Neil Sandford | Vraiment-pas-de-titre-trouvé
avatar
Messages : 1
Age : 26
Date d'inscription : 01/01/2016
Membre






Ven 1 Jan - 15:29

Neil
"Tu bluffes, Martoni."
Nom complet ▬ Neil Sandford

Surnom ▬ Papy

Age ▬ 27 ans

Nationalité ▬ Anglo-Ecossaise

Sexe ▬

Occupation(s) ▬ Auto-proclamé propriétaire d’un bar-café-bibliothèque-fait-tout à but non lucratif en Avalon.

caractère
Promenons-nous. Au détour d’une ruelle un petit peu sombre, d’apparence déserte. Un cul-de-sac. Dessinée dans ce mélange de bâtisses ; une porte de bois gravée, entrebâillée, promesse de la richesse d’une cheminée allumée, d’une boisson chaude, d’un repos bien mérité. Derrière le couinement sporadique et perçant de gonds en métal vieilli, les premiers sons d’une musique se font entendre. Un blues démodé porté par la voix d’un vieillard vigoureux fait écho contre les murs, accompagné des quelques notes d’un saxophone achevant de mettre les premières touches d’ambiance dans l’établissement. La fumée omniprésente, quoi que légère, laisse discerner derrière les fauteuils de cuir les formes d’un comptoir de bois noir, parsemé ici et là d’éclats d’argent, de dorures gravées.

L’odeur des feuilles de thé doucement infusées emplit la pièce d’un baume chaleureux, à la manière d’un encens de douce nuit d’orient. Les yeux s’habituent à l’ambiance tamisée, jusqu’à distinguer la silhouette grossièrement taillée d’un coffre d’argile déposé sur le bar. Théière peu commune, à l’image du pot à tabac à ses côtés, d’un style plus rustique de bois non travaillé, sur lequel trône un calumet d’ivoire ; nouvelle source olfactive révélée, alors que les braises laissent échapper à leur tour un bouquet de senteurs, une brume blanchâtre, mollement attirée vers l’arrière du bar pour y épouser les formes des bouteilles entamées, disséminées dans l’ombre d’une série de trous creusés à même le mur de pierre.

Le craquement sourd de la semelle contre la planche nous ramène alors à la réalité, laissant une ombre se dessiner là où la lumière d’un lampion éclairait faiblement un escalier vieillot. L’ombre se meut en silhouette, puis en homme de chair et d’os. La démarche lourde, le regard vide, un sourire évoquant une mélancolie chaleureuse. Epoussetant sa chemise, redressant son béret, voilà qu’il prend place derrière le comptoir, y posant un coude en attrapant de son autre main une tasse blanche. La pièce embaume une nouvelle fois de cet arôme des feuilles de thé, alors qu’il verse avec attention l’infusion jusqu’au deux tiers du contenant. Son sourire reprend vie, alors qu’il pousse maladroitement la tasse vers le bord du comptoir, comme une timide invitation à venir se réchauffer.

Nulle réponse n’est attendue. Le devoir d’un hôte est de satisfaire sa clientèle sans ressentir le besoin d’en cerner les désirs. Emportant le calumet maintenant éteint jusqu’au premier siège de cuir, il s’y assied d’une lenteur excessive, à la manière d’un vieillard sentant venir sa fin. Une chiquenaude et la cendre au sommet du calumet disparaît avec les autres au creux d’un massif cendrier en cristal. Une oscillation du poignet pour gratter une allumette, qu’il emmène avec une prudence mesurée jusqu’à la cheminée de son instrument d’ivoire. Une bouffée, puis deux, voilà le tabac qui s’embrase de nouveau, laissant discerner davantage les traits du tenancier. D’un vieil homme il n’a définitivement que les manières, sous les traits d’un trentenaire franchissant petit à petit le cap de l’excentrisme.

Un coup d’œil plus attentif à l’ensemble de l’établissement ne saurait discréditer cette hypothèse. Un mélange de styles n’allant que peu ensemble, des murs tantôt de pierre, de bois, de papiers peints en velours ou tissus grossièrement maillés. Jusqu’aux objets de décoration, rappelant par endroits l’antique piraterie, par d’autres un style plus moderne, ou d’autant plus ancien encore. Le bois noble se mélange à la pierre, au métal et plastique ; des formes, couleurs et aspects différents pour autant de mélanges non naturels. La pièce elle-même se sépare dans la confusion entre ce qui semble être la parodie d’un pub Irlandais d’un côté, une bibliothèque de fortune de l’autre, les étagères précaires ne supportant que trop peu le poids de livres sans rapport les uns aux autres.

Nul doute, ce bar et son propriétaire se cherchent encore, tâtonnant parmi les trop nombreuses choses sans être capable de trier le bon et le moins bon. A y prêter plus de considération, l’homme lui-même n’est pas moins chaotique que son établissement. Cheveux en bataille mais silhouette soignée, une garde-robe sentant bon le siècle précédent, un parfum à la mode … Des pantoufles en peluche à gueule de vache. Il nous ferait l’effet d’un professeur un peu étourdi, mais gentil. Tout autant qu’il saurait passer pour le parfait idiot à garder éloigné des enfants pour des raisons de bon sens.

Personne ne saurait pour autant réfuter la convivialité de cette loge de l’étrange. Le patron y incarne la patience, à l’image du temps passé à agrémenter ici et là son affaire de tous ses éléments. La richesse de sagesse et de savoir, pour qui tente de lire au travers des lignes, agitant là encore son drapeau de professeur pour dispenser le savoir acquis au fil des ans, fut-ce par le biais de Toto, le lapin rigolo, ou le pire livre pour enfants jamais écrit, trônant tel un paon au beau milieu de cette caricature de librairie. Les manières et la discrétion, alors qu’il se laisse aller à ses habituelles mimiques sans s’appesantir plus que nécessaire des présences extérieures. Il est toutefois à craindre que ses tendances bipolaires, comme le révèle l’ensemble de la bâtisse, auront tôt fait de démentir toutes les palettes psychologiques que l’on saurait lui prêter.

avalon et la magie
Statut ▬ Brisé

Altéré ? ▬ Non

Arrivée sur Avalon ▬ Découverte et entrée en Avalon à la mi- année 2004, date de son éveil.

Présence sur Avalon ▬ Réside actuellement à Babylon, où il s’est trouvé un lopin de terre et une bâtisse en relatif bon état. Ses allées et venues entre la terre et Avalon ne sont malheureusement pas de son seul contrôle, aussi n’essaye-t-il même plus de revenir en sa terre natale, peu convaincu de la certitude d’en revenir après sa chute.

capacités
Un esprit vif, un corps sain –car tout est toujours relatif-, voilà tout ce qu’il lui faut. Si la perte de ses capacités magiques fut à déplorer à une certaine époque, il en est à présent accoutumé, même s’il lui aura fallu prendre quelques cours de self-défense un peu sur le tas pour se sortir des situations les plus difficiles. C’est que tous les petits jeunots ne sont pas tous influençables en haussant un peu le ton. Garnements.

histoire
Préface
Que dire, que dire. Le syndrome de la page blanche reste particulièrement présent lorsqu’il n’y a rien à raconter. C’est l’histoire d’un homme qui a vécu, fin. Condenser l’histoire de monsieur tout le monde ne saurait être une tâche facile, et quand bien même on y arriverait, l’effort ne se voudrait guère glorieux. « Félicitations, vous venez de faire perdre une demie heure de vie à un individu qui ne vous a rien fait ». Abstraction faite des masochistes amateurs du genre entre deux flagellations, aucune âme sensée ne viendrait flatter l’égo d’un raconteur si peu inspiré. L’éthique entre alors en scène. De sa démarche flamboyante, elle se fraye un chemin à travers les esprits, cherchant à tâtons -soit avec de violents coups de boules- ce petit chose qui fera toute la différence. Vaut-il mieux raconter la vérité stricte, ou l’exagération reste-t-elle permise, dès lors qu’elle n’entrave d’aucune façon les éléments importants ? Loin du mensonge, de la simple mise en scène. Mr. Tout-le-monde devient ainsi une figure de marque, les spectateurs en ont pour leur argent -ou temps- et tout le monde est content. Un prétexte qui en vaut un autre, en espérant ne pas tomber sur les quelques élitistes, les adeptes de la vérité, ces illuminatis du complot éternel pour qui l’histoire se doit d’être contée avec la précision d’une horloge suisse. L’éthique aux commandes, un raconteur ne saurait laisser son public sur un échec. La plume s’embrase, les mots se suivent dans une tempête d’informations, de scènes, de personnages, d’actions. Un problème, une solution, comme il convient.

« Hey, le monsieur il gagne du temps et des lignes en racontant n’importe quoi ! »

Je vous venir, petits chenapans. Il n’a jamais été dit qu’un personnage devait s’éloigner de son narrateur, ou que celui-ci n’était pas le vrai héros, caché derrière des traits plus agréables de son protégé. Pour entreprendre toute la complexité d’un homme, il faut comprendre ce qui le motive ; en l’occurrence, moi. Et je décide de vous cacher l’entière vérité, la seule et unique. Ou de la transformer un minimum. J’ai ma fierté de conteur, et j’en invoque à la puissance de l’allégorie, de la licence poétique. Je n’écris pas de chansons, mais le pouvoir du chemin détourné reste à jamais des plus plaisants, embûches et ronces mises de côtés. Et puisque vous êtes vous-même de ceux à vous cacher derrière votre personnage, vous comprenez aussi bien que moi la difficulté de ce genre d’exercice, quand le résultat voulu entrave toute tentative de spectaculaire. Il m’est demandé de raconter la folle aventure de mon voisin allant faire ses courses à la superette du coin. C’est sans doute incontestablement la seule manière de savoir pourquoi il vous sert ce soir du boudin noir aux noix, mais c’est avant même de commencer un récit dépouillé de toute saveur. Si on y ajoute une catastrophe naturelle, un braquage à mains armées, et pourquoi pas un petit love interest avec la caissière, là je dis oui. Vous dites oui. Tout le monde dit oui ! A-t-on jamais vu son voisin affublé de la casquette du héros, de cet espion à jamais adulé, de cet athlète grec et ses travaux divins. Laissez mes rêves en paix, contentez-vous de suivre le fil, et si le résultat ne vous plaît pas ; sortez les tomates, il y a toujours de la place dans mon frigo.

Underco.

pseudo ▬ Thorn
age ▬ 24 ans
avatar ▬ Kaburagi T. Kotetsu | Tiger & Bunny
pokemon préféré ▬ Arcanin.
comment avez-vous trouvé le forum ? ▬ *Louche sur Luce*
des suggestions ? ▬ Nope ~


 
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 200
Age : 24
Date d'inscription : 23/07/2015
Éveillé






Lun 15 Fév - 17:09

Coucou !

Ça fait un peu plus d'un mois que tu ne t'es pas connecté, du coup on se demandait si ta fiche était toujours d'actualité ou pas :3

Si on n'a pas de réponse d'ici une semaine, on déplacera ta fiche dans les histoires sans fin, mais tu pourras toujours nous demander de l'en ressortir si tu as de nouveau envie de te pencher dessus à un moment.
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 262
Age : 25
Date d'inscription : 10/02/2015
Éveillé






Ven 26 Fév - 12:37

Comme il n'y a pas de réponses, je déplace ta fiche dans les fiches en stand-by.

Mais n'hésite pas à nous contacter si jamais tu veux un jour la continuer pour qu'on te la ressorte dans la partie des fiches actives ! ;D
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chupp.fr/
Contenu sponsorisé







Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Escapism :: IDENTIFICATION :: Dossiers d'Avalon :: Histoires Sans Fin-