singing the stars •• meeka
avatar
Messages : 140
Age : 23
Date d'inscription : 07/02/2015
Éveillé






Sam 2 Jan - 21:27

SINGING THE STARS
Dans ce lieu baigné par le faible éclat des constellations, tu te sens à peine exister. Tu es comme transparent, une entité fugace sur le point de s'effacer. Ce n'est pas la première fois que tu viens ici - et, curieusement, tu sens que ce ne sera pas la dernière - et pourtant, cela te fait toujours le même effet, à chaque fois que tu poses le pied dans la bâtisse. Oubliée, la lumière de l'extérieur, la lueur des lampadaires qui bordent les rues de Babylon. Tout ici s'éteint, et ne vibre que grâce à la clarté du ciel nocturne. C'est étrange ; malgré ta peur du noir, cette peur panique qui te traverse de part en part, ici, tu te sens à l'aise. Ton cœur ne bat plus à toute vitesse, comme il le fait si fréquemment. Tes ennuis se sont comme évaporés, dissolus dans le bleu nuit des murs de l'Observatoire. Tu notes qu'avec la bibliothèque, c'est bien l'un des seuls endroits dans lesquels ça t'arrive. Mais ça n'est clairement pas pour te déplaire, c'est certain. Tu inspires.

Alors que tu t'avances dans la pénombre, tu remarques que tu avais presque oublié la raison pour laquelle tu t'étais rendu ici. Une invitation. Un rendez-vous que tu ne manquerais pour rien au monde. Car au fil du temps, tu t'y es accroché, attaché, à la rêveuse. Tout a commencé, simplement, innocemment, avec un journal. Un journal qui comportait bien plus que tout ce que tu pouvais oser conjecturer - et tu étais captivé. Fasciné par tout ce que son imagination contenait. Alors tu avais cherché, cherché à lui faire comprendre, à lui dire que ses histoires étaient incroyables ; magiques. Étonnantes, parfois, certes, mais toujours plaisantes. Quelqu'un d'autre aurait probablement trouvé ça normal, mais pour toi, qui enchaînait lecture après lecture, c'était comme voyager dans un monde nouveau, inconnu. C'était tellement différent - différent de ce que tu dévorais habituellement, parfois réellement appréciées, parfois juste pour calmer les vagues qui rageaient au fond de toi. Ca avait ranimé des choses en toi. Et tu avais aimé ça. Tellement, que tu en voulais plus, bien plus encore. Alors tu avais cherché à la revoir, tenté d'en savoir plus sur elle, sur les rouages qui faisaient tourner sa machine à légendes. Et - comme pris au piège - tu avais fini par te sentir bien, à ses côtés. Tu avais été aspiré par un univers contraire au tien, et qui pourtant, n'était pas si dépaysant.

Si bien qu'au fur et à mesure, quelque chose avait changé - quelque chose s'était tissé entre vous deux. Il était désormais presque coutume pour vous de vous retrouver, à la périphérie de Babylon, loin du contact des autres, pour discuter - elle et ses réponses distantes, toi et tes silences gênés. Mais avec le temps, ta langue s'était déliée, et malgré les nombreux bégaiements qui étaient presque devenus ta marque de fabrique, tu n'avais plus cette impression de devoir te forcer à parler. C'était devenu naturel - bien qu'au fond, cela t'effraie un peu. Parce que tu as peur d'en faire trop, de déraper et de tout ruiner. Comme à chaque fois. Tu secoues la tête, pour chasser ces pensées qui percent ton cœur. Tu t'es déjà enfoncé dans les profondeurs du bâtiment, et quand tu relèves la tête, la première chose à rencontrer ton regard est l'immense télescope qui trône au milieu du hall principal. Arrivé à destination. Tu balayes la pièce des yeux, pour trouver la raison pour laquelle tu es venu. Il te faut un moment pour y parvenir, mais enfin, près des petits télescopes disposés sur les côtés de la salle, tu la vois.

Elle est là, la rêveuse aux yeux bicolores.

« Bonsoir, M-Meeka... »

_________________
luca emilio aldena
You don't get what all this is about
You're too wrapped up in your self doubt

admin
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 23/07/2015
Éveillé






Jeu 14 Jan - 18:56

SINGING THE STARS
Meeka avait toujours été fascinée par les étoiles. Déjà enfant, le ciel nocturne stimulait son imagination comme peu d'autres choses parvenaient à le faire, et elle se demandait souvent ce que tous ces petits points brillants pouvaient bien cacher. Parfois même elle se représentait d'autres mondes, d'autres univers, tous plus colorés et fantastiques les uns que les autres, et s'imaginait qu'ils existaient là, quelque part, parmi la multitude de lumières célestes. Peut-être qu'Avalon était, justement, l'un de ces mondes ? Elle n'en savait fichtrement rien.

Et puis, depuis son arrivée ici, c'était tout un pan nouveau de l'astronomie qui s'était ouvert à elle. Bien vite, la jeune fille s'était rendu compte d'une chose très intéressante : le ciel d'Avalon ne ressemblait à rien. Du moins, rien qu'elle connaisse. Impossible de retrouver la moindre constellation, pas même celles de l'hémisphère sud qui n'étaient évidemment pas visibles de chez elle, et en plus de ca, elle était à peu près certaine d'avoir vu deux lunes, dont aucune n'avait la tronche de celle de la Terre. Tout ici était nouveau, inconnu, et absolument fascinant. Alors, depuis qu'elle avait découvert l'observatoire, elle s'était fait une habitude d'y venir presque à chaque fois qu'elle avait du mal à trouver le sommeil la nuit, ce qui était souvent. Comme maintenant, par exemple.

Ce soir là, elle s'était installée devant l'un des petits télescopes, l'immense télescope central n'étant pas exactement simple à régler correctement, d'autant plus qu'elle n'avait pas vraiment l'énergie nécessaire à ça pour l'instant. Un instrument plus réduit était, de toute manière, bien suffisant à ce qu'elle voulait en faire, à savoir simplement observer le ciel de plus près sans but précis. Peut-être qu'elle tomberait, par hasard, sur quelque chose d'intéressant. Mais à peine s'était-elle approchée de l'engin que des pas avaient retenti dans la salle jusque là silencieuse.

« Bonsoir, M-Meeka... »

Cela ne pouvait être qu'une seule personne. Luca lui rendait visite ici, certaines nuits, depuis qu'elle lui avait avoué qu'elle y était souvent et lui avait proposé de l'y rejoindre de temps en temps, quelques mois auparavant. Meeka aimait bien Luca, son calme, sa tranquillité, ses goûts en lecture qu'elle partageait en partie. Ses cheveux, également. Étant irlandaise, Meeka avait évidemment déjà vu des roux, parfois même plusieurs en même temps, mais cette teinte précise n'en était pas moins extraordinaire, bien que la faible luminosité de la salle soit loin de les mettre en valeur à cet instant précis.

Après quelques secondes d'hésitation, elle se décida enfin à se détourner du télescope pour aller le rejoindre sans un mot. Ils restèrent quelques instant ainsi, face à face, silencieux et immobiles, comme figés à l'exception de la couleur des joues de Luca, qui se rapprochaient dangereusement de celle de sa tignasse. Alors Meeka prit les choses en main, et lui appuya doucement sur le nez en hochant légèrement la tête.

« Boop. »
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 140
Age : 23
Date d'inscription : 07/02/2015
Éveillé






Dim 24 Jan - 18:53

SINGING THE STARS
Un simple contact et tes joues se mettent à brûler de plus belle. Ce n'est pas la première fois que tu as le droit à ce genre de traitement venant de sa part, mais cela te fait toujours le même effet. A moitié gêné, à moitié...heureux ? Est-ce que tu oserais le dire ? Probablement. Si c'est pour elle, tu le ferais. Et plus tu y penses, plus tu sens ton visage s'enflammer, et tu te dis qu'actuellement, il doit être aussi rouge que tes cheveux.

Machinalement, tu portes tes mains jusqu'à ton nez et tu l'effleures, tu clignes des yeux - une fois, deux fois, comme si tu n'avais pas tout à fait réalisé ce qu'il venait de se passer. Le contact n'est vraiment pas ton fort - mais étrangement, ça ne te dérange pas plus que ça. Peut-être que tu en viendrais à apprécier ça ? Tu n'es pas sûr, tu n'es plus sûr de rien. Tu te perds au milieu des étoiles et tu as l'impression de faire tache, petite luciole trop rouge dans cet océan céruléen. Mais il fait tellement sombre que tu peux à peine briller. Et tu entends cette voix dans ta tête qui ricane et qui te dit ; de qui crois-tu te foutre, Luca ? T'es pas comme ça ; t'es pas comme elle. Tu brilleras jamais. Jamais.

Et tu te dis qu'elle a peut-être raison.

Tu détournes les yeux un instant, sans trop savoir pourquoi. Peut-être parce que tu as peur que quelqu'un vienne ici. Tu as peur que quelqu'un vienne briser ce fragile équilibre qui fait que tu sens à l'aise ici, en sa compagnie. Ton regard se pose sur l'immense télescope au milieu de la salle et tu réalises, un peu trop tard, que tu n'as pas la moindre idée de comment cet engin fonctionne. Oh non. De quoi allais-tu avoir l'air en face de Meeka? Ca brûle encore - alors tu te mets à fixer le sol intensément, pour échapper à cette réalisation. Et puis, une autre idée te traverse l'esprit : cela fait un petit moment que tu n'as pas réagi, ou répondu quoique ce soit à son...interpellation d'un peu plus tôt. Tu l'as complètement ignorée. Et immédiatement c'est la panique qui emplit ton cœur, et ce sont des balbutiements s'échappent d'entre tes lèvres.

« D-désolé, je....b-boop...? »

A cet instant précis, tu as juste furieusement envie de te coller une baffe: dans la catégorie des personnes les plus gauches de l'univers, tu dois sûrement remporter la palme. Tu t'enterrerais sous terre, si tu le pouvais. La culpabilité et la gêne s'emparent peu à peu de toi, grignotant ton cœur alors que tu as juste envie de disparaître. T'es qu'un idiot, Luca. Néanmoins, tu tentes quand même de te rattraper aux branches - une tentative incroyablement maladroite, mais une tentative quand même.

« Ça...fait longtemps que tu es là...? »

_________________
luca emilio aldena
You don't get what all this is about
You're too wrapped up in your self doubt

admin
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 23/07/2015
Éveillé






Sam 26 Mar - 17:50

SINGING THE STARS
Luca était décidément bien amusant.

Une telle réaction n'était pas franchement surprenante, venant de lui : même Meeka, qui ne faisait pourtant pas souvent attention au comportement des gens, savait à quel point il était timide. Et encore, le mot était faible. Mais elle ne pouvait pas s'empêcher de se dire que cette façon d'essayer de se faire encore plus petit qu'il l'était déjà en rougissant de plus belle le faisait un peu ressembler à une sorte de jeune animal effrayé.

Une espèce de chiot ébouriffé et écarlate, peut-être. Tout simplement adorable. On s'attendrait presque à ce qu'il se mette à couiner, la queue entre les jambes. Tout cela donnait un peu envie à Meeka de lui grattouiller la tête et enfouir ses doigts dans sa tignasse, mais c'était tout de même un gros effort.

Une prochaine fois, sans doute.

« Mhh. Pas très. »

Quelques minutes à peine, en vérité. Elle n'avait même pas eu le temps de réellement se poser, encore moins de regarder quoi que ce soit. Attendre ne dérangeait pas vraiment Meeka, de toute façon : si c'était le cas, toutes ces nuits à attendre le sommeil l'auraient déjà rendue dingue. Et puis, elle n'était elle-même pas exactement connue pour sa ponctualité, bien au contraire. Sa propre capacité à arriver à l'heure était directement liée aux horaires de ses crises de roupillons, à savoir complètement aléatoire.

Rester ainsi, debout à ne rien faire était un peu fatigant, cependant. Elle laissa échapper un bâillement.

« Tu veux faire quelque chose ? »

Luca étant Luca, il n'exprimerait probablement rien sans qu'elle l'y pousse, ou alors pas grand chose. Un peu comme elle, finalement : mais lui, c'était comme s'il n'osait pas, comme si il avait peur de quelque chose. Meeka ne comprenait pas vraiment. Parler n'avait rien d'effrayant ; cela demandait simplement de l'énergie qu'elle préférait employer ailleurs. Mais Luca, lui, était juste comme ça. Comme terrifié par le son de sa propre voix. Au moins, il n'était pas trop bavard non plus. C'était déjà ça
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escapism :: BABYLON :: Quartier Est :: Observatoire-