Never give up ◢◤ Kaerae
avatar
Messages : 83
Age : 17
Date d'inscription : 25/12/2015
Éveillé






Dim 3 Jan - 16:22




NEVER GIVE UP


Tu sautes. De plus en plus souvent. De plus en plus longtemps. Tu fuis. Tu fuis les mots tranchants. Tu fuis les regards arrogants et fiers. Trop fiers. Alors qu'il n'y a rien d'honorable à vos longs combats. Pourtant, toi aussi tu portes ce regard fier. Trop fier. Tu regardes de haut ton monde d'origine. Tu cherches à te convaincre que tu es exceptionnelle. Tu es bien mieux que lui, ton si arrogant petit frère. Tu es bien mieux qu'eux, ta si stupide famille. Tu as quelque chose qu'il ne pourront jamais avoir. Qu'ils ne sauront jamais. C'est ton secret. Ton jardin. Ton paradis. Tu as Avalon. Tu as Avalon et sa magie. Tu as Avalon et ses étendues inexplorées qui ne semblent être là que pour toi. Alors tu sautes. De plus en plus souvent. De plus en plus longtemps.

Encore aujourd'hui, tu t'es réfugiée dans ta chambre pour profiter de cet univers merveilleux. On ne te juges pas ici. Ou du moins, si on le fait c'est pour ce que tu es. Ce n'est pas par rapport à ton si parfait petit frère. Ici, il n'y a que toi. Blanche. La fille qui ne fait pas de magie. La fille qui désactive les motifs. Du moins c'est ce que tu as compris. Tu n'as aucune idée de comment marche tes capacités. Un mois que tu es là et un mois que tu cherches à comprendre. Mais rien n'est clair. Tu ne trouves pas. Mais aussi, Blanche, tu ne demandes pas. Tu cherches seule. Si seulement tu t'ouvrais un peu. Si seulement tu parlais de ce problème que tu ne comprends pas. Il y a bien sur Avalon des gens qui savent mieux que toi. Alors ose. Ose.

Mais tu n'oses pas. Tu passes devant les bâtiments mais tu n'y entre pas. Tu n'oses pas. Tu n'es pourtant pas timide. Alors pourquoi ? Parce que tu as peur. Tu as peur qu'on te déclare fausse mage. Tu as peur qu'on te renvoie chez toi sans que tu ne puisses dire quelque chose. Alors tu évites Babylon autant que possible et tu avances dans les forêts. Tu t'enfonces. Tu découvres avec tes yeux d'enfant les beautés de ce monde extraordinaire. Tu n'en reviens pas de pouvoir te promener ici. De pouvoir courir dans cette forêt verdoyante. Tu n'en reviens pas d'avoir tout ça à ta disposition. Et tu ne sais pas trop comment ça marche la vie ici. Alors tu préfères ne rien dire sur ton incapacité à créer des motifs malgré ton Éveil. Tu ne veux pas qu'on te bannisse d'Avalon. Cette idée que tu t'es mise en tête et peut-être improbable mais elle persiste et raisonne dans ta tête. Alors tu te caches un peu. Tu n'oses pas rentrer dans les cafés et dans les magasins. Tu as peu à peu compris que tu désactivais les motifs à proximité de toi. Tu ne sais pas pourquoi, ni comment mais c'est étrange. Il y a quelque chose de bizarre avec toi. Ce garçon qui essaie de faire naître le feu dans ces mains croit qu'il échoue. Mais c'est faut, c'est juste ta présence qui fait mourir les motifs.

Qui est tu Blanche ? Qu'es tu ? Que fais-tu ici ?

Alors pour passer cette frustration de ne pas savoir tu tapes. Tu tapes encore, toujours, plus fort. Sur les arbres hauts de cette orée de forêt. Ca n'arrangera pas tes problèmes mais au moins ça calme ta frustration. Après tout. Peu importe ce que tu frappes tu ne te blesses pas. Alors tu frappes. Qu'est ce que ça change  pour le monde. Rien. Strictement rien. Alors dans ce coin un peu isolé tu passes toutes tes frustrations. Tu tapes contre ton frère. Tu tapes contre ta famille. Tu frappes contre toi-même.

Jusqu'à ce coup. Un peu plus fort que les autres. Un peu plus rempli de frustration. Un peu plus rempli de rage. Ça n'aurait pu avoir aucun effet. Sauf que le tronc est affaibli par la multitude de coups que tu lui infliges depuis un bon moment. Et à ton ébahissement le plus complet, le bois se fissure et l'arbre perds l'équilibre. Il tombe à toute vitesse. En direction de quelqu'un. Et tu cries :

- ATTENTION !



made by .reed

_________________
Blanche Snow
I burn !
Can't hold me now,
You got nothing that can stop me.
I burn !
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 43
Age : 25
Date d'inscription : 22/12/2015
Éveillé






Dim 3 Jan - 23:41

Bien qu’encore largement inexplorée, la forêt entourant la grande ville de Babylon s’était déjà forgée une réputation de domaine où la nature conservait intégralement ses droits. L’activité étouffante du quartier Est y était remplacée par les bruits incessants de la faune locale, tandis qu’à la place des innombrables habitations du quartier Ouest se trouvaient des étendues infinies d’arbres aussi anciens les uns que les autres. Plus on s’éloignait de Babylon, plus les traces de passage d’êtres humains se faisaient rares, et passé une certaine distance, la forêt était considérée comme dangereuse car encore jamais foulée par un pied humain. Les animaux sauvages y régnaient en maître, et s’y aventurer seul aurait probablement été une mauvaise idée. C’est principalement pour cette raison que la plupart des gens souhaitant se tenter à une promenade de santé ne s’éloignaient de très peu de la ville, et se contentaient de parcourir les chemins naturels tracés par la nature tout en gardant en vue la ville de Babylon.

Aux alentours de cette dernière, parmi les sons des oiseaux gazouillant joyeusement dans l’après-midi silencieuse, le son d’une personne s’étirant put se faire entendre pendant quelques instants. Auprès d’un arbre, Kaerae prit une grande inspiration et regarda vers le ciel, un grand sourire illuminant son visage. La journée avait très bien commencé pour elle, et celle-ci n’avait fait que s’améliorer jusqu’à maintenant. Elle avait décidé d’assister aux cours dispensés à l’Orphelinat ce matin, et avait de nouveau constaté qu’elle s’amusait bien plus pendant ces séances que dans l’établissement classique dans lequel elle se trouvait avant de débarquer à Avalon, et elle trouvait les autres résidents avec qui elle s’était retrouvés tous adorables. Les cours étaient parfois agrémentés d’une séance d’éducation physique, à laquelle Kaerae ne manquait jamais, car il s’agissait souvent du meilleur moment pour s’amuser entre amis. La journée avait ensuite continué par une brillante découverte culinaire, où Kaerae avait emprunté la cuisine de l’Orphelinat sur un coup de tête pour faire des gâteaux avec tout le monde. Ça avait tellement bien fonctionné que l’intégralité des pâtisseries confectionnées étaient parties, et Kaerae n’avait même pas pu en gouter une. Malgré ça, elle était très contente que ça ait plu à tout le monde.

Une fois que le calme était revenu et que tout le monde était allé vaquer à ses activités, Kaerae avait décidé d’aller terminer la journée sur Avalon, dans la forêt aux alentours de Babylon. L’endroit était généralement calme, et il lui arrivait parfois d’aller explorer des recoins vers lesquels elle n’était encore jamais allé, ce qui n’était pas rare dans les alentours. Cependant, une des raisons pour laquelle elle s’était rendue dans cet endroit était parce qu’elle avait en vérité réussi à sécuriser un des morceaux de gâteau qu’elle avait préparé, et il se trouvait à l’intérieur de la poche qu’elle tenait à la main. Un large sourire se dessina à nouveau sur son visage lorsqu’elle posa les yeux sur cette poche, qu’elle décida d’ouvrir légèrement pour pouvoir observer l’intérieur. Le gâteau était à la framboise –il s’agissait du fruit préféré de Kaerae-, et était agrémenté d’une touche de chocolat. Elle n’avait pas pu y gouter, mais au vu des réactions des autres, elle avait dû réussir son coup, et elle allait enfin pouvoir en profiter.

Sa main approcha la part à l’intérieur de la poche, mais son geste s’interrompit quand elle entendit des bruits sourds retentir à travers la forêt. Tournant un peu la tête, la jeune fille se demanda d’où pouvaient venir ces bruits, puis identifia ces bruits comme des coups répétés sur des arbres, et en conclut qu’il s’agissait probablement de bucherons venus récupérer du bois pour l’hiver. Haussant légèrement les épaules et reportant son attention sur son gâteau, la jeune fille tendit de nouveau la main, avant de s’interrompre à nouveau en entendant un hurlement quelques mètres derrière elle, derrière l’arbre à côté duquel elle se tenait, pour être précis.

- ATTENTION !

Cette fois alerte, la jeune fille se retourna vers l’arbre à côté d’elle, et entendit un craquement sinistre. Ses yeux s’écarquillèrent en voyant le tronc de l’arbre s’arquer légèrement, puis pencher vers elle dangereusement. Elle avait du mal à croire ce qu’elle était en train de voir, mais ce qui lui arrivait était bien réel, l’arbre était en train de s’écrouler sur elle.

- E-Eeeeeeeh ?!

Le cri que Kaerae avait poussé était plus proche de la surprise que de la détresse, car heureusement pour elle, l’avertissement qui l’avait faite se retourner avait suffi à la faire réagir. Ne laissant pas place à la panique, la jeune fille plia ses jambes et sauta sur le côté, laissant l’énorme tronc tomber lourdement là où elle se trouvait quelques secondes auparavant. Se rattrapant sur une de ses mains, elle finit sa pirouette en retombant sur ses deux jambes, dérapant très légèrement pour reprendre son équilibre. Fronçant les sourcils, elle observa l’arbre qui se trouvait maintenant misérablement sur le côté. Kaerae allait se demander comment un tel objet avait pu se faire soulever de cette manière, mais elle remarqua vite la trace bien marquée sur le côté du tronc, il s’agissait d’une trace de poing. Pour une raison quelconque, l’esprit de Kaerae ne se dit pas que c’était ridicule qu’un arbre se soit fait plier en deux par un simple coup de poing, il lui indiqua simplement que la personne responsable se trouvait à peine plus loin. La jeune fille tourna la tête vers la personne en question et ne put s’empêcher de hurler.

- Hé, qu’est-ce qui te prend ?!

Mêlant à la fois surprise et frustration, le cri de la jeune fille pouvait aussi indiquer qu’elle était légèrement en colère. Si la personne en-dessous de l’arbre n’avait pas été quelqu’un d’aussi athlétique qu’elle, elle aurait probablement été aplatie sous la pression, et cette simple pensée lui fit serrer légèrement les poings. Ce geste lui fit réaliser une chose qui sembla la frustrer encore plus. La poche qu’elle tenait à la main il y a quelques secondes n’était plus là, elle avait dû la lâcher en effectuant son saut d’urgence. Tournant rapidement la tête autour d’elle, son regard finit par repérer la poche contenant son gâteau… en-dessous de l’arbre. Ce qui restait de la pâtisserie dépassait lamentablement du dessous du tronc, et cette vision fit hurler Kaerae une fois de plus.

- W-w-wawawaaaaah ?!

Posant les mains sur ses joues, la jeune fille ne savait plus quoi dire. Sa journée avait tellement bien démarré qu’elle ne s’attendait pas à voir arriver une chose pareille. Tournant à nouveau la tête vers la fille qui se tenait encore là, toutes sortes de sentiments traversaient l’esprit de la jeune fille à ce moment-là. Si on tenait compte de tous ces sentiments, elle devait probablement avoir l’air très énervée, et fixait l’autre fille en fronçant les sourcils.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 83
Age : 17
Date d'inscription : 25/12/2015
Éveillé






Sam 9 Jan - 19:58




NEVER GIVE UP


Y'a ces moments dans ta vie où tu te demandes ce que tu as fais de mal. Tu te demandes si y'a un quelconque dieu qui t'en veux. Si tu as fais quelque chose de mal dans une des tes vies antérieures. Tu te demandes si tu étais un de ses types psychotiques qui tuait tout ce qui croisait son chemin par plaisir. Tu te demandes si tu avais fait un truc terrible ou autre parce que tu étais sûr de n'avoir jamais fait d'assez grave dans cette vie pour mériter un tel bordel dans ta vie.

C'était exactement ton état d'esprit, Blanche. Comment par tous les diables de tous les enfers avais tu pu faire tomber un arbre aussi grand ? Tu te savais forte et tu te doutais qu'un de tes poings dans la face ne devait pas faire du bien mais être arrivée au point ou tu brisais un arbre ? Tu allais devoir faire attention pour ne pas blesser plus que raison. Si tu avais eu le temps tu aurais eu un moment de crainte envers  ce dont tu étais capable. Surtout que tu n'avais pas une égratignure. Tu n'y comprenais rien et plus tu grandissais plus ça te faisait flipper. Plus tu prenais conscience que c'était pas normal. Que y'avait un truc bizarre chez toi. Et tu n'aimais pas ne pas savoir ce qui ce passait avec toi-même.

Mais tu n'avais pas eu le temps d'y penser, parce, comme par hasard, pile au moment où l'arbre se déracine, quelqu'un passa. Et tout ce que tu peux faire c'est crier. Enfuis toi ! Sauve toi ! La jeune fille victime de tes bêtises semble bien se débrouiller et en quelques pirouettes et acrobaties que tu ne peux t’empêcher de regarder avec de grand yeux étonnés, elle s'en sort parfaitement bien et elle commence à te crier dessus. Pas qu'elle ai tord, tu aurais dû faire attention mais c'est bien la première fois que tu fais tomber un arbre à mains nues … Alors comment aurais-tu pu te douter qu'une telle chose se passerait ? Et puis tu n'aimes pas les reproches, tu relèves un peu ton nez et ta bouche vient former une moue boudeuse alors que tu t’apprêtes à répondre. Enfin, si on t'en laissait le temps. La miss aux cheveux verts poussa un cri désespéré. Bah quoi encore ? Tu te rapproches intriguée pour remarquer un bout de gâteau écrasé par ton tronc d'arbre. Huuum. Ok, là, c'est grave. Tu veux bien comprendre pourquoi elle te jette ce regard agacé.

Tu passes une main dans tes cheveux blonds, poussant un petit rire gêné. C'est ta journée. Pour une fois que tu as l'occasion de socialiser voilà que tu enchaînes les bourdes, il va falloir que tu te rattrapes. Peut-être que commencer par t'excuser serait une bonne chose non ? Mais tu n'es pas une habituée des excuses. T'es-tu déjà excusée ? Pas gagné. La seule personne à qui tu as déjà dû en donner c'est le Coach. Mais ne t'es tu pas déjà maintes fois répétée que Avalon c'était un nouveau départ ? Alors peut-être que des excuses c'est bien pour commencer. Même si tu n'aimes pas ça. Alors tu te lances, d'une petite voix par rapport à ton arrogance habituelle :

- Hum, désolée, je pensais pas que l'arbre tomberai comme ça … C'est la première fois que ça arrive. Enfin, désolée pour ton gateau, tu veux que nous allions en ville pour que je t'en prenne un nouveau ? Pour me faire pardonner, Grennie, je te l'offre.


Grennie, quelques minutes à peine que tu es face à elle que déjà, elle a un surnom. Voilà le retour de cette mauvaise habitude. Mais c'est mignon Grennie. Et le pourquoi est assez évident. Tu tentes un sourire mi-joyeux, mi-désolé. Tu te sens mal face à l'agacement de la jeune fille. Tu n'aimes pas qu'on ne te regarde pas avec de brillants yeux. Tu as l'habitude pourtant. Ici, comme là bas, tu n'es personne. Mais tu aimerais être quelqu'un. Quelqu'un qui compte. Quelqu'un qui brille. Qu'on admire. Tu aimerais qu'on ne parle de toi que par un de ses surnoms trop cool qu'on donne à certains explorateurs. Tu es bien ambitieuse. Mais peu importe. Tu as le droit de rêver après tout.

- Blanche Snow d'ailleurs. Encore désolée, Grennie.

Tu lui tends une main. Elle va la refuser. Oui. Non. Peut-être. Tu n'en sais rien. Tu oses juste. Pour une fois. Tu oses tendre une main.


made by .reed

_________________
Blanche Snow
I burn !
Can't hold me now,
You got nothing that can stop me.
I burn !
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 43
Age : 25
Date d'inscription : 22/12/2015
Éveillé






Mar 12 Jan - 13:32

L’esprit de Kaerae avait beaucoup de mal à décider quelle attitude elle devait adopter face à l’enchainement d’évènements présent. Il en fallait beaucoup pour arriver à pétrifier la jeune fille, et elle aurait peiné à se souvenir la dernière fois qu’elle s’était retrouvée sans voix devant une quelconque situation si elle avait été en état de penser clairement.  Et ça n’était manifestement pas le cas, car Kaerae réagit à peine quand la fille à ses côtés tenta de bafouiller des excuses, laissant son regard à moitié vide reposer sur son interlocutrice. Son état de choc était apparent, et il était difficile de dire si les mots de la fille aux cheveux blonds avaient atteint Kaerae ou non. Le corps de cette dernière décida de réagir le premier, si on pouvait appeler ça une réaction, en laissant ses bras retomber mollement sur ses côtés. Sa tête pencha légèrement, comme si elle était sur le point de pousser un soupir, et son regard se posa à nouveau sur ce qui restait ce son gâteau, en-dessous de l’arbre abattu.

Le conflit qui régnait en elle était en vérité assez simple à comprendre. Deux forces étaient en ce moment-même en train de se battre en elle pour obtenir le contrôle de son comportement. La première était primitive et agressive, et correspondait bien à son caractère assez impulsif. Une partie d’elle avait besoin d’extérioriser toute la frustration qu’elle ressentait en ce moment et elle ne connaissait pas d’autre moyen de le faire qu’avec ses propres poings. La seconde était plus reposée et mature. Kaerae avait souvent évalué que sourire, même dans la pire des situations, était un bon moyen de garder son optimisme et de rapprocher les personnes autour d’elle. Etait-il cependant possible de garder le sourire dans une telle situation ? Inconsciemment, sous la pression de ces questions qui bourdonnaient dans sa tête, Kaerae avait serré les poings, et tremblait très légèrement, d’une façon presque indiscernable, en gardant le regard fixé sur l’arbre qui était couché devant elle.

Il était impossible de dire combien de temps elle était restée plantée là, ni combien de temps la jeune fille à côté d’elle était restée plantée avec sa main tendue. Lentement, presque d’une manière mécanique, Kaerae tourna sa tête vers cette main et la contempla un instant, qui aurait pu être quelques secondes comme quelques heures. Puis un déclic sembla se provoquer à l’intérieur de son esprit, la faisant cligner des yeux. Sentant des fourmis dans ses mains, la jeune fille finit par enfin desserrer les poings, et prit une grande inspiration. Le soupir qu’elle poussa ensuite sembla évacuer tout le conflit qu’elle venait de vivre, et elle se donna même quelques petites claques sur les joues en secouant la tête, comme si elle venait de se réveiller. Ca n’avait pas été facile, mais Kaerae avait retrouvé à peu près toute sa tête. Si elle avait bien saisi, la jeune fille en face d’elle s’était présentée.

- Kaerae. Kaerae Blythe…

Sa voix était légèrement moins enjouée que d’habitude, mais dans un certain sens, c’était mieux que de hurler. Elle se saisit de la main qui lui était tendue, en essayant de sourire le plus sincèrement possible. Même si elle se forçait légèrement, il ne s’agissait pas d’un sourire hypocrite, c’était sa façon à elle de permettre à son esprit de retrouver de son optimisme naturel. Après tout, la fille en face d’elle semblait avoir fait un effort pour s’excuser, et elle ne semblait vraiment pas avoir voulu lui faire de mal. Les pensées positives revinrent peu à peu dans l’esprit de Kaerae, et elle percuta enfin ce que Blanche lui avait dit quelques instants plus tôt. C’était encore un peu flou, mais si elle avait bien saisi, elle avait proposé d’aller en ville pour se racheter de l’accident qu’elle venait de provoquer. Kaerae ouvrit la bouche pour lui donner sa réponse, puis s’interrompit, une idée lui venant soudainement en tête. Elle posa une fois de plus son regard sur l’arbre qui gisait lamentablement à leurs côtés, mais cette fois, son attention n’était pas portée sur son dessert, mais sur la trace de poing bien marquée qui faisait presque tâche dans le tronc autrement impeccable.

- Dis, Blanche…

Un sourire resplendissait à nouveau sur son visage. Cependant, ce sourire était entièrement différent du dernier, et était à la fois sincère et espiègle. Les yeux encore fixés sur l’empreinte de Blanche, la jeune fille aux cheveux verts se mis à nouveau à légèrement trembler, inconsciemment. Ce qu’elle ressentait cette fois était clair : il s’agissait d’excitation. Elle n’aurait pas été capable de l’expliquer clairement, mais voir quelqu’un faire s’écrouler un arbre d’un seul coup de poing l’avait assez impressionnée, et il n’y avait aucun doute sur le fait qu’elle voulait en voir plus. Maintenant, elle était curieuse de savoir ce que Blanche pouvait faire, et les mots quittèrent sa bouche avant même qu’elle ait eu le temps d’y réfléchir.

- Ça te dirait de te battre ?

Elles venaient de se rencontrer et elles ne se connaissaient même pas encore, mais c’était maintenant tout ce qui occupait l’esprit de la jeune fille. Elle ne savait pas comment Blanche le prendrait, elle ne savait même pas si elle accepterait, mais demander n’avait jamais fait de mal à personne. Dans tous les cas, se battre l’aiderait à oublier ce qui s’était passé un peu plus tôt, et à évacuer la frustration qu’elle ressentait encore un peu malgré elle. Ce n’était peut-être pas une réaction très mature, mais ça l’était toujours plus qu’attaquer sans réfléchir, et elle en était consciente. Elle leva légèrement sa main devant elle, en pointant son doigt vers le ciel.

- Ah, pas pour se faire mal, mais pour se défouler un peu, comme un match amical. On peut aller goûter après.

Kaerae avait une fois de plus parlé sans réfléchir, mais elle n’y pouvait rien, elle est comme ça, et elle en souriait. Elle n’avait aucun doute sur le fait que Blanche était très forte, mais Kaerae ne doutait pas non plus de ses propres capacités. La jeune fille avait passé son enfance à bouger, et sa scolarité à apprendre à se battre en club, et c’était son agilité qui lui avait permis d’éviter la chute de l’arbre un peu plus tôt. Est-ce qu’elle y voyait aussi un test en posant cette question à Blanche ? Elle-même n’en avait aucune idée. Peut-être parce que tout le monde était gentil avec elle à l'Orphelinat, elle ne pouvait pas leur demander une chose pareille, et son amie d'enfance Mélia n'était plus là pour ça non plus. En fait, la fille en face d'elle était presque l'occasion parfaite de se bouger un peu.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 83
Age : 17
Date d'inscription : 25/12/2015
Éveillé






Mar 19 Jan - 11:48




NEVER GIVE UP


Tu restes la main tendue pendant longtemps. Très longtemps. Trop longtemps. Elle va refuser. Elle va t'ignorer. Tu es là, la main tendue, vers quelqu'un, pour la première fois de ta vie. Et cette personne refuse ? Reste calme Blanche. Ça fait partie de la vie. Il y a des réussites et des échecs. Des victoires et des coups durs. Et si tu dois te prendre un revers de médaille aujourd'hui et bien, tu le prendra dignement. Tu reculeras ta main, et tu t'en iras après avoir laisser à la demoiselle de quoi rembourser son gâteau. On a dit quoi à propose du contrôle de soi ? On se maîtrise. On fait pas la con. On fait pas la gosse capricieuse. Tu es au dessus de ça. Pourtant déjà, ta bouche se fend d'une moue boudeuse et tes sourcils se foncent. Tu n'aimes vraiment pas l'échec, Blanche. Tu n'aimes pas qu'on te refuse quelque chose et ce silence, ce blanc entre vous d’agace au plus au point. Comment ose-t-elle ? Tu te contiens. Ne fait pas ta gosse pourrie gâtée.

Et enfin, soulagement. Elle te répond. C'est déjà ça. Kaerae. Grennie. Puis comme si elle avait entendue ta rage intérieure elle se saisit de ta main. Tu n'es pas rejetée. Tes excuses sont acceptées et par ce geste vous avez fait table rase. Intriguée par l'injonction de la la jeune fille, tu inclines légèrement la tête suivant son regard vers l'arbre. Tu ne comprends toujours pas d'ailleurs. Comment peux-tu renverser ainsi un arbre ? C'est sûrement ce que se demandait ta camarade. C'est pas courant les grosses brutes qui défoncent les arbres innocents. Et il faut croire que ça intrigue. Tu as un léger bruit surpris à la proposition de Kaerae. Se battre ? Elle t'en veut tant que ça ? Les sourcils froncés, tu t’apprêtes à rétorquer vertement. Vraiment, elle se prend pour qui ? Sait-elle au moins qui tu es pour te défier ainsi. Et aussi rapidement que tu t'es énervée tu te calmes. Noir ou Blanc. Tu as toujours été comme ça. Mais peut-être qu'il faudrait que arrête de ne pas laisser les gens finir leurs phrases. Surtout quand en fait de compte c'était surtout une bonne occasion de tester le style un peu bâtard sur lequel elle s’entraînait.

- Et bien, j'espère que tu n'as pas peur de te prendre une raclée !

Tu lui fais un clin d’œil, d'un coup surexcitée et prête à l'action. Tu n'es pas de ces gens qui restent enfermée toute la journée. Tu es une fille de l'extérieur. Tu aimes explorer. Tu aimes sentir le vent dans tes longues boucles blondes. Et la jeune fille fasse à toi à l'air d'être du même acabit. Alors pourquoi lui refuser ce combat ? Tu as envie de te battre de toute façon. Enfin, quand n'as tu pas envie de te battre, c'est ton refuge le combat. Avec un clin d'oeil pour Grennie, tu adoptes une posture stable. Bien plantée sur tes deux pieds, les poings relevés en posture défensive, le regard concentré. Tu es soudainement bien plus sérieuse. On déconne pas avec le combat.

Tu es quelqu'un d'autre en combat. Si en temps normal, tu piques et taquines, comme tu l'as fait avant de te mettre en garde, quand tu rentre sur le ring tu n'es plus Blanche Snow. Tu es Victoire. Tu penses Victoire. Tu agis Victoire. C'est un match amical ? Qu'importe. La Victoire est toujours ton objectif principal. Et maintenant, qu'elle ose la Grennie. Qu'elle ose s'approcher du mur de fer. Qu'elle tente de te faire bouger. Première étape de la stratégie que tu veux essayer, ne pas bouger. Laisser l'adversaire s'approcher et taper. Repousser les assauts. A la main. Aux cuisses. Avec tout ce que tu peux. Tu es en posture défensive.

Déjà, ton esprit spécule. Elle est fine et agile. Elle doit pratiquer un art martial. Tu sais pas trop quoi, mais tu es convaincue qu'elle use énormément de la souplesse dont tu n'as eu qu'un échantillon toute à l'heure. C'est le genre d'adversaire contre lesquels tu as le plus de mal. Ce n'est pas pour rien que tu vas la laisser venir à toi. Courir après une anguille, très peu pour toi. Tu as déjà donné. Tu as essayé, mais tu es trop grande, trop imposante pour suivre le rythme. Tant pis. Ton style c'est du frontal. Tu n'as peur de rien. Tu tapes et tu tapes. Mais encore faut-il arriver à toucher. Tu sens que là va être toute la difficulté de ce combat. Réussir à saisir Grennie.

Mais qui sait. Peut-être te trompes-tu et que Kaerae est du même genre que toi. A savoir, une grosse bourrine.


made by .reed

_________________
Blanche Snow
I burn !
Can't hold me now,
You got nothing that can stop me.
I burn !
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 43
Age : 25
Date d'inscription : 22/12/2015
Éveillé






Mer 3 Fév - 15:12

L’excitation avait pris le dessus sur tous les autres sentiments qu’avait pu ressentir Kaerae jusqu’à présent. Le sourire éclatant qui s’était dessiné sur son visage durant ces dernières secondes s’était agrandi de nouveau en voyant Blanche lui sourire à son tour puis changer de posture pour une position plus adaptée au combat. Kaerae s’était attendue à moitié à un refus de la part de sa nouvelle camarade, étant donné l’imprévisibilité de sa simple requête, mais ses inquiétudes n’étaient apparemment pas nécessaires. De toute évidence, son intuition avait été bonne, Blanche était elle aussi du genre à se défouler en bougeant. Et si cette dernière était assez forte pour faire tomber un arbre d’un simple coup de poing, il y avait de grandes chances pour qu’elle soit un adversaire redoutable.

Kaerae l’entendit vaguement prononcer quelque chose à propos d’une raclée, mais la jeune fille n’écoutait déjà plus son adversaire, elle avait légèrement fermé les yeux pour mieux se concentrer et semblait prendre de longues respirations, de plus en plus silencieuses. Elle laissa lentement tomber ses bras sur les côtés, et leva un peu la tête. A chaque inspiration, elle contractait ses muscles, puis les décontractait lentement lors qu’elle expirait. C’était sa façon de se préparer avant un combat, garder son corps actif tout en calmant son esprit, afin d’affiner ses réactions et utiliser son instinct pour l’aider à réagir. C’était comme tenter de garder un feu actif tout en l’empêchant de brûler tout autour de lui, elle devait échauffer son corps pour ne pas que le feu s’éteigne, mais garder la tête froide pour ne pas qu’il réduise tout en cendres. Etre sauvage et rationnelle à la fois.

En face d’elle, Blanche semblait s’être elle aussi préparée à sa manière. Elle venait de bien ancrer les pieds au sol, et avait relevé ses poings à hauteur de son visage, mettant en évidence sa préférence pour une position défensive. Observant calmement, Kaerae put constater que la posture de sa camarade était impeccable, aucune ouverture n’était visible et exploitable dans l’immédiat. De toute évidence, l’expérience au combat de Blanche allait plus loin que le simple abattage d’arbres. A cette pensée, Kaerae dut de nouveau réprimer les quelques frissons d’excitation qui venaient la démanger, se presser de foncer droit devant n’amènerait rien de bon en face de quelqu’un sachant se battre. Cette réaction pouvait être étonnante venant de la jeune fille, qui avait l’habitude de s’attirer des ennuis à cause de son impulsivité, mais son instinct l’avertissait du danger en face d’elle depuis qu’elle avait commencé à se calmer, et l’encourageait vivement de ne pas se presser. Elle ne s’attaquait pas à un adversaire facile.

Lentement, toujours sans quitter Blanche du regard, Kaerae prit elle aussi une position plus adaptée au combat. Elle écarta les pieds et se tourna légèrement en baissant son centre de gravité. Relevant un peu les épaules, elle recula un de ses poings fermés jusqu’au niveau de son torse, puis leva légèrement son autre main ouverte dans la direction de Blanche. Cette posture n’était pas quelque chose qu’elle avait appris dans les multiples clubs qu’elle avait fréquenté et ne correspondait pas vraiment à un style particulier, il s’agissait simplement de la position dans laquelle elle parvenait le mieux à se synchroniser avec son propre corps. Sa respiration rythmait les battements de son cœur, qu’elle ressentait depuis sa tête jusqu’au bout de ses doigts. C’était comme si une rivière était apparue en elle, faisant circuler son énergie calmement à travers son corps, et dont les vagues correspondaient à ses propres mouvements. Cette rivière, Kaerae s’apprêtait à la faire rugir.

La jeune fille considérait toujours ses adversaires avec le plus grand respect, et elle n’oserait jamais prendre un combat à la légère de peur de froisser son adversaire. Par conséquent, voir Blanche se préparer ainsi pour un combat qu’elles avaient déclaré comme amical motivait encore plus la fille aux cheveux verts à faire de son mieux pour qu’elles en profitent toutes les deux au maximum. Si elle n’avait pas été aussi concentrée en cet instant, Kaerae aurait probablement sauté de joie.

Au lieu de ça, la jeune fille se concentrait sur la personne en face d’elle et ses alentours. Le silence était retombé dans la clairière ou les deux jeunes filles se trouvaient, puis une certaine tension commença à s’élever autour d’elles tandis qu’elles se fixaient du regard. Kaerae était plutôt du genre à s’adapter au style d’un adversaire et à réagir en conséquence avec ses propres mouvements, elle était donc en train d’attendre une réaction de la part de Blanche. Cette dernière, cependant, avait adopté une position défensive, ce qui suggérait clairement qu’elle était prête à encaisser n’importe quel coup que Kaerae oserait lui envoyer. Par conséquent, aucune des deux filles ne bougeait d’un pouce, attendant patiemment que l’autre engage une première action. Cette situation de statut quo faisait peser l’atmosphère entre les deux adversaires tandis qu’elles s’affrontaient du regard, faisant monter la tension aux alentours au point d’en faire taire les animaux qui passaient paisiblement par là.

Les secondes passaient, jusqu’à devenir des minutes. Aucune des deux filles n’osait casser la tension qui s’était formée, car agir en premier reviendrait à permettre à l’adversaire de réagir en conséquence, et aucune des deux combattantes ne savait de quoi l’autre était capable, rendant l’approche difficile. Dans cette situation, même respirer demandait un effort colossal, car un moindre instant d’inattention pouvait leur couter la victoire.

Puis, soudainement, elle s’élança.

La tension entre les deux filles s’était brisée d’un seul coup, comme si la foudre avait soudainement frappé le sol sans signe avant-coureur. Kaerae n’avait attendu aucun signal particulier pour démarrer cet affrontement et elle n’avait pas succombé à la pression imposante qui régnait la seconde d’avant, son corps avait simplement réagi par instinct en signalant que ce combat pouvait enfin démarrer. Attendre d’avantage ne servait à rien. Elle s’était élancée vers Blanche à toute vitesse en restant très près du sol, réduisant rapidement la distance qui se trouvait entre elles. Puis, au dernier moment, elle plongea vers le sol avant de sauter vers son adversaire, mais altéra rapidement sa trajectoire en faisant pivoter son corps afin de passer derrière Blanche.

Etant donné la position de Blanche, l’attaquer de front aurait été une erreur. Cette dernière était prête à recevoir n’importe quel assaut et n’avait aucune ouverture dans sa garde. Par conséquent, Kaerae en avait déduit que la meilleure tactique à adopter était de la surprendre, pour essayer de trouver une ouverture en forçant son adversaire à se remuer un peu. En la prenant de vitesse, il y avait une chance pour qu’elle obtienne l’avantage.

Encore dans les airs, Kaerae fit une fois de plus pivoter son propre corps pour pouvoir enfin délivrer un coup à Blanche. Comme cette dernière s’attendait à une attaque de front avec Kaerae qui arrivait en face d’elle, il était normal que ses arrières soient moins protégés, et la fille aux cheveux verts comptait là-dessus pour pouvoir passer à l’offensive. Elle lança donc sa jambe en direction de la nuque de Blanche pour lui asséner un coup de pied. Kaerae comptait en général plus sur son agilité et des coups précis pour submerger rapidement ses adversaires, mais la jeune fille était consciente d’adopter une attitude offensive était parfois nécessaire.

Cependant, son mouvement s’interrompit brusquement avant d’avoir pu se terminer, tandis qu’une soudaine intuition lui vint à l’esprit. Avait-elle véritablement réussi  à prendre Blanche de vitesse aussi facilement ? La jeune fille blonde n’avait pas l’air d’un adversaire étourdi, et elle avait l’air d’avoir suffisamment d’expérience en combat pour s’attendre à  ce que Kaerae venait de tenter. Même sans être capable de complètement éviter une attaque, un adversaire averti tenterait néanmoins une parade ou une esquive pour minimiser les dégâts et contre-attaquer ensuite. Blanche, quant à elle, n’avait simplement pas bougé, comme si elle estimait que n’importe quel coup que Kaerae s’apprêtait à porter se trouverait être inefficace, comme si elle était un mur en béton qu’on voulait attaquer à coup de billes en plastique.

Préférant écouter son instinct plutôt que ses envies d’en découdre, la jeune fille retira toute la force qu’elle avait placé dans sa jambe, puis se servit de celle-ci pour s’appuyer sur le dos de Blanche et se propulser un peu plus loin derrière elle. Atterrissant gracieusement sur ses deux pieds, Kaerae se remit instantanément dans la position qu’elle avait adopté un peu plus tôt en se tournant vers Blanche. Elle fronça légèrement les sourcils, mais retrouva son sourire quelques secondes plus tard. Ce combat n’allait pas être facile, mais la force brute n’était pas la seule manière d’emporter une victoire. Dans tous les cas, Kaerae semblait déjà beaucoup s’amuser.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 83
Age : 17
Date d'inscription : 25/12/2015
Éveillé






Mer 24 Fév - 11:27




NEVER GIVE UP


Le silence est presque religieux. Chacune des deux jeunes filles se préparaient. Intérieurement et extérieurement. Hors de question pour toi de sous estimer ton adversaire. Tu aimes la saveur de la victoire et tu as toujours été sérieuse dans tes batailles. Coach te l'a bien assez répété « Ce n'est pas l'habit qui fait le moine, Blanche. Regarde toi dans un miroir. » et les paroles de Coach avait toujours été la base de ta réflexion. Comme tout les gosses du Gymnase en fait. Vous auriez put vous appelez les enfants perdus et intérieur et façade se serait coordonnées. Tu fais rouler tes épaules. Tu n'as spécialement besoin d'un échauffement. Tu viens de passer un bon moment à taper sur un tronc d'arbre. Ça passe crème en échauffement. Tiens, pour rire, tu proposeras ça à Coach la prochaine. Fou comme il est il adopterai l'idée et t'as bien envie de voir les crétins qui jouent aux durs se péter les phalanges.

Vos regards sont ancrés l'un dans l'autre. C'est génial de trouver une adversaire qui te donne des frissons de part l'intensité qu'elle dégage. Ses yeux, ses gestes … Ce n'est pas une débutante et sa posture te l'indique immédiatement. Tu remontes encore un peu tes poings. Tu ne reconnais pas la posture dans laquelle elle s'est positionnée. Pas un sport de combat de ton avis. Un sport martial. Mais ça tu connais pas trop. Tu as bien envie de t'y intéresser et Grennie t'offre une occasion plus que parfaite. Elle est forte. Tu le ressens dans tout ton corps. L'adrénaline monte mais comme toujours, en restant parfaitement calme tu la maîtrises. Un accident t'as bien suffit. Tu as changé depuis. Tu es capable de te maîtriser. C'est un match amical en plus. On ne va pas aller casser un bras sous le coup de l'émotion. Tu t'en voudrais tellement.

Plus que vos yeux, c'est tous vos  corps qui entraient en communication. Le proverbe « Soit proche de tes amis mais encore plus de tes ennemis » prenait tout sens dans ce genre de situation à tes yeux. Pas que tu considérais Grennie comme une ennemie mais elle était ton adversaire pendant ce semblant de combat. Enfin, semblant. Tout était relatif. La tension montait. Aussi têtue l'une que l'autre, vous restiez là, les yeux dans les yeux. Quiconque serait passé par là aurait été happé par cette atmosphère presque dérangeante mais dans laquelle tu te sens si bien. Tu ne te sentais jamais aussi vivante que pendant ses moments là. Tu avais l'impression que tu pouvais tout ressentir. L'oiseau posé sur une branche. La famille de sanglier. La branche qui dépasse du sol. Tu ressens tout ça. Tu analyse tout ça. Plus rien ne compte et la pression monte. Et monte. Et monte.

Rien ne bouge. Pas même vous. Pas même les animaux. Le vent lui même semble s'être stoppé. Une goutte de transpiration roule sur ta joue. Pas un seul moment ta garde n'a bougée. Les combats de volonté tu connais. Mais là, c'est plus que de la volonté. C'est deux cœurs qui battent sur une même fréquence. Il n'y a pas de moment plus intime entre deux personnes que celui là à tes yeux. Tu connaîtras bien mieux Grennie après ce combat qu'après toutes les heures possibles et imaginables de blabla. Tu es contente qu'elle t'ai proposé ce combat. Vraiment heureuse.

Un éclair vert. Ça commence. Toute la tension tombe dans la clairière. Les animaux recommencent à bouger et lui semble sentir un coup de vent. La vie reprend son court alors que tu te prépares à encaisser le coup frontal qu'elle semble vouloir te porter. Tu doutes de l'utilité de son attaque, tu parviendras sans aucun doute à la repousser. Peut-être est-ce juste là un coup pour tester sa résistance ? En tout cas elle approche, et tu vas tout faire pour qu'elle ne s'éloigne pas.

Rien de tout cela finalement. La jeune fille au cheveux vert était décidément pleine de surprise. Ce qui ressemblait au premier abord à un assaut frontal n'était qu'une ruse. Ton visage s'éclaira et presque aussitôt, tu décontracte l'avant de son corps pour durcir ton dos. Tu ne bougerais pas. Tu savais parfaitement que le coup qu'elle allait te porter n'était qu'un test et il ne te ferais pas mal. Un arbre ne t'avais pas fait mal alors la petite demoiselle aux cheveux vert ? Tu ne sous estimes jamais tes adversaires mais encore aucun d'un n'a compris qu'il faudrait t'avoir par la ruse et t'acculer de sorte à ce que tu tombes et que tu ne puisses plus rien faire. Ça n'était arrivé qu'une seule fois. Coach t'avais détruite ce jour là. Et tu avais promis de ne plus sous estimer tes adversaires.

Le coup que tu attendais n'arrive pas. Grennie se contente de rebondir sur ton dos pour partir un peu plus loin. Tu te retournes rapidement, un grand sourire sur les lèvres. Elle n'a pas frappé. Pourquoi n'a t-elle pas frappé ? Elle aurait parfaitement pu. Sa nuque était à découvert et elle ne s'était pas posée en parade. Aurait-elle ? Serait-elle ? Quelqu'un qui lui offrirait un véritable challenge. Quelqu'un qui saurait la mettre en difficulté. Quelqu'un qui aurait compris que frapper ne marcherai pas. Ton sourire est immense. Tu t'amuses tellement. Plus question de tergiverser. Tu passes à l'attaque.

Tu n'as jamais été très douée pour faire le genre d'acrobatie que Grennie semble apprécier. Après tout, tu fais de la savate et même si tu possèdes maintenant un style qui t'es propre, tu as toujours tes réflexes de pratiquante. Tu t'élances. Quelques pas suffisent à rejoindre Grennie. A toi de faire un test. Tu tapes, d'un point de vue extérieur on pourrait croire que tu tapes au hasard mais loin de toi cette pensée. Tu tapes aux points faibles. Même le plus infime. Tout ce que tu ressens c'est que tu tapes, et tu as appris à taper aux bons endroits. Ton adversaire est douée. Elle esquive tes assauts et finalement, tu recules.

Ce combat s'annonce vraiment intéressant. Il est temps de passer au chose sérieuse. Tu laisses deux minutes, qui durent des heures dans cette situation, puis à nouveau tu t'élances. De ta jambe droite, tu tentes un croc-en-jambe et quand tu juges l'attention de la demoiselle assez basse, tu envois ton poing pour un violent uppercut dans le nez.  


made by .reed

_________________
Blanche Snow
I burn !
Can't hold me now,
You got nothing that can stop me.
I burn !
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 43
Age : 25
Date d'inscription : 22/12/2015
Éveillé






Jeu 31 Mar - 17:14

Le sourire de Kaerae semblait ne pas vouloir s’éteindre, et c’était compréhensible. Dans un combat, elle cherchait à ressentir toutes sortes de choses, qu’il s’agisse de la tension montant avant que les deux adversaires ne s’élancent l’un vers l’autre, de l’électricité voyageant entre leurs regards, ou de la montée d’adrénaline qui pousse à se surpasser. En l’occurrence, le début de ce combat l’avait déjà comblée, et elle sentait que ce sentiment ne ferait que se renforcer en continuant. Elle sentait qu’elle allait se donner à fond, ou plutôt qu’elle allait être obligée de se donner à fond si elle voulait avoir une chance de faire durer un peu ce moment.

Après la pirouette improvisée de Kaerae sur le dos de Blanche, cette dernière se retourna rapidement vers son adversaire, avec le même sourire affiché sur son visage. Elle avait l’air extrêmement satisfaite de la réaction de son adversaire, faisant conclure à Kaerae qu’elle avait probablement eu raison d’écouter son instinct et d’arrêter sa première attaque. Une chose était maintenant sûre, Blanche ne pouvait pas être blessée, ou du moins, elle était suffisamment convaincue de ne pas pouvoir l’être pour rendre les assauts inutiles. Qu’il soit possible ou non de la blesser, elle ne fléchirait pas devant une attaque.

Kaerae allait devoir trouver un autre moyen que les assauts directs pour prendre l’avantage. Cette idée aurait pu être un sacré désavantage pour elle, mais le fait de savoir que les assauts étaient inutiles lui permettait de ne pas avoir à en faire du tout. Par conséquent, elle économisait ainsi son souffle et pouvait se concentrer sur l’esquive et la défense en attendant de trouver une solution à ce problème. De son coté, Blanche n’avait pas l’air de s’inquiéter de ce genre de choses, et n’attendit pas un instant avant de s’élancer de nouveau vers Kaerae. Blanche n’était pas aussi rapide que Kaerae, mais chacun de ses pas étaient dénués d’hésitation, comme si elle savait que rien sur son passage n’aurait pu l’arrêter. Instinctivement, Kaerae savait que c’était le cas. Même le plus dense des murs en béton n’aurait pu arrêter la force majeure qui se dirigeait vers elle.

Et pourtant, elle n’avait pas envie de bouger.

Elle aurait pu faire un saut sur le côté ou tout simplement reculer pour lui permettre d’avoir plus de temps pour réagir, mais ses pieds étaient fermement ancrés dans le sol, et son regard fixé sur Blanche qui approchait à toute vitesse. Si elle voulait avoir une chance dans ce combat, affronter Blanche au corps à corps pour comprendre son style de combat serait plus efficace que courir. Mais il y avait plus que ça encore, Kaerae avait vraiment envie de ressentir les frissons qu’elle prévoyait de ressentir devant un assaut pareil, et passer à côté aurait été criminel. Tant pis pour la sécurité, elle n’aurait qu’à éviter les coups un par un plutôt que tous en même temps, et si elle n’y arrivait pas, c’est qu’elle n’était pas assez forte.

Moins d’une seconde plus tard, Blanche était devant elle, poings levés. Kaerae reporta toute sa concentration sur les coups qui commençaient à pleuvoir sur elle. Pour le moment, la jeune fille blonde se contentait d’attaquer simplement, mais efficacement. Chaque coup qu’elle portait aurait pu terminer le combat en un instant si Kaerae ne les avait pas évités. A la tête, dans le cou, dans le ventre, Kaerae faisait de son mieux pour voir la cible des coups qui lui étaient portés, et arrivait à les éviter, parfois de justesse. Sachant qu’elle ne pouvait pas attaquer, Kaerae avait calmé un peu sa respiration, et parvenait à effectuer des mouvements aussi fluides que possible, afin de ne jamais rester immobile pour éviter de donner à son adversaire une occasion de la frapper.

Blanche mit fin elle-même à son assaut, et recula légèrement. Kaerae pris une longue inspiration avant de se replacer calmement sur ses deux jambes. Il lui avait fallu toute sa concentration pour éviter les assauts de son adversaire, mais elle avait su rester calme et n’avait pas perdu son souffle. Ni son sourire, d’ailleurs. Elle avait bien fait de ne pas refuser cet assaut.

La tension remonta légèrement entre les deux filles. Blanche devait maintenant savoir que des attaques aussi simples ne fonctionneraient pas sur Kaerae, et allait donc devoir changer de tactique. La blonde pouvait se permettre de prendre tout son temps, car sa situation n’était pas aussi désavantageuse que celle de son adversaire. Kaerae, quant à elle, ne pouvait pas se permettre d’attaquer aussi facilement, et en était réduite à attendre que Blanche fasse le premier pas. Cependant, vu l’enthousiasme que cette dernière avait pu montrer lors de son dernier assaut, il y avait peu de chances pour qu’elle n’attaque pas une fois de plus.

Les secondes passèrent, jusqu’à ce que Blanche se mette à nouveau à bouger. Kaerae remarqua que son rythme avait légèrement changé, elle devait avoir trouvé un nouvel angle d’attaque. Blanche se rapprocha à nouveau et attaqua soudainement avec sa jambe droite en direction des jambes de la jeune fille aux cheveux verts. Kaerae fronça les sourcils en voyant le danger qui s’annonçait, et se dit que l’angle d’attaque était le meilleur que Blanche aurait pu trouver. Etant donné l’agilité de Kaerae, Blanche cherchait naturellement à entraver ses mouvements en visant ses jambes. Ainsi, elle ne pouvait que tenter d’éviter l’attaque, la rendant prévisible dans chacune de ses réactions. Une attaque de ce genre était dangereuse pour l’attaquante, mais si cette attaquante ne ressentait pas la douleur, ce désavantage disparaissait.

Plusieurs choix se présentaient donc à Kaerae. Elle pouvait essayer d’attaquer Blanche en avançant, mais elle se doutait qu’il ne s’agissait pas d’une bonne idée. Elle pouvait aussi sauter vers l’arrière et reculer, laissant ainsi le temps à Blanche de réagir et de continuer à l’attaquer, ce qui, au final, ne changerait pas grand-chose à la situation actuelle. Finalement, Kaerae choisit de sauter sur place, se penchant légèrement pour continuer à faire face à Blanche. Ca n’était pas l’action idéale à adopter pour ce genre de situation, mais au moins, Blanche ne pourrait l’attaquer que d’une seule façon, et elle pourrait réagir en conséquence.

Blanche réagit instantanément et envoya un uppercut en direction du visage de Kaerae. Penchant la tête sur le côté, cette dernière évita de justesse un coup qui aurait pu faire s’écrouler une maison entière. La force de son poing était telle que Kaerae sentit le vent siffler violemment dans son oreille, et sentit sa chevelure verte virevolter sous l’air déplacé. Elle sentit un léger picotement sur le haut de sa joue, et constata que même si le coup ne l’avait pas touchée, l’air avait été déplacé de façon si brutale qu’une légère égratignure s’était formée à cet endroit. Ca n’était pas grand-chose, mais c’était néanmoins la première touche que les deux adversaires avaient pu faire lors de ce combat, et c’était Kaerae qui avait été la première touchée.

Et pourtant, son sourire s’était reformé, plus brillant que jamais.

Kaerae s’était rarement aussi amusée. Une des rares autres personnes ayant réussi à la blesser était son amie Mélia, qui était la seule ayant eu une chance de la battre, et ça remontait déjà à quelques années en arrière. Elle n’avait pas ressenti un tel frisson en plein combat depuis ce jour, et elle était presque surprise de voir à quel point ce genre de choses lui avait manqué. Se battre contre quelqu’un d’aussi fort était tellement amusant qu’elle se devait de lui répondre de la même manière, peu importe comment elle devait improviser pour y parvenir.

Retombant sur ses pieds, Kaerae posa les mains sur l’avant-bras de Blanche, qui était encore emportée par son élan. Elle fit ensuite pivoter son corps et tira sur le bras de Blanche pour la faire passer par-dessus son dos en lui faisant perdre l’équilibre, afin de la faire rentrer violemment en contact avec le sol. Kaerae était consciente qu’elle ne pouvait pas faire mal à Blanche en attaquant frontalement, mais ça n’était pas la seule façon de se battre.

Cependant, par sécurité, elle fit un léger saut en arrière. Si Blanche n’avait rien senti du tout, il y avait des chances pour qu’elle saute sur ses pieds et ne la prenne par surprise, et Kaerae ne tenait pas à être à son tour plaquée au sol.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 83
Age : 17
Date d'inscription : 25/12/2015
Éveillé






Ven 13 Mai - 13:52




INTUITION IS REAL, VERY REAL


Il y a quelque chose dans ce moment qui te fait frissonner de tout ton être. Tu ne saurais dire si c'est l'adrénaline, ou la joie d'avoir trouver un adversaire intéressant mais tu aimes ce moment. Tu n'es concentré que sur la verte et tout ton être semble focalisé sur une seule chose. Le combat. Ça fait si longtemps que tu n'as pas eut à te concentrer de cette façon pour ne pas laisser à Kaerae la moindre avance, la moindre ouverture.

Vous vous tournez autour pendant un moment puis un premier assaut test débute. C'est du test et aucune des deux jeunes filles n'osent tenter plus. Il y a une nouvelle variable à prendre en compte ici, la magie. Et si tu ne te rends pas compte que la tienne active et qu'elle bloque celle de la jeune fille face à toi, tu restes attentive. Tu penses qu'elle pourrait l'utiliser.

Tu avais une certaine confiance en ton adversaire. Tu lui faisais confiance pour tout tenter pour te battre. Tu avais presque envie qu'elle réussisse, pour que tu trouves un nouvel adversaire à battre, quelqu'un qui pouvait devenir ton objectif. Pourtant, étrangement, alors qu'elle aurait eut le temps de s'esquiver dix fois alors que tu t'élances vers elle pour frapper, Kaerae reste fixe sur ses jambes comme si elle te défiait de la toucher au corps à corps.

Ton sourire se fait un peu carnassier. Elle veut se battre. Entièrement et pleinement. Comme toujours tu retiendras légèrement tes coups. Tu ne veux pas que l'accident se reproduise, tu ne contrôle pas totalement ta force et tu ne veux pas blesser gravement Kaerae. Enfin, tout ça tu pourrais y penser si tu arrivais à la toucher. La verte te faisait penser à une petite souris, trop fine et agile pour que les pattes du chat ne parvienne à la toucher. Tu t'écartes de toi même. Tu pourrais attendre qu'elle se fatigue et qu'elle fasse une erreur mais ce combat est trop intéressant pour arrêter comme ça.

Il te fallait trouver un nouvel angle d'attaque. Kaerae ne se laisserai pas surprendre par la puissance de ses poings comme le faisaient ses habituels adversaires. Elle était trop maligne pour ça. Tu t'autorises un moment de réflexion. Tu peux te le permettre. Le combat est en ta faveur. Tu peux encaisser tous les coups possibles et tu n'a aucun soucis pour éviter également. Tu aimes certes surprendre en arrêtant un coup de tes bras mais parfois l'esquive est plus sûre donc tu ne la rejettes pas.

Il fallait l'empêcher de bouger. Elle était trop fine, trop agile pour que tu puisses la toucher dans l'état actuel des choses. Il te fallait donc la ralentir. Sans réfléchir plus que ça, tu avais toujours été plus instinctive que cérébrale, tu t'élances à nouveau vers elle, tentant de bâcher les jambes de la verte grâce à la tienne. C'était un mouvement un peu dangereux, tu le savais bien Kaerae pouvait esquiver et te pousser alors que tu étais en équilibre sur ta jambe gauche, mais peu importait, tu voulais te battre. Pas le temps de plus réfléchir que ça.

Ça t'octroyait un léger avantage en plus. Elle était obligée d'esquiver cette attaque et ça te permettait de prévoir ces prochains mouvements. Tu restes cependant méfiante, tu n'es pas aussi rapide qu'elle et elle avait prouvé qu'elle débordait de ressource.

Elle se contente de sauter par dessus sa jambe et en un éclair, tu prépares et lance un uppercut droit devant toi. Tu n'as pas bien dosée ta force et tu es rassurée de voir la jeune fille esquiver, de peu certes, mais esquiver quand même. L'air que tu as déplacé violemment avec ce coup a légèrement égratigné la joue de Kaerae. La puissance que tu avais mise dans ton coup était bien trop importante et tu pouvais entendre le Coach grogner d'ici en disant que tu n'étais qu'une stupide gamine trop arrogante. C'était pas faux et ton adversaire s'en servit contre toi, saisissant l'ouverture qui lui était offerte.

Elle appuya ses bras sur le tien et profitant de ton élan, elle te fit basculer sur le sol. Tu t'y écrasa fermement, sentant les cailloux s'enfoncer dans ton dos sans que tu ne sentes quoi que ce soit. Tu te redresse immédiatement, cherchant du regard la verte pour lui rendre la monnaie de sa pièce. Elle est suffisamment éloignée pour que tu ne puisses pas l'atteindre. Du coup, tu t'autorises un petit rire ravi. Voilà bien longtemps que quelqu'un ne t'as pas fait tomber ainsi.

Ce sentiment de lutte est grisant. Tu pourrais continuer toute la journée. Les yeux brillants, tu ne réfléchis plus, c'est à l'instinct total que tu te bats maintenant. Plus de tentatives de stratégie, tu dévoiles ce que tu n'as jamais put vraiment dévoiler depuis que tu es devenue aussi in brisable. Tu t'élances, tu as l'impression d'être plus rapide, et tu frappes. Poings. Tu regardes la miss s'échapper à tes violents coups avec dextérité. Ton sourire se fait carnassier et alors que tu continues de frapper vivement tu laisses ta jambes droite refaire le coup de tout à l'heure. Tu vas la faire tomber comme elle t'as fait tomber, foi de Blanche.

Ton instinct marche bien mieux que ta cervelle. Elle a certes esquiver chacun de tes coups pendant tes divers assauts, mais si tu arrives à la distraire par des coups sur le haut du corps, pensera-t-elle à esquiver ceux du bas ?


made by .reed

_________________
Blanche Snow
I burn !
Can't hold me now,
You got nothing that can stop me.
I burn !
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escapism :: AVALON :: La Forêt-