marigold •• trust no one
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 06/01/2016
Brisé






Mer 6 Jan - 10:58

MARIGOLD, alias [???] MORRIS, est une radieuse jeune femme de 22 ANS. Elle est née et a grandi aux ETATS-UNIS, où elle poursuivait sa scolarité, avant de découvrir Avalon où elle occupe actuellement le statut de VAGABONDE DOUTEUSE depuis sa chute.

Son ARRIVÉE SUR AVALON remonte à 2003 et coincide à peu près avec son ÉVEIL. Sa PRÉ-... bon écoutez ça m'embête toutes ces majuscules. Je vous laisse les imaginer à partir de maintenant. Marigold est donc arrivée en 2003, et si vous n'avez pas fait les calculs - une décision fort raisonnable - je vous apprendrai donc qu'elle avait alors 15 ans. Elle a passé la quasi-entièreté de ses deux premières années d'éveil entourée de mana au coeur d'Avalon, mais a dû enchaîner les aller-retours pour gérer quelques... problèmes chez elle. Elle a fini par revenir définitivement, pour des raisons qu'elle n'explique à personne... Au cours de ces péripéties, elle a également reçu quelques altérations.
LE POUVOIR DES FLEURS • Elle a toujours eu une affinité avec le jardinage, affinité qui avec le temps a nourri des intérêts plus abstraits notamment pour la chimie et l'herboristerie. Elle est capable de synthétiser plusieurs sortes de préparations aux différents effets pyschoactifs, et travaille toujours à approfondir ses connaissances en la matière. Pour ne pas se ruiner en ingrédients, elle part généralement à la cueillette elle-même, ou se débrouille pour faire pousser ce dont elle a besoin elle-même.
Note : Les sérums, potions, boissons, etc qu'elle prépare n'ont aucune propriété magique. Les effets provoqués par ses préparations sont liés aux propriétés des ingrédients utilisés, et du coup à la réussite de la recette. Plus ou moins heureusement (ça pourrait être pire), la plupart du temps, les potions ratées de Marigold donnent généralement la colique. Mais bon, elle ne les rate pas souvent.

TRIGGER FINGER • Parce que c'est le type de magie qu'elle a le plus travaillé, Marigold a une bonne compréhension des mécanismes de triggers et de leur application à des charmes ou à des amulettes. Si ce savoir ne lui sert plus vraiment depuis sa chute, elle possède encore plusieurs artefacts qui n'ont pas été activés, mais qui ne demandent sûrement que ça.

ANONYMAT EN SIX DIMENSIONS • Pour des raisons variées, Marigold s'est vêtue d'une cape d'anonymat. C'est la dernière chose qu'elle ait prise en main avant sa chute, et il lui fallut d'ailleurs beaucoup de recherches pour réussir à s'assurer que son nom serait oublié. Le faire oublier à qui pourrait le prononcer semblait difficile, mais elle avait au moins l'avantage de travailler sur une dimension finie. Les supports écrits furent brûlés, les silencieux furent payés et les bavards furent mutilés. Pour ce qui est de ses proches sur Terre, elle leur a fait un faux coming-out et tous sont maintenant persuadés qu'elle.. qu'il, pardon, s'appelle Thomas. Il lui fallait également s'assurer que personne dans le futur ne devinerait ni ne prononcerait son nom peu importe la méthode employée, et pour cela elle passa énormément de temps à amasser de l'argent pour payer l'Echangeur afin qu'il daigne "l'aider" une dernière fois. Mais ce dernier a été clair : le poids de ce fardeau reposera essentiellement sur ses épaules, et ce sera à elle et à elle seule de ne pas donner son nom. Pour sceller ce voeu de silence, il lui a tatoué un petit "1" sur la plante du pied droit. Un seul trigger, et pas le droit à l'erreur.

CHERRY BOMB • Suite à un processus d'échange de compétences ma foi bien douteux, Marigold a hérité du pouvoir de générer des explosions - ou plus exactement, de tracer des motifs qui créent des explosions. La qualité des explosions dépend du niveau de concentration de Marigold mais également de son énergie, car elle a plus de mal à manipuler son pouvoir depuis sa chute. Il a tendance à se comporter de manière un peu hasardeuse si Marigold laisse un peu trop libre court à ses émotions - elle préfère donc travailler là-dessus que sur la maîtrise de son pouvoir en elle-même, car elle n'aime pas vraiment s'en servir (ce qui la rend excessivement amère, et donc, vous l'avez compris, rend son pouvoir un peu foireux.)
Marco enfonce la porte d'un coup de pied et braque son arme.
- Montre-toi sale pourriture ! Je sais que t'es là !! bégaie-t-il en agitant son arme un peu dans tous les sens, avant de promptement se rendre compte qu'il n'y a personne d'autre que lui dans cette pièce.
- PUTAIN !!!!
Il frappe dans le mur, et le tremblement fait tomber un livre d'une étagère, ainsi qu'un vase qui éclate en morceaux. Marco regarde le sol, dépité : dans sa chute, le contenu du vase (des fleurs et de la terre) s'est répandu sur le sol, et il sait qu'il va se faire gronder pour avoir sali une scène de crime. Une lueur faible clignote doucement sous la terre, que Marco écarte pour mieux en voir la source. Sur le livre, des mots se gravent au rythme d'une voix qui parle.

« Avez-vous un journal intime ? Je n'en ai pas, je n'en ai jamais eu. J'aurais pu, j'avais le temps et les capacités d'écriture, mais ça aurait sûrement été peu avisé de consigner mes pensées et actions sur un support fixe et peu sécurisé. Si j'en avais eu un, c'est ce que je vous aurais fait lire, et vous auriez tout compris. Malheureusement, vous devrez vous contenter d'un bref résumé de ce qui m'a poussé dans cette affaire. Vous devez comprendre qu'au moment où vous lisez ces mots, je ne suis plus de ce monde, mais d'un autre. Vous devez accepter que j'ai disparu et que je ne reviendrai jamais. Cela est nécessaire si vous voulez ne serait-ce que commencer à comprendre l'ampleur de ce que je vais vous expliquer. Vous devez comprendre que c'est obliga- »

- CETTE SALE PUTE !!!!!!!!
Les cris de Marco attirent un de ses collègues, qui n'était pas censé rentrer dans l'appartement mais qui ne savait pas vraiment quoi faire en attendant.
- Qu'est-ce que tu fais ? Elle s'est barrée ? T'as vu ce qu'il y a dans la salle de b-
- Cette sale pute ME NARGUE !!!!
- On en a déjà parlé Marco, tu devrais pas parler comme ça des femmes, et encore moins des suspects. Comment veux-tu qu'on soit respectés par la communauté si tu-
- raaaAAAAHHHH LA FERME !!!!!
- Oh, c'est quoi ce livre ? Pourquoi il brille ? C'est un livre électronique ?
- LA F- un quoi ? Mais... mais oui !! C'est bien sûr ! Ah je le savais !!! La pute !!! J'ai failli croire que c'était de la magie hahaha !!!
- De la mag- ?
- Hahahaha !!!
Il ferme le livre et le place sous sachet en tant que pièce à conviction. Non rien ! A mon avis, elle doit être cachée au chaud dans un café sous une perruque à écrire son autobiographie en ligne pour nous faire tourner en bourrique !!
- ...On peut faire ca avec un livre électronique ?
- Ferme-la et va appeler le chef.
Marco et son collègue procédèrent ensuite à clore le périmètre et à enquêter sur l'appartement de la disparue Mademoiselle Morris. Pour des raisons pratiques (et parce que Marco est un gros débile), nous allons reprendre la narration comme si Marco LISAIT ce qui était en train de s'écrire dans le livre qu'il a maintenant donné au labo, comme il était PRÉVU. Grmbl.

«  Vous devez comprendre que c'est obligatoire. Mince, je ne sais pas comment formuler ma phrase. J'espère que le livre ne recopie pas tout ce que je pense, mais seulement les pensées que je veux y écrire... Bon, tant pis, de toute façon, il doit y avoir un moyen de corriger ce qu'on a déjà écrit, non ? Je vais reprendre là où j'en étais. Je suis donc dans un autre monde, où je compte continuer ma vie et la finir. Vous comprendrez bien aisément les raisons de mon choix, et si à vos yeux cela ressemblera à n'importe quelle tentative de fuite, vous vous rendrez vite compte, si vous n'avez pas déjà cessé de lire mes mots, que vous ne me retrouverez jamais. Mais laissez-moi commencer mon histoire par le début et non par la fin. Peut-être qu'une introduction en bonne et due forme est de mise...

Je m'appelle [???] Morris, je suis née le 27 février 1988 à Seattle, où j'ai grandi. Mes parents ont divorcé lorsque j'étais encore un bambin, puis j'ai grandi avec ma mère à Portland. Nos modes de vie austères nous ont permis de nous adapter à un niveau de vie modeste, et de faire le mieux de situations parfois chaotiques. C'est comme ça que j'ai commencé à trouver de l'intérêt dans les échanges commerciaux, et à vendre tout ce qui ne me servait pas et me semblait apte à vendre. L'appât du gain me poussa à développer mes compétences à un jeune âge, afin de pouvoir diversifier les produits proposés. C'est ainsi que je me lançais dans la vente de pâtisseries, de limonade et de fleurs, montrant déjà une passion pour la chimie (à travers la cuisine) et le jardinage ! Le reste de mon enfance fut aussi pacifique que vous pouvez vous l'imaginer, jusqu'à ce que ma mère tombe malade et soit placée en hôpital. Rassurez-vous, elle va mieux maintenant !! Mon phrasé peut parfois être un peu dramatique, et je sais qu'elle n'aimerait pas que je la fasse passer pour morte. Mais pendant quelques années, elle n'allait pas bien, et j'ai donc du aller vivre avec mon père, qui s'était remarié, et mes horribles demi-frères et sœurs. Sans vouloir faire preuve de rancune, je suis quasi sûre que ces trois monstres n'ont jamais retenu mon prénom, car ils ne l'ont jamais prononcé ne serait-ce qu'une fois. Pour eux, j'étais la « weirdo », et c'est comme ça que ce surnom m'est resté jusqu'à encore aujourd'hui. (Ça fait joli, sur les avis de recherche ? Pardon, je ne devrais pas vous narguer, je sais que vous êtes un peu soupe au lait.). Ma nouveauté dans leur quartier entraîna de multiples rumeurs à mon nom qui ne tardèrent pas à envoyer mon business dans la tombe. N'ayant plus rien à faire pour m'occuper, je décidai de m'enfermer dans les nombreux livres de la bibliothèque du coin, et de ne plus parler que pour transmettre des informations essentielles. J'avais fermement décidé que ma place n'était pas avec eux.

Un jour, après une matinée particulièrement désagréable, je me suis enfermée dans la salle de bains avec mon livre pour être sûre de ne pas être interrompue. Le niveau de pollution sonore étant particulièrement élevé, j'ai dû faire preuve d'une capacité de concentration extrême pour pouvoir lire, tant et tellement que je ne me suis pas rendue compte qu'au cours de ma lecture, l'espace avait changé autour de moi, et que je n'étais plus dans ma salle de bains assise sur la baignoire, mais assise sur une grosse souche. Je me rappelle m'être levée doucement et avoir lentement levé les yeux vers le ciel, dissimulé par les cimes des arbres. J'étais au beau milieu de la forêt ! Alors que je peinais à me rendre compte du paysage que j'avais sous les yeux, un homme s'avançait vers moi et me demandait ce que je faisais là.
Je me rappelle avoir perdu mon calme, partagée entre le sentiment de déjà-vu et l'incompréhension, essayant de me pincer pour me réveiller. Ca devait faire environ deux ou trois rêves que je marchais en dessous des mêmes arbres... Je me rappelle avoir été brièvement vexée du manque de symbolique de ces escapades oniriques. Cela dit, tous ces rêves de forêt avaient été précédés par une suite de petites scènes d'explications quasi-freudiennes - ce qui ne m'étonne pas vraiment venant de mon subconscient - que j'ai vite fui, prétextant avoir tout compris. Je veux bien être polie, mais je me méfie de mes propres conseils... Mais l'homme en face de moi n'avait rien d'imaginaire. Je n'aurais pas su comment l'expliquer, mais il dégageait quelque chose... quelque chose d'intimidant, je dirais ? Si ça n'avait pas été pour lui, j'aurais continué de marcher dans la forêt.

J'apprendrais plus tard qu'il s'appelait Fern, et qu'il était le chef d'une petite guilde de botanistes qui se réunissaient dans la forêt. C'est lui qui me présenta le monde dans lequel j'étais arrivée – je ne me serais jamais doutée que ce n'était pas des rêves si je ne l'avais pas rencontré, et je n'aurais sûrement jamais compris pourquoi à chaque fois que je me réveillais j'étais si peu reposée.  Il était tellement convaincu que notre rencontre tenait du destin qu'il réussit à me persuader de rejoindre sa guilde (inutile de préciser que je bondissais sur l'occasion d'avoir découvert un nouvel environnement pour ne SURTOUT PAS retourner dans celui d'où je venais), et c'est ainsi que je me fis appeler Marigold. Prendre des noms de fleurs et de plantes semble étrange en rétrospection, mais cela nous permettait de faire la rupture entre nos deux vies, et surtout, de marquer une forme de distinction entre les membres de la Guilde des Botanistes™  et les autres.
Mes chers camarades m'ont ensuite initiée à la manipulation du mana (comprendre : de la magie), et m'ont appris à lancer des petits sorts simples pour pouvoir cueillir des fruits trop hauts, ou des fleurs un peu agressives. Fern, attiré par mes progrès rapides, commença à se rapprocher de moi à ce moment là. Même s'il était plus vieux que moi, nous nous entendions comme si nous avions grandi ensemble, et il m'apprit des sorts un peu plus puissants, ainsi qu'à lier des petits triggers d'explosion à des charmes (là encore, c'est juste de la magie, même si les mots ont l'air compliqué). Quand j'y repense aujourd'hui, j'ai un peu honte d'avoir été si naïve. J'étais si fière de l'impressionner que j'aurais fait n'importe quoi tant qu'il regardait dans ma direction. Et... c'est exactement ce que j'ai fait. »


Pendant ce temps, Marco va acheter des hot dogs avant de retourner patrouiller.

« Cela faisait maintenant un peu plus d'un an que j'étais à Avalon, faisant seulement des aller-retours mensuels entre les deux mondes, sous déguisement, pour vérifier que ma mère allait bien. J'avais fait beaucoup d'avancées sur le plan chimique, et je travaillais sur un sérum de frissons (une potion magique qui fait frissonner, si vous vous posez la question) dans l'espoir d'en isoler les composantes psychoactives – que de progrès ! En revanche, Fern n'était pas satisfait par ma magie destructrice, qui me drainait trop d'énergie pour être efficace sur le plan tactique. Pour tout vous avouer, je ne saisissais pas encore l'importance de ces compétences là à ses yeux, et je préférais me concentrer sur ce que je savais le mieux faire, pour pouvoir qui sait, peut-être revendre un jour le produit de mes découvertes ? (Je sens que vous commencez à comprendre ce qui me lie à votre affaire.). Cette période-là fut sombre pour notre guilde : un à un, nos fidèles camarades perdaient leurs habilités magiques, et la plupart le ressentaient comme un signe qu'il était temps de revenir dans notre – votre – monde. Nous décidions de prendre des chemins séparés, et alors que je gambergeais sur tous les portes qui s'ouvraient devant moi, Fern décida de toutes les clore et de n'en laisser qu'une. Cette nuit-là, je m'en rappelle comme si c'était tout à l'heure, cette nuit-là il est venu me voir, et sans que je comprenne vraiment ce qui se passait ni ce qu'il voulait, nous avons partagé un moment très... intime. Nous avons dormi dans la même tente, et le lendemain nous partions tous les deux.

Sur le chemin, il m'apprit qui il était vraiment. C'était un mage puissant qui entrait dans la dernière année de son éveil, et avant de se « rendormir » (nos années de magie se comptent par trois), il voulait transmettre ses pouvoirs à une personne qui saurait les utiliser correctement. A ce moment de mon récit, vous devez vous poser la question, et je me la suis posée aussi – s'il était si puissant et qu'il cherchait un disciple, pourquoi avoir rejoint la Guilde des Botanistes™, qui n'était pas vraiment connue pour ses exploits, ni même connue tout court d'ailleurs ? Je crois que quand je lui ai posé la question ça l'a un peu gêné, parce qu'il a commencé à marmonner et tout ce que j'ai réussi à comprendre c'est que « c'est pas la guilde qu'il voulait créer à la base ». Quoiqu'il en soit, cela ne l'a pas pour autant perturbé dans son discours, puisqu'il se mit ensuite à me faire éloge sur éloge, avant d'enfin m'annoncer ses projets pour moi : j'allais devenir le réceptacle de ses pouvoirs. Il ne connaissait qu'une seule personne capable de réaliser une telle opération, et encore, pour qu'elle ait des chances de marcher, il fallait que le donneur et le receveur soient en parfaite harmonie. Les mois qui vinrent furent longs et leur achèvement, fastidieux. Je ne m'étais jamais rendue compte de la maîtrise de soi dont faisait preuve [¿¿¿] (ne faisant plus partie de la guilde, nous avions décidé de nous appeler par nos vrais noms), et je crois qu'il avait du mal à comprendre les petits mécanismes de défense qui me permettaient de demeurer sereine en toute circonstances. Mais il était très doué, et cela me poussait à faire de mon mieux également. Nos quelques moments intimes devenaient incroyablement utiles pour déconstruire le rythme de ses mouvements et de sa respirations. A ce moment-là de nos vies, je pense qu'on peut dire que nous ne faisions plus qu'un. Nous nous rendions alors chez sa connaissance, qui se faisait appeler l'Echangeur. Je dois vous avouer qu'un peu naïvement, je m'imaginais un puissant vieillard qui vivait dans un tronc d'arbre, avec un grand chapeau et une grande robe. Mais l'Echangeur était en fait un tatoueur à Babylon. Peut-être que j'aurais dû me méfier quand j'ai vu son sourire narquois. Peut-être...

Si jusque là j'ai fait preuve d'une compétence de mémoire exemplaire, je dois vous avouer que mes souvenirs de cette nuit sont embrumés. Je me rappelle de notre arrivée, je me rappelle du paiement et des artefacts que nous avions préparé pour lui offrir, et je me rappelle d'après, de la douleur vive, du sang qui tâchait mes vêtements, et de la sensation marquante de l'aiguille sur la peau de mon bras. En effet, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais il y a des petits numéros tatoués sur mon avant-bras. Peut-être que vous n'avez jamais eu le temps de bien voir ? Il y a un 8, un 5, et un 2. [¿¿¿] m'a dit que l'Echangeur choisissait les numéros à enchanter en fonction de la charte astrologique avalonienne du donneur et du receveur, mais j'apprendrai plus tard que ces chiffres représentaient tout autre chose (pour des raisons de continuité, j'en parlerai plus tard). Cependant, nous savions que chaque chiffre faisait référence à un (ou des) événement qui allait se produire, et que lorsque la totalité de ces événements se seraient produits, nous ne pourrions plus rien échanger. Quant à ce qu'il se passerait quand ils seraient désactivés, ça... je ne pouvais pas savoir, je ne pouvais pas ne serait-ce que me l'imaginer... »


L'encre dans le livre se suspend – une pause semble être de mise pour dame Marigold. Trop d'émotions, peut-être ? La manipulation de tels artefacts peut parfois être un peu exigeante, surtout pour le mage en fin d'éveil. Quelle importance ? Personne n'est en train de lire cet amas de mots violemment indigeste, de toute façon.

Les minutes passent, puis le texte orange réapparaît.

« Bref, passons. Ce rituel permettait à [¿¿¿] de me faire profiter d'une partie de lui, avec pour condition qu'il y ait une contrepartie, définie à l'avance, dont il pourrait profiter également (d'où les prérequis d'harmonie entre nous deux, j'imagine) – par exemple, mon niveau de cuisine correspondait à peu près à son niveau de saut en hauteur, et nous pouvions les échanger pendant un temps limité si j'avais besoin de sauter au-dessus d'une barrière, ou s'il voulait préparer à manger correctement. Lorsqu'il tenta de me transmettre son pouvoir le plus puissant, la génération d'explosions, il obtint ainsi mon sens des affaires – perfectionné depuis le plus jeune âge.
Malheureusement, c'était non seulement un cadeau pourri, mais il était empoisonné. Mon triste don révéla en [¿¿¿] un aspect que je n'avais encore qu'entraperçu, mais que je découvrais alors dans sa plénitude : c'était un homme corrompu par son désir de pouvoir. La rencontre entre nos deux avidités créa en lui un gouffre sans fond qui ne demandait qu'à être rempli par une seule et unique chose : l'argent. Je n'ai jamais réussi à refaire complètement l'échange inverse – je pouvais reprendre mon dû mais son avidité demeurait, et ça ne faisait que le faire entrer dans des colères folles -, peu importe le nombre de fois où j'ai essayé, et c'est comme ça que je n'ai pu qu'assister, impuissante, à la lente chute aux Enfers de [¿¿¿]. On aurait dit qu'il avait été libéré de ses chaînes, que plus rien ne l'empêchait d'être qui il était vraiment. Il devint agressif, vicieux, opportuniste. Il voyait le monde à travers une grille d'analyse en coûts/bénéfices, et ne pensait qu'à gagner plus d'argent. Et surtout, il devint violent. Quand son éveil a pris fin, j'ai commencé à prétexter des accès de nostalgie et à faire de plus souvent des aller-retours entre Avalon et ici, cherchant à fuir ses colères, ou encore ses stratagèmes pour éradiquer nos concurrents et les problèmes qu'ils allaient m'attirer.

Mais mes fugues ne resteraient pas longtemps impunies, peu importe le prétexte invoqué. [¿¿¿] paya un éveillé pour qu'il lui fasse faire un aller-simple vers notre monde, où il me retrouva rapidement - pour ma défense, c'est difficile de fuir quelqu'un qui nous connaît par coeur. Le voir pénétrer ainsi ma vie privée déclencha une sorte de déclic au fond de moi : je me rendais compte qu'il n'allait jamais redevenir comme avant, et que ma seule porte de sortie était de me débarrasser de lui. Et à cause de notre lien si... puissant, il n'y avait qu'un seul moyen d'y arriver.

D'abord, je devais le calmer. Je lui mentis encore, expliquai que je cherchais à étendre notre commerce, que nous ferions fureur si nous vendions ne serait-ce que nos potions les plus basiques en les faisant passer pour de nouvelles drogues auprès de la bonne clientèle, et je vomissais tout le charabia que je pouvais déblatérer qui me permettait de revenir dans ses bonnes grâces. Le soir venu, je fus punie quand même.
C'est à peu près à ce moment-là que j'entre dans votre histoire, Marco. Ni lui ni moi n'avions d'expérience directe dans les ventes illégales, et encore moins dans la dissimulation de telles opérations, ou plus exactement de l'ampleur des mesures requises. C'est ce qui précipita notre première rencontre, et nos premières courses-poursuites ! Vos interventions n'étaient pas prévues dans mon plan mais elles l'ont grandement facilité et je vous en remercie, car elles ont poussé [¿¿¿] à douter et à se remettre en question : exactement ce dont j'avais besoin pour le faire tomber de son piédestal. Comme vous le savez déjà – mais il est bon de rappeler ce que l'on sait déjà, en cela que nos prédispositions mentales façonnent notre réception des informations extérieures – nous avons fini par démanteler l'opération et passer en retrait, ce qui vous a poussé à mener des démarches d'enquête plus agressives, d'où, j'imagine, notre « rencontre » d'aujourd'hui.

Je vais vous expliquer ce qu'il s'est passé avant que vous arriviez dans cette pièce. J'avais prévu, bien longtemps à l'avance, que ce jour viendrait, et c'est pour ça que j'ai placé ce livre dans cette pièce ainsi que le vase à côté. Un peu avant que vous entriez dans son appartement,  [¿¿¿] et moi étions en train de nous disputer. En effet, j'étais inquiète des récentes colorations de nos implants, dont deux chiffres étaient tout noircis (le 8 et le 5). En revanche, lui me disait que ça n'avait aucune importance tant qu'ils ne s'étaient pas tous assombris. Peu convaincue, et dans le feu de l'action – vous savez comment c'est quand vous êtes énervé et que vous n'avez pas envie d'avoir tort... n'est-ce pas ? – je m'étais enfermée dans la salle de bains pour essayer de les arracher de ma peau avec des ciseaux. [¿¿¿] enfonça la porte et essaya de m'arracher les ciseaux des mains. Dans la panique, mais peut-être sûrement aussi par envie, je déclenchai une petite explosion entre nous, qui le fit tomber en arrière et propulsa sa main à son visage. Et évidemment, c'était la main qui tenait les ciseaux, parce que sinon, cette histoire n'aurait eu aucun intérêt. Je me rappelle avoir crié son nom... C'est comme ça qu'il est mort, et que la moitié du 2 dans mon bras s'est noirci comme les autres chiffres. J'en ai tiré la conclusion qu'il me restait une personne à tuer avant que les implants soient désactivés... Ou qu'il restait un nom à prononcer. Dans tous les cas, je ne peux me permettre ni l'un ni l'autre. Au moment où je vous parle, j'ai repris mon premier nom à Avalon, et je suis redevenue Marigold. [???] n'est plus. Et je compte m'assurer que cette personne ne soit plus jamais, ni ne soit plus jamais mentionnée – peu importe le prix.

J'ai bientôt fini, et j'aimerais avant de clore mon récit définitivement vous avertir quant au vase à côté duquel vous avez dû trouver ce livre : je l'ai enchanté, et les fleurs qui y poussent devraient vous porter chance tant qu'elles sont en vie. C'est une maigre compensation, je le sais bien, mais j'espère que vous apprécierez quand même les risques que j'ai pris pour vous faire parvenir ce gage de mon estime, ainsi que le témoignage que vous tenez actuellement entre vos mains.

Vous n'auriez jamais dû faire partie de tout cela. »



Alors que Marigold clôt son récit, le livre, dans son sachet, au labo, le livre dans lequel elle gravait ses pensées dans le vide depuis le début, oui, ce livre-là, explosa. Eh oui, c'est ça quand on achète des artefacts d'occasion, y a pas de notice et faut deviner le fonctionnement de l'engin tout seul... Elle ne sera évidemment jamais au courant de cette auto-destruction ni même du fait que personne n'a jamais lu son témoignage, bien que le doute continuera de planer autour de ses pensées. Après avoir revu ses deux parents une dernière fois, elle retournera voir l'Echangeur une dernière fois, et en profitera pour lui demander plus de renseignement sur ce qu'il arrivera à ses implants d'échange maintenant que « Fern » et elle ont « pris des chemins différents ». Malheureusement, tout ce qu'il était disposé à révéler, c'est que la désactivation des implants ne serait pas indolore. Elle repartit le pied droit en sang, drainée. Elle n'était pas préparée cette fois-là, ni physiquement, ni mentalement. Mais même l'Echangeur n'aurait pas pu la refuser, pas avec tout l'argent qu'elle avait sur elle, ni avec la tête qu'elle faisait lorsqu'elle a enfoncé sa porte.

Cette nuit-là elle dormit dans son atelier, et lorsqu'elle se réveilla le lendemain, elle sentit avec mélancolie que toute énergie magique l'avait quittée. Elle céda à une lourde vague de regrets et de tristesse, et une petite explosion détonna à côté d'elle. Elle se rendit alors compte qu'elle n'avait pas eu l'occasion de refaire l'échange lorsque  [¿¿¿] était mort, et qu'elle avait gardé son pouvoir. Peut-être que si ça vous était arrivé après tout cela, vous l'auriez vu comme un signe de bonne fortune, ou un message des esprits. Mais Marigold le prit seulement comme un fardeau à porter qui lui rappellerait cette histoire toute sa vie - qui plus est, un fardeau un poil dangereux.

Depuis, quatre ans ont passé. Marigold vit en retrait, seule, dans une petite cabane en périphérie de Babylon. Elle se sent blasée, parce que personne ne veut lui acheter ses trucs (elle a du coup perdu son sens des affaires à vie...) et qu'au lieu de gagner en réputation, les rumeurs se multiplient à son nom. De plus, alors qu'elle fait de son mieux pour rester en dehors de toute aventure louche et autres affaires compliquées, elle continue de se retrouver dans des situations insupportablement chaotiques, généralement précipitées par sa capacité à faire confiance aux mauvaises décisions et aux mauvaises personnes.
Mais elle se laisse emporter par la vague comme toujours, consciente qu'à un moment, elle devra prendre le contrôle de la planche de surf.

Pour ceux qui cherchent à aller à l'essentiel au lieu de lire six pages de texte orange qui divague, nous allons procéder à un petit exercice de synthèse afin de mettre en valeur une définition plus resserrée du caractère de Marigold que ce qu'on en devine dans son histoire.

En société, Marigold essaie de rester mesurée en toutes circonstances, peu importe à quel point elle peut avoir envie de laisser exploser ses émotions. C'est peut-être pour ça qu'elle n'inspire pas confiance, ou peut-être parce que vous avez l'impression qu'elle vous méprise. Dans tous les cas, si elle essayait de vous vendre quelque chose, vous êtes absolument sûr que vous refuseriez à tous les coups, vous ne prendriez jamais le risque de vous faire arnaquer par quelqu'un aussi facilement. Elle en est tristement consciente, et du coup, elle ne vous fait pas vraiment confiance non plus. Cercle vicieux.

Elle traîne généralement autour des bibliothèques de la ville, ou dans la forêt, et semble constamment tracassée lorsqu'elle pense que personne ne la voit. Pour autant elle n'est pas vraiment solitaire non plus, et lorsque quelqu'un souhaite lui tenir compagnie, elle fera honneur à sa présence en se lançant dans de longs discours sur tout et n'importe quoi. Parler, c'est sa manière d'exprimer de la sympathie, en quelque sorte, peu importe ce qu'elle raconte. Il paraît que si vous vous approchez trop de sa cabane, les effluves de potions qui s'échappent de sous la porte peuvent vous rendre fou... Après moi je crois pas trop aux rumeurs, mais bon, ce genre de choses ça s'invente pas, vous savez. Puis c'est un peu louche de parler autant, on dirait ces gens qui essaient de noyer le poisson...



Vous pouvez m'appelez MARI parce que bon "gold" c'est un peu prétentieux. Et puis, on peut faire plein de jeux de mots avec "Mari". J'ai actuellement 420 ANS - non non mais si, je laisse cette blague, je suis sûre qu'il y a au moins une personne sur Terre / Avalon qui va y rigoler.. L'avatar pour Marigold est ROSE LALONDE de HOMESTUCK et j'adore ça. J'ai connu le forum par UNE AMIE qui va sûrement s'inscrire dans 1500 ans. Vous vous serez vite aperçus que j'ai pris pas mal de LIBERTÉS au niveau de ma fiche, je vous laisse celle de me signaler les incohérences <:-)

Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 140
Age : 23
Date d'inscription : 07/02/2015
Éveillé






Mer 6 Jan - 18:31

UNE ROOOOOSE ♥

Bienvenue sur le forum!! Sinon ça m'a l'air d'être une belle saloperie cette Marigold, je l'aime beaucoup ihihii. Très hâte de voir la fiche complétée!

_________________
luca emilio aldena
You don't get what all this is about
You're too wrapped up in your self doubt

admin
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 262
Age : 24
Date d'inscription : 10/02/2015
Éveillé






Jeu 7 Jan - 15:01

Bienvenue sur le forum ♥

Alors juste une petite précision, j'ai commencé à lire ta fiche (et oui je n'attends pas qu'une fiche soit finie pour la lire /SBAFF) et au niveau de l'histoire y a juste un tout petit problème. C'est simplement le fait que toutes les personnes arrivant pour la première fois à Avalon grâce au "saut", arrivent à la place centrale de Babylon. Du coup Marigold n'a pas pu atterrir dans la forêt :/
Donc il y a juste ce tout petit détail à changer, je préfère te prévenir maintenant, comme ça c'est fait :3

Pour le reste c'est nickel et j'aime beaucoup l'idée du livre enchanté ♥ (et ces pauvres enquêteurs qui pensent à un livre électronique)(haha s'ils savaient ;D)

BREF. Maintenant que c'est dit, bon courage pour la fin de ta fiche :3
je veux la suite è_é
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chupp.fr/
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 06/01/2016
Brisé






Jeu 7 Jan - 19:51

Merci pour vos mots doux ♥ Aksel, j'ai modifié le passage pour préciser que ce n'était pas son premier saut du coup, merci !!

Comme vous pouvez le voir avec la petite icône, j'ai fini, mais comme vous allez sûrement le voir en lisant cette fiche... je suis partie trop loin 8D depuis la création de Marigold je crée des plotholes que je répare comme je peux, j'en ai marre, iT KEEPS HAPPENING
Bon et vous me direz des nouvelles de cette très intelligente histoire d'implants à triggers qui ne complique rien du tout C'EST BIEN (pour ma défense, je me suis dit qu'il fallait que ce soit suffisamment tordu pour que ce soit illégal)

Maintenant que cela est dit, j'ai fait de mon mieux pour éviter les grosses grosses incohérences.. J'espère ne pas vous avoir encombrées avec non seulement un pavé indigeste mais un pavé indigeste complètement à côté de la plaque :s

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 18
Age : 18
Date d'inscription : 28/12/2015
Éteint






Jeu 7 Jan - 22:36

homestuck
épouz moa.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 06/01/2016
Brisé






Ven 8 Jan - 16:02

Je nous déclare officiellement Mari et femme heehee ♥ (tous mes choix de vie m'ont mené à cette blague moisie)

En fait je vous ai menti, j'arrête pas de faire des petits edits depuis hier soir parce que je suis un peu parano. Mais là c'est la dernière fois, j'arrête maintenant. Promis, ça bouge plus.

edit 15/01 : c'était encore un mensonge, j'ai rajouté DES BALISES GRAS /sort
edit 24/01 : opikujh oui j'ai tout mis en courier new *despicable homestuck trash* j'ai aussi modifié les quelques passages sur Switch du même coup. à vous les studios

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 57
Age : 26
Date d'inscription : 01/09/2015
Éveillé






Jeu 4 Fév - 23:25

Hello again~

Du coup, je viens de relire ta fiche et j'ai relevé quelques ajustements et clarifications à effectuer. Sans transition, let's go!

En ce qui concerne le Pouvoir des Fleurs, je sais pas trop si c'est une question de fond ou de formulation, mais les potions magiques (mélanges d'ingrédients ordinaires provoquant des effets magiques, ça inclut les Charmes liquides) ne fonctionnent pas sur Escapism. De manière générale, les liquides et gaz sont un mauvais support pour pratiquer la magie à trigger, simplement parce qu'ils n'ont pas de forme stable (et donc tout motif tracé dedans sera promptement détruit). Après rien n'empêche Marigold d'avoir mis au point des procédés générant des drogues particulières et potentiellement inédites qu'elle qualifie de magique (c'est juste que ça peut pas vraiment être magique).

Pour l'Anonymat en Six Dimensions, on en a déjà parlé un peu en MP. En gros, il est impossible d'effacer l'existence d'un concept (par exemple un nom), par contre il est possible de faire de l'évocation de ce concept un trigger qui libèrerait un effet suffisamment effrayant pour effectivement en empêcher l'évocation. Si ça te convient toujours, on peut poser que Marigold a un trigger d'explosion sur ses jambes lié au fait qu'elle prononce son nom (c'est super malsain mais hey, that's the point right).

Pour Cherry Bomb, je pense que c'est juste une question de formulation, mais les propriétés du mana ne peuvent être affectées directement (il est inerte, etc.). Par contre tu peux créer des explosions sans problème en traçant des motifs capables de les générer, que ce soit avec de la magie ou avec un pouvoir (le cas présent).

Dans l'histoire de Marigold, quelques détails à régler.

Le fait que Marigold réalise qu'elle est à Avalon pour la première fois au milieu de la forêt implique qu'elle ait auparavant sauté plusieurs fois à Babylon, et marché vers la forêt (elle n'a pas pu juste atterrir à Babylon, revenir sur Terre et atterrir en forêt à son saut suivant, dans la mesure où le point de retour du saut ne peut être déplacé artificiellement). En l'état, je trouve la formulation un peu grosse et j'aimerais que tu clarifies ce qu'il s'est passé (parce qu'arriver dans la forêt prend quand même pas mal de marche a priori).

La formulation "troisième année d'Eveil" n'est pas mauvaise (et ne pose pas absolument de problème), mais ce n'est qu'une borne supérieure - tu peux Chuter plus tôt si tu n'as pas de chance. Mais là c'est du détail, pas besoin d'edit a priori.

Pour la porte du salon de tatouage de l'Echangeur, elle n'a pas trop de raison de se déplacer dans l'espace (la téléportation n'étant pas possible, les mécanismes tels que la porte du Chateau Ambulant de Ghibli ne sont pas réalisables). A priori, il occupe simplement une bâtisse à l'écart, en surface - Babylon n'a pas d'égouts visitables à proprement parler.

Pour les implants, du coup a priori ce sont juste des tatouages, je te laisse corriger ça ?

Et pour les Echanges, du coup deux-trois ajustements : les Echanges, s'ils peuvent être temporaires, ne s'accompagnent pas partiuclièrement de migraines et peuvent être prolongés indéfiniment tant qu'ils ne sont pas inversés, et surtout ils sont pré-déterministes (l'ensemble des capacités échangeable doit avoir été établi au moment de l'opération par l'Echangeur, et ne peut être ajusté après coup que par une nouvelle opération). Ce qui veut dire que "le sens des affaires" de Marigold était explicitement sur la table des échanges dès le début.

Voilà, du coup je te laisse gérer les ajustements. Evidemment, si tu as des questions je t'invite à les poser, que ce soit par Skype, par MP ou simplement en réponse ici.

Cheers!
Voir le profil de l'utilisateur http://beckyverse.com
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 06/01/2016
Brisé






Ven 5 Fév - 14:00

Yooooo c: Je vais écrire cette réponse en même temps que je corrige/clarifie/étoffe, ça sera plus simple.

Capacités :
• Pouvoir des fleurs (j'ai vraiment un de ces talents pour nommer les trucs 8D) : c'est bien une question de formulation ! Loin de moi l'idée des potions magiques, avec tous les effets potentiels de la flore d'Avalon il doit déjà y avoir beaucoup à faire... Du coup j'ai un peu plus insisté sur le côté "herboriste" du truc, et puis tant qu'à faire j'ai rajouté une note où c'est dit explicitement, comme ça pas de quiproquos !
• Anonymat dans le futur : yessssss my friend lets blow shit up !!!! Comme du coup il n'y a plus qu'un seul trigger je suis partie sur un "1" sur le pied droit, ce qui sera déjà bien suffisant je crois.
• Anonymat dans le passé : l'autre jour, je me suis retrouvée à réfléchir à l'exploration/la modification de souvenirs, rapidement évoquée à la fin du précis de magie. Je me suis dit que ce serait peut-être moins tiré par les cheveux d'exploiter ce type de magie là, mais je voulais savoir ce que tu en pensais / s'il y avait des précisions à prendre en compte donc j'ai laissé ce passage entre crochets.
• Cherry bomb : je m'étais compliqué la tête pour rien zut. merci !

Histoire :
• J'ai un peu raconté son ressenti sur sa série de premiers sauts du coup, si c'est encore trop vague / trop gros, faites-moi signe ! (les modifs sont vers la fin du paragraphe qui commence par "Un jour, après une matinée particulièrement désagréable")
• Pour l'Echangeur/les implants/les échanges, j'ai fait les modifications qui restaient (je pensais avoir viré le truc des migraines il y a une semaine, past!marigold m'a trahie....)

A vous les studios ♥

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 57
Age : 26
Date d'inscription : 01/09/2015
Éveillé






Sam 6 Fév - 13:54

(Je suis douée, j'ai rédigé cette réponse il y a près de vingt deux heures mais j'ai oublié de la poster.)

Réponse rapide pour l'Anonymat dans le Passé par la modification de souvenirs : hmmmm c'est chaud. Et d'ailleurs arf, le Précis a une coquille assez grosse à ce sujet malgré toutes nos relectures - la modification permanente de souvenirs est impossible (trop profond dans la barrière magique), tu peux infliger des modifications temporaires (illusions) mais elles fonctionneront comme des enchantements et ne pourront donc pas tenir plus de 24h à la louche (avec possibilité de renouvellement of course). Faudra qu'on corrige ça.

Quoi qu'il en soit, l'exploration et la modification des souvenirs c'est un truc particulièrement difficile à réaliser, et impossible à généraliser (chaque esprit / cerveau est son propre monde, avec sa propre grammaire de mémoire, ce qui signifie très concrètement que le souvenir d'un nom précis n'aura pas la même forme, la même position, etc. d'une personne à une autre, donc nécessitera un motif différent à chaque fois). Et comme de toute manière tu ne peux pas obtenir d'effet définitif, je pense que c'est énormément d'effort pour un effet incomplet.

Peut-être qu'elle a un pouvoir qui modifie son visage apparent, de sorte qu'elle semble être quelqu'un d'autre et échappe aux tentatives de reconnaissance ? Peut-être même qu'elle a changé de visage ? ... Mais c'est probablement un peu faible. Je continue d'y réfléchir !

Voir le profil de l'utilisateur http://beckyverse.com
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 06/01/2016
Brisé






Sam 6 Fév - 21:55

Yesssss merci pour ces précisions !!!! Je laisse cette possibilité de côté du coup, en tout cas pour Marigold  Twisted Evil

Le changement de visage me semble super intéressant, j'en viens à hésiter entre ça, des talents d'hypnose (plutot hors magie. mais dans ce cas la faudra sûrement que je retravaille un peu son histoire pour que ca s'insère bien), ou tout bêtement........ insérer une « petite » quête à son arc principal qui lui donne pour but de trancher la langue à qui pourrait se rappeler de son nom. Apres tout, comme le dit le proverbe bien connu : pas de langue, pas de problèmes.

Comme on en est plus à ça ma chère Parker, je vais te tenir la jambe une fois de plus 8D j'ai précisé « hors magie » pour l'hypnose parce que je voyais pas trop comment ca pourrait s'appliquer à un pouvoir ou à la magie (dans le système convenu) : est-ce que ca fonctionnerait via un fil de mana ? Les effets seraient temporaires comme pour la modification de souvenirs ? D'ailleurs, les pouvoirs / la magie influençant la psyché temporairement laissent-ils des séquelles ?

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 57
Age : 26
Date d'inscription : 01/09/2015
Éveillé






Dim 7 Fév - 0:38

De manière générale tout ce qui est "contrôler autrui" c'est un truc sur lequel on a imposé des limites assez drastiques parce que, well. C'est assez sale comme genre de magies, et ça risque de devenir broken assez vite si on y fait pas gaffe. C'est clairement un cas de worldbuilding motivé par des raisons éthiques et pratiques pour le coup.

En gros, la méthode privilégiée c'est l'illusion insérée via des fils de mana (tu utilises des illusions pour tromper le cerveau d'autrui et le mettre devant une réalité qui t'arrange, en t'interposant au niveau des connexions nerveuses avant qu'elles n'entrent dans la conscience). Tu ne pourras jamais directement provoquer une pensée (parce que la conscience "derrière les sens" est inacessible à la magie), mais tu peux toujours balancer des images gores et voir ce qu'il se passe (par exemple).

La limite principale (par design), c'est que la victime doit toujours avoir la possibilité d'échaper au contrôle en réalisant / décidant que sa perception a été dupée et en refusant de la prendre pour argent comptant. Auquel cas ton contrôle est brisé et si la victime t'a identifié comme l'auteur de l'illusion elle risque de s'en prendre à toi.

Du coup yep, effets temporaires, et ça ne laisse pas de séquelles a priori (en tout cas pas intrinsèquement). Si tu persuades la victime de sauter d'une falaise, y'aura des séquelles, mais ça ne vient pas à proprement parler de l'hypnose.
Voir le profil de l'utilisateur http://beckyverse.com
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 06/01/2016
Brisé






Jeu 11 Fév - 13:43

Ca se tient, merci pour toutes ces précisions !

Bon, j'ai fait un petit gloubi-boulga et plutôt que de lui rajouter des pouvwars majykks, j'ai joué une carte que je comptais jouer en RP What a Face (c'est pas plus mal, la situation me fait toujours autant rigoler)
Voilà ce qu'est donc devenu le paragraphe dont on parle ces derniers jours :

Anon6D a écrit:
Pour des raisons variées, Marigold s'est vêtue d'une cape d'anonymat. C'est la dernière chose qu'elle ait prise en main avant sa chute, et il lui fallut d'ailleurs beaucoup de recherches pour réussir à s'assurer que son nom serait oublié. Le faire oublier à qui pourrait le prononcer semblait difficile, mais elle avait au moins l'avantage de travailler sur une dimension finie. Les supports écrits furent brûlés, les silencieux furent payés et les bavards furent mutilés. Pour ce qui est de ses proches sur Terre, elle leur a fait un faux coming-out et tous sont maintenant persuadés qu'elle.. qu'il, pardon, s'appelle Thomas. Il lui fallait également s'assurer que personne dans le futur ne devinerait ni ne prononcerait son nom peu importe la méthode employée, et pour cela elle passa énormément de temps à amasser de l'argent pour payer l'Echangeur afin qu'il daigne "l'aider" une dernière fois. Mais ce dernier a été clair : le poids de ce fardeau reposera essentiellement sur ses épaules, et ce sera à elle et à elle seule de ne pas donner son nom. Pour sceller ce voeu de silence, il lui a tatoué un petit "1" sur la plante du pied droit. Un seul trigger, et pas le droit à l'erreur.

Par flemme pure, j'ai rien rajouté dans l'histoire à ce sujet (vu que cet aspect là n'y est de toute façon pas détaillé) mais si vous voulez je peux réparer ça ~

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 200
Age : 23
Date d'inscription : 23/07/2015
Éveillé






Lun 15 Fév - 16:48

COUCOU.

Ça fait un mois et demi que tu bosses activement sur cette fiche, félicitations, je viens pour te valider !!! Hehe. Super personnage, très ambitieux avec des idées super cool, tu nous a inspiré un PNJ super cool aussi, maintenant j'ai hâte de te voir évoluer sur le forum. Amuse-toi bien ♥


Bienvenue à Avalon

Bravo, ta présentation est validée ! Tu peux désormais te lancer sans retenue dans l'exploration d'Avalon. Commence par aller recenser ton avatar et, si tu le souhaites, l'occupation et les compétences de ton personnage.

Une fois que c'est fait, commence par faire le tour de la section de gestion des personnages : tu pourras y créer ta fiche de relations, ta fiche de RP, et la fiche d'évolution de ton personnage.

Si ton personnage est un pensionnaire de l'Orphelinat, poste dans le listing des chambres pour qu'on lui attribue une chambre ; s'il habite à Babylon même, n'hésite pas à venir compléter notre liste des habitations (inrp, tu peux demander un logement à l'Office du Tourisme ou au Quartier Général, ou bien en trouver un par toi-même et t'y installer arbitrairement). Enfin, si ton personnage est un commerçant établi à Babylon, viens le recenser dans la liste des échoppes du Quartier Commerçant.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 68
Date d'inscription : 06/01/2016
Brisé






Lun 15 Fév - 18:41

WE DID IT !!!!!

Je ne vous décevrai pas, promis.

_________________
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escapism :: IDENTIFICATION :: Dossiers d'Avalon :: Préfaces-