Don't be sad... Pizza ? [PV Elias]
avatar
Messages : 20
Age : 20
Date d'inscription : 05/01/2016
Éveillé






Lun 22 Fév - 16:35

-Au galop Tornado !

Au détour d’une ruelle de la grande cité de Babylone, déboulait une jeune fille à la longue chevelure verte, cachée sous un chapeau noir et aux yeux masqués d’un bandeau assorti. A dos de son fidèle destrier, à savoir Bobby, qu’elle rouait de coups de botte lors des accélérations, Astrée fonçait à toute allure, ne prenant garde des passants. Une importante mission l’attendait non loin de là, près de la fontaine de la place principale, d’où la sortie de son costume des grands jours. Dégainant  son fleuret, elle le leva haut dans le ciel attirant on ne peut plus l’attention sur elle. Elle fit néanmoins escale devant une épicerie pour abreuver son cheval qui commençait à manquer de force, puis une fois l’animal ravitaillé, elle se hissa dessus et repartit en laissant sur son sillage la poussière que dégageait son destrier sur son passage. Enfin fut-elle arrivée à la fontaine, déposant son fidèle compagnon après lui avoir caressé la crinière devant ce qui s’apparentait à une devanture de restaurant. D’un pas assuré, elle franchit le palier de la porte, repoussant de sa main libre celle-ci qui alla se cogner contre un pot de fleur déposé en décoration, qui finit lui-même par s’écrouler sur le sol, déversant sa terre aux pieds d’une table.

-Seigneurs, veuillez m’accorder le droit de reprendre des victuailles dans votre auberge. Elle s’assit à une table, allongeant ses jambes sur celle-ci. Et soyez aimable… Donnez à boire à mon canasson, je vous prie.

Déconcerté, les deux serveurs en salopette respective rouge et verte et aux moustaches suffisamment longues pour qu’on puisse comprendre leur pays d’origine… La Chine évidemment… Se tournent vers l’arrivante avant d’obéir à ses désirs, ne sachant quoi rétorquer. Après avoir amené une gamelle d’eau à Bobby qui se tenait dehors à quatre pattes, le serveur rouge amène la commande de la jeune fille, c’est-à-dire une pizza quatre fromages sans roquefort double piment surplus de chèvre et coulée de miel. Evidemment, le tout agrémenté d’une couche de basilic et de crème fraiche, cueillies avec la plus grande délicatesse. Oui, on cueille la crème fraiche ici et alors ?! Les poules pondent bien des schtroumpfs quand on sait faire de la magie. Bref, le serveur dépose la pizza sous le regard alléché de notre séniorita.

-Ténez madémoiselle, votré pizza.

-C’est bien mon brave. Allez donc vaquer à vos occupations désormais.

D’abord obéissant, l’homme va pour s’en aller, mais quelque chose le turlupine. Ne sachant quoi, il retourne derrière le comptoir où son collègue, ou frère… On ne sait pas trop… Prépare la pizza d’un autre client. Discrètement, les deux hombres observent la jeune fille, échangeant quelques messe-basses.

-Mais puisqué jé té dis qué yé lé déjwa vu, Luiri !
-Pas pouéssible, ti dois confondre. Jé lé saurai si Zorro été déjwa venu da notré pizzéria.
-Moi yé né té crois pas. Elle é vénu et yé té lé prouvérai amigo.
-Mé jé souis pas ti amigo, jé souis ti frére !

Bon, voilà au moins un mystère de résolu. Retournons à nos Guadeloupéens.

-Régardé là mangwé. Cetté expréssionne né té dit rien ?

Luiri se concentre et voyant les yeux louchant de la sénorita sur sa pizza et cette coulée de bave entre elle et sa part… Un tilt se produit.

-Ahhh ! Jé SAIS ! S’écrit-il au milieu du restaurant.

La clientèle le fixe alors, dont Astrée. Bloqué dans son mouvement d’Euréka le doigt levé, c’est Magio qui doit agir pour le sortir de cette situation. Lui attrapant son bras pour le ramener vers Avalon, il fait signe aux gens de retourner à leurs assiettes.

-Y bienné de rédécouvrir la saveur dés poivrons. Né vous én préoccoupé pas.

Il tire alors Luiri vers lui et lui chuchote à l’oreille.

-C’été cellé qué n’awez pas payé s’aditionné el derniéré wois.
-Té pourré répétér sans l’accenté. Jé né comprendo rién.
-C’était celle qui n’avait pas payée son addition la dernière fois !
-Ohhh ! Cé bién cha ! Mwa, jé pénsé qué c’été Zorro.

Pendant que les deux hommes continuaient de bavarder et que Magio passait un savon sur le comptoir à Luiri, Astrée venait de terminer sa pizza et se levait en direction de la porte. Ce n’était évidemment pas la première fois qu’elle venait dans cette pizzéria… Ni la dernière. Comprenez donc que le costume est bien sûr de mise à chaque fois. Et cela, depuis son arrivée à Babylon. Au moment où elle allait franchir la porte, elle se tourna toutefois vers les serveurs et se recourbant en y mettant les formes, les salua.

-Mis amigos. Muchas gracias !

Elle leva son chapeau une dernière fois de sa tête et disparut dans l’entrebâillement de la porte se refermant. Regardant ébahis leur bandidas s’échapper sans peine, Magio pesta de toutes ses forces en cognant de toutes ses forces sur le comptoir et en insultant dans diverses langues différentes son frère, qui, quant à lui, restait relativement calme face à la situation.

-Arrêté Magio… Ou té M va débénir un W.

A l’extérieur du restaurant, Astrée retrouvait Bobby, qui venait de finir sa gamelle… Timing parfait ! Le montant en faisant tinter son fleuret sous le Soleil, tandis que le destrier se cabrait en hennissant allègrement. Le fleuret vint tinter de la porte de la pizzéria, dessinant un A qui veut dire Astrée. Heureuse de la réussite de l’opération, elle rangea ensuite son arme en se dirigeant vers le prochain checkpoint : la pizzéria « Bella Notte ». Néanmoins, un imprévu l’obligea à s’arrêter et à rebrousser chemin jusqu’à un garçon à la chevelure aussi obscure que le chapeau de la belle, mais surtout seul, assis loin de tous sur un banc. Du haut de Tornado, Astrée observa avec tristesse le garçon puis descendit d’un petit bond, venant s’asseoir directement, proche de l’inconnue.

-T’es triste ? Dit-elle d’une voix qui contrastait totalement de son costume. Comme si elle était redevenue la Astrée classique et naïve… Parce qu’il aurait été évident pour quiconque de comprendre que cette âme en peine n’en était pas une. De manière assez cruche, elle vint se coller à lui et lui faire un câlin, mais ne voyant pas sa technique fonctionner sur l’individu, elle fit apparaître une part de pizza de l’intérieur de sa tunique et la regarda. Un instant, la part de pizza regarda aussi Astrée. Les deux se regardèrent. Astrée frissonna et fermant les yeux de douleur, tendit la part au jeune homme qui avait visiblement son âge. Prends-la, ça te remontera le moral. La main tremblante, le regard détourné en attendant que l’homme libère sa main, ce qui n’était peut-être que des secondes pour le commun des mortels devinrent une lutte acharnée entre Astrée et son ventre, une lutte de plusieurs siècles, voire millénaires si affinité. ET justement, il y avait affinité. Car cette part de pizza n’était autre que les restes de celle qu’elle avait dévorée hier soir en prémices d’aujourd’hui et qui aurait dû lui servir à caler son ventre le temps d’aller d’un point à un autre sur Tornado. L’heure était grave ! Cependant, elle était prête à se sacrifier pour le bonheur de cet inconnu. Voir les gens tristes la blessait encore plus que de rater un repas… Enfin ça dépend plutôt. En l’occurrence, après être passé « Chez Magio et Luiri », il était plus aisé de faire ce sacrifice nécessaire. Si toutefois, l’inconnu pouvait se dépêcher, cela l’arrangerait sensiblement. Et s’il pouvait éviter de la manger devant elle, ce serait la cerise sur la pizza !
Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escapism :: BABYLON :: La Grand-place :: Fontaine-