bobby. Ce dernier l’enveloppa de ses grands bras pour la réconforter en lui chuchotant que tout était fini à présent, qu’elle n’avait plus à s’inquiéter, tout irait bien. Les Piedpoulets se concertèrent et d’un commun accord, vinrent câliner la pauvre demoiselle avec qui ils avaient passé tant de temps à s’amuser. La voir en sanglot les peinait autant que la perte de leur camarade.

    Une fois cet instant terminé, Bobby proposa à Astrée de retourner dans leur demeure, qu’elle y prenne un thé et se repose devant la cheminée. La jeune fille acquiesça sans rien dire et se mit en marche, couverte par le manteau de Bobby.


    HRP:
     
    Voir le profil de l'utilisateur
    Contenu sponsorisé







    Page 1 sur 1

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    Escapism :: BABYLON :: La Grand-place-