Les arbres, l'ennui, toi et moi [Pv : May S. Torgersen]
avatar
Messages : 29
Age : 22
Date d'inscription : 07/01/2016
Brisé






Mar 26 Jan - 17:30

Londres - 8h30

- Bon un nouveau jour de boulot qui s'annonce youpi !
"- ...dixit le gars qui a pris deux petits déjeuners.
- Strict minimum très chère."

Petite boutique d'antiquité sur les bords de la Tamise. La maisonnette était coincée entre plusieurs magasins plus imposants d'une rue commerçante, elle possédait une étage réservé à la vie de l'antiquaire tandis que le rez-de-chaussée se partageait la boutique et la cuisine. Un peu rustique, un peu vieillot mais bien dans le style d'un tel fond de commerce. On s'attendait en y rentrant à voir un vieux vendeur à la barbe fournie, ou une vieille rombière ... à la barbe autant fournie, mais c'était un jeune homme, à peine la vingtaine qui accueillait les rares clients qui passaient sa porte, à leur grande surprise. Il y a encore quelques années, c'était une femme proche de la retraite qui s'occupait exclusivement de vieux livres qui avait sa place. Mais maintenant Rodrigue était le seul maître à bord, enfin, avec Nitgrass bien entendu. Peu de gens pouvaient se vanter d'avoir jamais vu le médaillon, et encore moins de lui avoir parlé, mais ce réceptacle était toujours autour du cou du vendeur. Vendeur qui disparaissait parfois pendant plusieurs jours, laissant juste un écriteau "FERME". Ce matin là commençait bien : levé à l'heure, prêt à temps, inventaire à jour. Tout ne pouvait aller que pour le mieux sauf que le premier client à pousser la porte fut un adolescent. Et le duo savait très bien ce que ça voulait dire quand un adolescent passait la porte.

- Non... Pas une mission, pas déjà ?!
- Euuuh... Si. Si vous voulez bien me suivre...
- Attend jeunot, laisse moi m'équiper d'abord, quoi...

S'approchant de l'entrée, le blond la ferma à clé et baissa les stores, plongeant l'endroit dans une semi pénombre. Il se dirigea ensuite vers l'arrière boutique et revint avec un petit sac à dos, un manteau comportant plus de poches que de boutons de fermeture et plusieurs pochettes qu'il accrocha autour de ses bras et de ses jambes. Enfin il attrapa l'adolescent visiteur par les épaules et se volatilisa. Réapparaissant dans un sorte de village animé, il se dirigea directement vers un membre de l'Organisation Underwood qui semblait l'attendre. Après un échange rapide, Rodrigue s'en fut vers la forêt à grand pas. Petite ellipse, et il était assis sur un corps ligoté et baîlloné qui s'agitait et mufflait de colère. N'en ayant cure, il attendait que quelqu'un arrive, ayant laissé échapper une petite fusée qui avait créé un petit motif lumineux dans le ciel quelques secondes auparavant. Un autre adolescent arriva ensuite, et s'évapora une fois de plus avec la cible capturée, sans nul doute vers l'Orphelinat où l'Organisation lui ferait passer l'envie d'essayer d'incendier les habitations. Le Gardien d'Avalon se releva et s'épousseta, visiblement ennuyé. Ils l'avaient dérangé pour un pauvre manieur de feu pyromane... La prochaine fois il demanderait la cible de la mission plutôt que de perdre un jour de farniente assurée. Bon, il ne lui restait plus qu'à retourner à Babylon, histoire d'attendre sa navette (il appelait ainsi les éveillés chargés de transporter les membres de l'Organisation) ou alors il pouvait aussi passer quelques temps en Avalon, ça ne lui coûtait pas grand chose, la saison était creuse et il avait un stock à recomposer...

"- Hey grand rêveur, j'ai entendu quelque chose...
- Ah ?"

_________________

Rodrigue vous agresse / Nitgrass l'excuse
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 12
Age : 23
Date d'inscription : 16/01/2016
Éveillé






Mer 3 Fév - 23:24

'cause all i am is a blonde rebellion

Dans la vie de May, les jours passaient dans l’insouciance la plus totale. Et d’aussi loin qu’elle s’en souvienne, ça avait toujours été le cas. Elle avait toujours eu tout ce dont elle pouvait rêver, May, c’était une enfant gâtée. Elle n’avait jamais manqué de rien. Sauf peut-être d’indépendance.

Elle n’avait jamais eu à s’en faire pour rien. Tout du moins, c’était ce qu’elle aimait montrer – aux autres aussi bien qu’à elle-même. Chill. May, elle avançait dans la vie avec désinvolture, et ça n’avait jamais été plus vrai depuis qu’elle avait découvert Avalon. Depuis que ses parents, effrayés de voir leur fille leur échapper, avaient préféré l’envoyer loin d’eux de leur propre chef. Depuis que les portes de l’Orphelinat s’étaient ouvertes à elle.

Depuis qu’elle avait goûté à l’autonomie.

Ici, elle n’avait plus de comptes à rendre à personne. Elle n’assistait qu’à peu des cours que ses parents pensaient qu’elle suivait sagement, pour se rassurer, incapables de concevoir que leur petite fille chérie puisse suivre un autre chemin que celui qu’ils n’avaient eu de cesse de tracer pour elle. Ici, c’était un autre monde, où elle était enfin libre. Plus personne à impressionner. Plus de réputation à tenir. Ici, elle pouvait être elle-même dans toute son étrangeté, ici elle pouvait enfin respirer. Elle n’aurait laissé cette chance filer pour rien au monde. Pas même pour Elias. Après tout, elle avait toujours été égoïste, May. Elle l’avait fait se plier à ses caprices une fois de plus. Elle était partie croquer à pleines dents dans cette nouvelle vie. Quelque part, elle savait qu’il la suivrait. Qu’il la retrouverait, coûte que coûte. Elle n’avait pas vraiment été surprise en le voyant débarquer un beau jour, avec sa moue courroucée et son regard de détresse. Maintenant qu’il était revenu dans le paysage, tout était véritablement parfais.

Tu vois, fallait pas s’en faire.

Une fois de plus, elle avait fui l’Orphelinat. Elle avait une chambre là-bas, mais elle prenait rarement la peine d’y passer la nuit. Elle préférait vivre ses nuits à Avalon. Chez les uns ou les autres. Elle s’imposait, May, faut dire que la gamine ne manquait pas d’air. Pour le temps qu’elle passait sur Avalon, elle aurait pu s’y installer ; mais elle préférait s’inviter. Une vraie petite reine.

Ainsi, elle avait comme bien souvent passé la nuit chez son cher Elias. C’était toujours animé, les soirées en cohabitation avec ces deux-là. Ils s’engueulaient, ils se blessaient, ils se cajolaient. On ne savait jamais vraiment ce qu’il en était. Elle se mordilla la lèvre sans y penser, à l’endroit où elle se l’était écorchée au cours d’une lutte, à mi-chemin entre le jeu et le drame. Il était allé se coucher en colère, et elle était allée se lover contre lui en souriant tandis que des larmes ruisselaient encore sur ses joues. Qu’est-ce que tu fiches, May ?

Et puis la voilà qui arpentait gaiement la forêt, aux alentours de Babylon. Elle s’était éclipsée sans un mot, laissant le corbeau dormir, ne lui laissant qu’un croissant en guise de bonjour. Elle retournerait le voir, plus tard, quand l’envie lui prendrait. Mais elle était libre, May. Et aujourd’hui, elle voulait sa journée pour elle. L’air avait comme un parfum d’aventure.

Elle avait entendu du bruit, alors elle s’était approchée, intriguée. Elle se demandait sur quel genre de personnes elle allait tomber, cette fois-ci. Elle pressa le pas et, apercevant une silhouette, elle apparut à l’inconnu avec un grand sourire. Ce dernier se colora rapidement d’un air surpris, tandis que l’adolescente constatait l’état des lieux. Elle arrivait visiblement après l’action.

« Tu t’entraînais ? » demanda-t-elle sans autre cérémonie. May n’en faisait jamais qu’à sa tête. Les questions franchissaient ses lèvres sans crainte, comme une enfant. Et satisfaire sa curiosité était autrement plus important que de respecter les conventions du discours en entamant la conversation par un salut. C’était pas comme s’il avait pu louper son arrivée.

Le petit brin de femme inspecta les lieux avec curiosité, avant de reporter son regard sur l’inconnu. « Comment tu t’appelles ? »

Non, décidément, May n’y mettait pas vraiment les formes.

mercredi  ;  10 mars 2010
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 29
Age : 22
Date d'inscription : 07/01/2016
Brisé






Jeu 11 Fév - 11:09

Rodrigue (et Nitgrass par la même occasion) s'étaient retournés, l'un toujours en train de pester à propos de sa journée gâchée, l'autre dans l'expectative de ce qui allait arriver. L'âme cristallisée avait même déjà commencé à créer un poignard, accroché autour du poignet de son partenaire, caché par la manche de son manteau. Le blond était bon au combat, réactif et athlétique mais manquait souvent de jugeote ou de stratégie, ce qui leur jouait souvent de mauvais tours. Mais quand ils virent le petit bout de femme s'approcher ouvertement, sans intention hostile semble t-il, la compagne mentale se détendit et se relâcha un petit peu reprenant une forme simple de médaillon qui Rodrigue porta machinalement à sa place, accroché à la chaînette qui entourait son cou.

- Hein ? Euh. Bonjour ?

"- Je pense qu'elle est soit très très étourdie, soit très malpolie.
- ...Nit' sérieusement, arrête avec les première impressions, on dirait une grand-mère intolérante...
- De mon temps...
- Okay, tais-toi."

Laissant de côté les conversations télépathiques débiles, le blond en profita pour détailler un peu la nouvelle arrivante, petite, mignonne, le visage encore juvénile, il lui donnait quatorze quinze ans, tout au plus. Sachant que dans un monde où la magie et les altérations étaient monnaie courante, il se méfiait quand même, après tout, il avait lui-même un médaillon pouvant se transformer en claymore de trois mètres de long si l'envie lui prenait (un médaillon avec une volonté c'était déjà pas commun) alors une adolescente de physique qui tapait dans la quarantaine d'années vécues, ça ne l'étonnerait pas plus que ça. Secouant un peu la tête, il décida de répondre aux questions... directes de la jeune fille.

- Je m'appelle Rodrigue, Rodrigue Miles. Et... je ne m'entraînais pas vraiment.

"- Dis lui que tu faisais des pancakes, ça lui conviendra.
- Nit', pour l'amour de la Reine...
- Le vieux pruneau, là ?
- Oh bon sang..."

Si il n'était ni dandy, ni gentleman et qu'il avait passé autant voir plus de temps à l'Orphelinat ou à Avalon durant ce quatre dernières années, Rodrigue restait plus ou moins attaché à son pays d'origine et comme la plupart (selon lui) de ses compatriotes, appréciait la présence et la prestance de sa Majesté. Si il n'avait pas été aussi réduit sur Terre, nul doute qu'il aurait postulé dans l'armée ou dans la Garde. Mais bon, bref, il était britannique, bien qu'ayant voyagé en France, en Italie ou encore aux States depuis son éveil, et ayant fait plein de pays en vacances avec ses parents précédent cette période. Quand il en aurait un peu trop marre des missions, il comptait se faire un petit tour du monde avec Nitgrass, ou alors explorer plus en avant Avalon, en rejoignant pendant un temps une équipe d'exploration. Bref.

- Je suis un Gardien d'Avalon, je traque et capture les criminels qui sont dangereux délibérément avec la magie. Et euuuh... et toi comment tu t'appelles ?

"- Skills sociaux au poil, dis-donc !
- Nit, si tu veux pas finir en breloque dans du papier bulles tu sais ce qu'il te reste à faire.
- Et moi qui ne donnait que mon avis honnête et désintéressé !"

Laissant pour de bon Nitgrass et son humeur sarcastique de côté, Rodrigue se demanda si sa demande pour instaurer des périmètres de sécurité quand on lui confiait des missions allait finalement être acceptée : voir des gens débarquer comme ça alors que cinq minutes plus tôt il contrait une gerbe de flammes d'un grand coup de rondache avait le don de l'exaspérer. Si il devait assurer la sécurité des passants en plus de mettre hors d'état de nuire ses cibles, il n'avait pas fini. C'était en plus, dans les cas les plus graves, une entrave à l'utilisation de ses armes à feu. Il portait en effet plusieurs réservoirs à cartouches de poudre ou même de poison dans sa veste, toutes étudiées par Nit' pour être adaptées à n'importe quelle arme qu'elle créerait. Mais si un innocent s'en prenait une à la place d'une cible à abattre, bonjour les dégâts quoi !

"- Si elle est marrante tu me laisseras lui parler ?
- Vu ton humeur du jour je sais pas...
- Tu veux que je compresse ta cage thoracique jusqu'à étouffement ?
- Fais ça et je me sers de toi pour récurer les toilettes avec des gants."

_________________

Rodrigue vous agresse / Nitgrass l'excuse
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escapism :: AVALON :: La Forêt-