logical, responsible, practical. (avec kaerae)
avatar
Messages : 200
Age : 23
Date d'inscription : 23/07/2015
Éveillé






Lun 18 Jan - 21:05

When I was young, it seemed that life was so wonderful

« Hey Smile, c'est bon, je te remplace ! »

Le rouquin releva la tête d'entre ses mains, surpris, pour apercevoir une jeune fille dans l'encadrement de la porte, qui lui fit un signe de la main.

« Merci » répondit-il avec un sourire.

Il a l'air fatigué. Il se force encore.

Il se releva du banc sur lequel il était assis devant le local de l'Agence de Tourisme, laissant sa collègue prendre la relève pour la première moitié de l'après-midi. Il fit quelques pas sur la Grand Place de Babylon et s'étira, levant les yeux vers le grand ciel bleu. Il avait chopé un mal de crâne horrible. Il y avait eu beaucoup de passage sur la Grand Place ce matin, dont pas mal de monde qui s'était approché de l'Office du Tourisme. Sully n'avait évidemment rien contre, et il était content de pouvoir aider, mais il avait passé la matinée à entendre des voix s'infiltrer dans sa tête. Futilités, craintes, mensonges... C'était fou le nombre de pensées qui nous passaient par la tête au quotidien. À plusieurs reprises, le jeune Irlandais avait dû se retenir de prendre la fuite. Mais il ne voulait pas fuir. Il voulait faire comme si de rien n'était. Il ne voulait pas leur montrer qu'il savait ce qui se passait dans leur tête ; ni leur montrer ce qui se passait dans la sienne. Les autres ne voyaient pas ses câbles. Ils ne sentaient rien. Tant qu'il ne disait rien, qu'il fermait les yeux en souriant, tout allait bien.

Sully laissa échapper un petit soupir. Un groupe de jeunes mages passa à côté de lui, et la migraine redoubla tandis que de nouvelles voix piaillaient dans sa tête. Alors il s'éclipsa.

Il s'enfuit dans un dédale de petites ruelles. Il connaissait bien la ville, maintenant. Il avait eu le temps de l'explorer, d'apprendre à dénicher les petits coins tranquilles, détournés. Les endroits où s'isoler, se dérober à la vue de tous. Les endroits où il pouvait s'asseoir comme il était en train de le faire, la tête lourde, et laisser tomber son sourire. Comme souvent dans ces moment-là, quand sa tête le faisait souffrir et que personne ne le regardait, il se laissait aller aux idées noires. Il se rappelait le jour fatidique du braquage, ce jour où sa mère et l'Ensemenseur avaient scellé son sort. Le jour où il était devenu télépathe. Le premier jour où il avait entendu ces voix — mais aussi, où il en avait entendu se taire. Il avait mis tellement longtemps à comprendre, à distinguer les pensées des paroles, à apprendre que la vérité n'était pas toujours bonne à dire. Il se souvenait ensuite du jour où le regard de son père avait changé. Le jour où il était passé de fils à monstre à ses yeux. Assis sur une marche, la tête dans les mains, Sully retenait des larmes de rage. Qu'avait-il bien fait pour mériter ça ?




JOUR  ;  DATE ?
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 43
Age : 25
Date d'inscription : 22/12/2015
Éveillé






Lun 25 Jan - 19:27

Comme à leur habitude, les rues de Babylon respiraient d’une activité qui semblait ne jamais s’éteindre. C’était encore plus vrai à cette heure de la journée, car il s’agissait probablement de la période la plus active pour les habitants, et trouver une seule rue déserte dans ce véritable cœur battant qu’était Babylon relevait parfois du miracle. Même si chaque Quartier possédait une densité d’activités différente, aucun d’entre eux ne restait silencieux pour ne serait-ce qu’une seule seconde, obligeant parfois les gens à rentrer tout simplement chez eux pour pouvoir y trouver du calme. Si le Quartier Est était sans doute la zone la plus effervescente de Babylon, le Quartier Ouest possédait aussi sa part d’activité, car c’était dans celui-ci que se trouvaient la plupart des habitations de la ville, et les incessantes allées et venues des habitants y créaient un mouvement perpétuel. Cette agitation était bien moins prononcée que dans le quartier des commerçants, mais suffisante pour que quelques bousculades se provoquent de temps en temps.

A l’aide d’un léger saut sur le côté, Kaerae venait d’éviter l’une de ces bousculades, et continua sa route à travers le Quartier Ouest. La personne qui avait failli renverser la jeune fille et qui courait à toute allure lui jeta un regard contrarié, comme si toute la faute reposait sur cette dernière, mais ce regard se perdit vite dans la foule qui n’arrêtait pas son mouvement, et aucune suite ne fut donnée à cet incident. Kaerae, quant à elle, continua sa route sans rien dire, les bras croisés et le regard dirigé vers le sol, un peu devant elle. La jeune fille n’avait pas l’air d’avoir été perturbée par le fait qu’elle avait failli être bousculée, et elle n’avait même pas levé les yeux après avoir évité l’imprudent. En vérité, elle n’avait même pas remarqué que quelqu’un s’était dirigé vers elle à toute vitesse, et avait effectué son esquive par pur instinct. A cause du bon nombre de pensées se bousculant dans sa tête, elle avait laissé inconsciemment son corps entrer en autopilote afin de pouvoir mieux les gérer. Ce dernier, sentant le danger imminent, avait réagi sans attendre son accord et lui avait évité de faire une mauvaise chute. Si quelqu’un l’avait menacée en cet instant, elle aurait probablement pu se défendre et répliquer sans même s’en apercevoir.

Kaerae n’était pas une personne particulièrement étourdie, mais elle n’arrivait tout simplement pas à se concentrer sur son chemin depuis un long moment et marchait droit devant elle, sans s’arrêter. Elle se dirigeait là ou ses pas la portaient sans se soucier du chemin emprunté, en alternant entre des rues très fréquentées et petites ruelles presque désertes, sans quitter le sol du regard. Elle n’aurait pas pu dire si elle marchait depuis quelques minutes ou quelques heures, mais son corps athlétique n’en avait que faire et pouvait continuer à la porter pendant des jours à cette allure sans qu’elle n’ait à s’en plaindre. Par conséquent, il y avait peu de chances pour que ce soit la fatigue qui la force à s’arrêter.

Toutes sortes de pensées se baladaient à l’intérieur de sa tête, depuis les cours qu’elle avait eu ce matin jusqu’au temps qu’elle avait passé depuis ses débuts sur Avalon, en passant par des choses encore plus banales comme le repas de ce soir ou les balades en forêt qu’elle prévoyait de faire. Kaerae n’arrivait tout simplement pas à se décider sur un sujet, et continuait de se tourmenter l’esprit en essayant de résoudre toutes ces pensées à la fois. Inévitablement, ses pensées se tournèrent vers l’Angleterre, et plus précisément vers sa ville natale. Cela faisait maintenant plusieurs mois qu’elle avait débarqué sur Avalon, et même si elle voyait ses parents de temps en temps, une autre personne faisait aussi partie de ses pensées lorsqu’elle se remémorait le passé.

Pour la première fois depuis de nombreuses minutes, les pas de la jeune fille ralentirent, jusqu’à s’arrêter. Elle fixait toujours le sol, mais fronça légèrement les sourcils en repensant à la raison principale pour laquelle elle était arrivée en Avalon. Depuis qu’elle était arrivée, la recherche de Mélia, son amie d’enfance, n’avait pas beaucoup progressé. Kaerae n’était certainement pas restée inactive, mais c’est comme si personne n’avait aperçu son amie, et à chaque fois qu’elle obtenait un début de réponse, la personne concernée s’avérait ne pas être celle qu’elle recherchait. Ça en devenait presque frustrant, et Kaerae ne put empêcher un soupir de franchir ses lèvres. Où pouvait donc être passée Mélia ? Ce n’était pas comme si elle pouvait passer inaperçue, et avec les efforts qu’elle faisait pour la retrouver, elle s’étonnait de ne pas avoir encore eu un signe de sa présence.

La jeune fille resta quelques instants immobile, les yeux encore pointés vers le sol, jusqu’à brusquement lever les bras au ciel en serrant les poings. Elle se claqua gentiment les joues, puis respira un grand coup, avant de faire réapparaitre son grand sourire optimiste. Ça ne servait à rien de s’en faire, et Kaerae venait de le réaliser. Mélia était aussi forte et débrouillarde qu’elle, et si elle-même avait réussi à s’en sortir sans problème en arrivant sur Avalon, son amie était forcément dans le même cas. De plus, les deux amies avaient pour principe de ne jamais se morfondre et de profiter de l’instant présent, et ça n’avait pas de raison de changer. Hochant la tête, Kaerae se dit qu’en gardant les yeux ouverts, elle finirait forcément par retrouver son amie tôt ou tard. Et d’ici là, autant profiter de sa vie sur Avalon un maximum, elle n’aurait que plus de choses à raconter à Mélia lorsqu’elle la reverra.

Ayant retrouvé le sourire, Kaerae se dit qu’il était temps de retourner à l’Orphelinat et commença à marcher à nouveau, puis s’interrompit presque aussitôt. Elle cligna des yeux deux ou trois fois, et regarda autour d’elle, comprenant que quelque chose n’allait pas. Le brouhaha normalement si audible du Quartier Ouest était devenu si minuscule qu’il n’était plus qu’un murmure, rendant évidente la position de la jeune fille, ou plutôt l’absence de position. Sans s’en rendre compte, elle s’était engagée dans le dédale de ruelles de la ville, et n’avait même pas calculé qu’elle s’était perdue depuis belle lurette. Elle aurait dû paniquer légèrement en voyant les multiples embranchements qui s’offraient à elle, mais elle ne put réprimer un petit rire amusé en se disant que dans le pire des cas, elle escaladerait le mur le plus proche pour voir où se trouvait la Grand Place.

Elle reprit donc sa marche en choisissant une ruelle au hasard, se disant qu’il fallait bien commencer quelque part, mais il ne lui fallut que quelques secondes avant d’interrompre à nouveau sa marche, non pas parce qu’elle se demandait où aller, mais parce que quelqu’un se trouvait sur son chemin. Ou plus précisément, quelqu’un était assis sur une marche un peu plus loin, et semblait ne pas l’avoir remarquée. Penchant un peu la tête sur le côté, Kaerae se dit qu’elle ferait peut-être mieux de passer ailleurs, et se tourna vers une autre ruelle. Cependant, avant de commencer à marcher de nouveau, elle entendit quelque chose qui lui fit lever les sourcils de surprise. Tournant à nouveau la tête vers la personne qui se trouvait un peu plus loin, elle plissa légèrement les yeux pour l’apercevoir. D’ici, on aurait dit un garçon d’un jeune âge, il avait la tête entre les mains. Le bruit qu’elle avait entendu quelques secondes plus tôt retentit de nouveau. C’était… des sanglots ?

Sans plus d’hésitation, Kaerae se dirigea vers lui d’un pas décidé. Elle n’avait aucune idée de qui il s’agissait, ni de si il s’agissait réellement de pleurs ou non, mais la jeune fille ne pouvait rester sans rien faire face à une telle image. En s’approchant, elle confirma ce qu’elle avait cru voir quelques secondes plus tôt. Il s’agissait d’un garçon, plus jeune que Kaerae, et les faibles mouvements qu’il effectuait indiquaient qu’il essayer de s’empêcher de fondre en larmes. En le voyant ainsi, la jeune fille fut légèrement émue, mais elle reprit aussitôt un air déterminé pour s’empêcher d’hésiter. Quelqu’un avait besoin d’elle en cet instant. Elle s’accroupit devant le jeune garçon et lui posa gentiment la main sur l’épaule.

- Hé, quelque chose ne va pas ?

Kaerae pencha un peu la tête sur le côté, elle espérait ne pas y être allée trop brutalement. Si elle avait pris le temps de réfléchir un peu plus, peut-être qu’elle aurait cherché une approche un peu moins directe, mais elle devait l’admettre, ça n’était pas son genre. Dans tous les cas, elle aurait tenté sa chance. Avant d’essayer de continuer, Kaerae remarqua quelque chose en penchant un peu la tête. Elle ne voyait pas l’intégralité du visage du garçon en face d’elle, mais elle était sûre de l’avoir déjà vu quelque part. Elle fronça légèrement les sourcils, puis écarquilla les yeux, le déclic venait de se faire dans sa tête.

- Ah, mais tu es… Su… Su…

Kaerae fronça les sourcils de nouveau, légèrement frustrée de buter sur un prénom, surtout dans un moment pareil. Elle reconnaissait maintenant le garçon, elle l’avait déjà aperçu plusieurs fois à l’Orphelinat, et elle l’avait aussi brièvement rencontré lorsqu’elle avait fait le tour des chambres pour se présenter à tout le monde. La jeune fille tenta de se remémorer l’instant où elle avait fait irruption dans sa chambre pour dire bonjour, chose qui l’aida à enfin de souvenir du prénom qu’elle cherchait depuis quelques secondes. Un sourire illumina son visage, à la fois parce qu’elle était heureuse de s’être souvenue de comment le garçon s’appelait, mais aussi pour se montrer rassurante envers lui et éviter de l’effrayer.

- Sully ! Tu t’appelles Sully, c’est ça ?

Elle se demanda brièvement pourquoi est-ce qu’un garçon comme lui, qui souriait à chaque fois qu’elle avait pu l’apercevoir, se retrouvait tout seul ici, dans une ruelle perdue au fin fond du Quartier Ouest, mais elle écarta rapidement ces interrogations pour se concentrer sur lui. Elle pourrait bien se poser ces questions plus tard, pour le moment, elle ne pouvait pas le laisser dans cet état.
Voir le profil de l'utilisateur
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escapism :: BABYLON :: Quartier Ouest-